plint

French poetry validator
git clone https://a3nm.net/git/plint/
Log | Files | Refs | README

commit f06859446c3fc1f99ef4f3b13e9c60dd42747114
parent e2a96d23a4ea529cfadb61ae15bd30cf9e2ad4da
Author: Antoine Amarilli <a3nm@a3nm.net>
Date:   Wed, 26 Dec 2012 11:24:39 +0100

baudelaire => au_lecteur to avoid confusion

Diffstat:
test/au_lecteur | 49+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
test/au_lecteur.tpl | 5+++++
test/baudelaire | 49-------------------------------------------------
test/baudelaire.tpl | 5-----
4 files changed, 54 insertions(+), 54 deletions(-)

diff --git a/test/au_lecteur b/test/au_lecteur @@ -0,0 +1,49 @@ +La sottise, l'erreur, le péché, la lésine, +Occupent nos esprits et travaillent nos corps, +Et nous alimentons nos aimables remords, +Comme les mendiants nourrissent leur vermine. + +Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches, +Nous nous faisons payer grassement nos aveux, +Et nous rentrons gaîment dans le chemin bourbeux, +Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches. + +Sur l'oreiller du mal c'est Satan Trismégiste +Qui berce longuement notre esprit enchanté, +Et le riche métal de notre volonté +Est tout vaporisé par ce savant chimiste. + +C'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent! +Aux objets répugnants nous trouvons des appas; +Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas, +Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent. + +Ainsi qu'un débauché pauvre qui baise et mange +Le sein martyrisé d'une antique catin, +Nous volons,,,, au passage un plaisir clandestin +Que nous pressons bien fort comme une vieille orange. + +Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes, +Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons, +Et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons +Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes. + +Si le viol, le poison, le poignard, l'incendie, +N'ont pas encor brodé de leurs plaisants desseins +Le canevas banal de nos piteux destins, +C'est que notre âme, hélas! n'est pas assez hardie. + +Mais parmi les chacals, les panthères, les lices, +Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents, +Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants +Dans la ménagerie infâme de nos vices, + +Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde! +Quoiqu'il ne pousse ni grands gestes ni grands cris, +Il ferait volontiers de la terre un débris +Et dans un bâillement avalerait le monde; + +C'est l'Ennui!--L'œil chargé d'un pleur involontaire, +Il rêve d'échafauds en fumant son houka. +Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat, +--Hypocrite lecteur,--mon semblable,--mon frère! diff --git a/test/au_lecteur.tpl b/test/au_lecteur.tpl @@ -0,0 +1,5 @@ +! diaeresis:permissive +6/6 A:no x +6/6 B:no X +6/6 B:no X +6/6 A:no x diff --git a/test/baudelaire b/test/baudelaire @@ -1,49 +0,0 @@ -La sottise, l'erreur, le péché, la lésine, -Occupent nos esprits et travaillent nos corps, -Et nous alimentons nos aimables remords, -Comme les mendiants nourrissent leur vermine. - -Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches, -Nous nous faisons payer grassement nos aveux, -Et nous rentrons gaîment dans le chemin bourbeux, -Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches. - -Sur l'oreiller du mal c'est Satan Trismégiste -Qui berce longuement notre esprit enchanté, -Et le riche métal de notre volonté -Est tout vaporisé par ce savant chimiste. - -C'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent! -Aux objets répugnants nous trouvons des appas; -Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas, -Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent. - -Ainsi qu'un débauché pauvre qui baise et mange -Le sein martyrisé d'une antique catin, -Nous volons,,,, au passage un plaisir clandestin -Que nous pressons bien fort comme une vieille orange. - -Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes, -Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons, -Et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons -Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes. - -Si le viol, le poison, le poignard, l'incendie, -N'ont pas encor brodé de leurs plaisants desseins -Le canevas banal de nos piteux destins, -C'est que notre âme, hélas! n'est pas assez hardie. - -Mais parmi les chacals, les panthères, les lices, -Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents, -Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants -Dans la ménagerie infâme de nos vices, - -Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde! -Quoiqu'il ne pousse ni grands gestes ni grands cris, -Il ferait volontiers de la terre un débris -Et dans un bâillement avalerait le monde; - -C'est l'Ennui!--L'œil chargé d'un pleur involontaire, -Il rêve d'échafauds en fumant son houka. -Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat, ---Hypocrite lecteur,--mon semblable,--mon frère! diff --git a/test/baudelaire.tpl b/test/baudelaire.tpl @@ -1,5 +0,0 @@ -! diaeresis:permissive -6/6 A:no x -6/6 B:no X -6/6 B:no X -6/6 A:no x