plint

French poetry validator
git clone https://a3nm.net/git/plint/
Log | Files | Refs | README

commit e4ad6188bfe132783135b7e82f11920d7a68f068
parent a3b7355cb271f8d64762aca61b5919900cde5d7f
Author: Antoine Amarilli <a3nm@a3nm.net>
Date:   Sat,  1 Feb 2014 13:42:34 +0100

add diaeresis training system

Diffstat:
README | 10+++++++++-
additions.tpl | 1+
diaeresis.json | 2+-
onepass.sh | 22++++++++++++++++++++++
test/andromaque.tpl | 5+++++
test/cyrano | 2454+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
test/cyrano.tpl | 2++
test/cyrano_full | 2476+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
test/cyrano_full.tpl | 2++
test/mithridate.tpl | 4++++
train_diaeresis.sh | 12++++++++++++
11 files changed, 4988 insertions(+), 2 deletions(-)

diff --git a/README b/README @@ -75,7 +75,15 @@ along the lines of: To run plint on test files, you can use test.sh. However, because of known bugs, some errors will be reported on the test files. -== 4. Related work == +== 4. Training == + +The diaeresis pattern is trained by calling + + ./train_diaeresis.sh + +This is currently undocumented. + +== 5. Related work == * http://pentametron.com/ * http://virga.org/cvf/alexanql.php diff --git a/additions.tpl b/additions.tpl @@ -0,0 +1 @@ +12 A x diff --git a/diaeresis.json b/diaeresis.json @@ -1 +1 @@ -[{"1": 32947, "2": 2762}, {"e": [{"1": 42}, {}], "uaie": [{"2": 4}, {}], "eu\u00e2": [{"2": 4}, {}], "a\u00ef": [{"2": 36}, {}], "u\u00e9e": [{"1": 3, "2": 13}, {"/": [{"1": 3, "2": 4}, {"n": [{"1": 3, "2": 4}, {"-": [{"2": 4}, {}], "/": [{"1": 3}, {}]}]}], "s": [{"2": 9}, {}]}], "euoe": [{"2": 4}, {}], "eoie": [{"1": 5}, {}], "a\u00e8": [{"2": 4}, {}], "iou": [{"1": 16, "2": 5}, {"l": [{"2": 5}, {}], "s": [{"1": 16}, {}]}], "a\u00ee": [{"1": 269}, {}], "e\u00fb": [{"1": 56}, {}], "\u00e9u": [{"2": 21}, {}], "i\u00e9": [{"1": 77, "2": 125}, {"t": [{"2": 29}, {}], "d": [{"1": 15}, {}], "g": [{"1": 13}, {}], "r": [{"1": 5}, {}], "s": [{"1": 10, "2": 39}, {"t": [{"1": 10}, {}], "l": [{"2": 14}, {}], "v": [{"2": 13}, {}], "f": [{"2": 8}, {}], "r": [{"2": 4}, {}]}], "/": [{"1": 34, "2": 57}, {"d": [{"2": 4}, {}], "t": [{"1": 34}, {}], "f": [{"2": 12}, {}], "p": [{"2": 5}, {}], "r": [{"2": 18}, {}], "s": [{"2": 5}, {}], "l": [{"2": 13}, {}]}]}], "i\u00e8": [{"1": 343, "2": 58}, {"t": [{"1": 5, "2": 18}, {"p": [{"1": 5}, {}], "q": [{"2": 18}, {}]}], "v": [{"1": 20}, {}], "g": [{"1": 20}, {}], "r": [{"1": 231, "2": 24}, {"d": [{"1": 10}, {}], "f": [{"1": 15}, {}], "c": [{"1": 5}, {}], "l": [{"1": 13}, {}], "m": [{"1": 44}, {}], "n": [{"1": 35}, {}], "t": [{"1": 30}, {}], "v": [{"1": 15}, {}], "p": [{"1": 5}, {}], "q": [{"1": 10}, {}], "r": [{"1": 31, "2": 24}, {"e": [{"1": 31, "2": 24}, {"t": [{"2": 8}, {}], "u": [{"1": 5}, {}], "p": [{"2": 16}, {}], "r": [{"1": 26}, {}]}]}], "s": [{"1": 18}, {}]}], "c": [{"1": 32}, {}], "m": [{"1": 35, "2": 16}, {"t": [{"2": 4}, {}], "v": [{"1": 5}, {}], "q": [{"1": 5}, {}], "r": [{"2": 8}, {}], "s": [{"1": 10, "2": 4}, {"e": [{"1": 10, "2": 4}, {"i": [{"1": 10, "2": 4}, {"/": [{"1": 10, "2": 4}, {"o": [{"1": 10, "2": 4}, {"/": [{"1": 10, "2": 4}, {"r": [{"1": 10, "2": 4}, {"/": [{"1": 10, "2": 4}, {"t": [{"1": 10, "2": 4}, {"-": [{"1": 10, "2": 4}, {"-": [{"1": 10, "2": 4}, {}]}]}]}]}]}]}]}]}]}]}], "x": [{"1": 15}, {}]}]}], "\u00e9i": [{"2": 43}, {}], "\u00e9o": [{"2": 28}, {}], "oie": [{"1": 133}, {}], "e\u00ee": [{"1": 5}, {}], "\u00e9a": [{"2": 46}, {}], "i\u00e9e": [{"2": 16}, {}], "\u00e9e": [{"1": 80, "2": 22}, {"l": [{"2": 5}, {}], "n": [{"2": 5}, {}], "/": [{"1": 80}, {}], "s": [{"2": 12}, {}]}], "oi": [{"1": 3859}, {}], "\u00e9au": [{"2": 9}, {}], "oo": [{"2": 5}, {}], "oa": [{"2": 16}, {}], "ea": [{"1": 51}, {}], "oe": [{"1": 40, "2": 5}, {"l": [{"1": 10}, {}], "m": [{"1": 5}, {}], "f": [{"1": 5}, {}], "d": [{"1": 20}, {}], "r": [{"2": 5}, {}]}], "oei": [{"1": 18}, {}], "iau": [{"2": 5}, {}], "eoi": [{"1": 22}, {}], "ui\u00e8": [{"1": 5}, {}], "\u00e9ai": [{"2": 5}, {}], "you": [{"1": 5}, {}], "ouaie": [{"2": 4}, {}], "ou": [{"1": 8128}, {}], "e\u00fci": [{"1": 5}, {}], "u\u00ee": [{"1": 15}, {}], "u\u00ef": [{"2": 5}, {}], "ua": [{"2": 19}, {}], "u\u00ea": [{"1": 10}, {}], "u\u00eb": [{"1": 16}, {}], "u\u00e8": [{"2": 8}, {}], "ouai": [{"2": 15}, {}], "\u00ea\u00ea": [{"1": 5}, {}], "ieu": [{"1": 609, "2": 260}, {"/": [{"1": 229}, {}], "x": [{"1": 269, "2": 210}, {"d": [{"1": 74, "2": 44}, {"-": [{"1": 51}, {}], "/": [{"1": 23, "2": 44}, {"u": [{"2": 4}, {}], "o": [{"2": 30}, {}], "i": [{"1": 5}, {}], "a": [{"1": 18, "2": 10}, {"-": [{"1": 18}, {}], "/": [{"2": 10}, {}]}]}]}], "t": [{"2": 15}, {}], "v": [{"1": 24, "2": 16}, {"-": [{"1": 24}, {}], "/": [{"2": 16}, {}]}], "g": [{"2": 9}, {}], "p": [{"2": 15}, {}], "r": [{"2": 51}, {}], "c": [{"1": 22, "2": 46}, {"-": [{"1": 22}, {}], "/": [{"2": 46}, {}]}], "l": [{"1": 74}, {}], "m": [{"1": 75}, {}], "n": [{"2": 14}, {}]}], "r": [{"1": 111, "2": 16}, {"r": [{"2": 16}, {}], "s": [{"1": 111}, {}]}], "s": [{"2": 34}, {}]}], "oue": [{"1": 95, "2": 120}, {"t": [{"1": 5, "2": 27}, {"l": [{"2": 9}, {}], "f": [{"1": 5}, {}], "r": [{"2": 4}, {}], "j": [{"2": 14}, {}]}], "r": [{"1": 25, "2": 64}, {"l": [{"2": 16}, {}], "r": [{"2": 8}, {}], "v": [{"1": 10, "2": 21}, {"-": [{"2": 4}, {}], "/": [{"2": 17}, {}], "a": [{"1": 10}, {}]}], "n": [{"2": 4}, {}], "j": [{"1": 15, "2": 15}, {"e": [{"1": 5}, {}], "o": [{"1": 5}, {}], "a": [{"1": 5}, {}], "-": [{"2": 15}, {}]}]}], "s": [{"1": 12, "2": 10}, {"r": [{"2": 10}, {}], "j": [{"1": 12}, {}]}], "m": [{"1": 10}, {}], "n": [{"1": 5, "2": 5}, {"r": [{"1": 5, "2": 5}, {"-": [{"1": 5, "2": 5}, {"-": [{"1": 5, "2": 5}, {}]}]}]}], "/": [{"1": 38}, {}], "z": [{"2": 14}, {}]}], "\u0153u": [{"1": 191}, {}], "ouo": [{"2": 4}, {}], "ei": [{"1": 751}, {}], "oui": [{"1": 185, "2": 72}, {"t": [{"2": 14}, {}], "r": [{"2": 16}, {}], "s": [{"2": 25}, {}], "l": [{"1": 51}, {}], "-": [{"1": 134}, {}], "/": [{"2": 17}, {}]}], "eui": [{"1": 52}, {}], "oeu": [{"1": 125}, {}], "ya": [{"2": 12}, {}], "i\u00e2ou": [{"2": 4}, {}], "uei": [{"1": 23}, {}], "ye": [{"1": 5}, {}], "eue": [{"1": 10, "2": 5}, {"t": [{"2": 5}, {}], "/": [{"1": 10}, {}]}], "\u0153i": [{"1": 22}, {}], "o\u00fc\u00e9": [{"2": 4}, {}], "o\u00fcoi": [{"2": 5}, {}], "eaie": [{"1": 15}, {}], "u\u00e9": [{"2": 8}, {}], "a\u00efeu": [{"2": 36}, {}], "eau": [{"1": 450}, {}], "a\u00efe": [{"1": 5, "2": 14}, {"-": [{"1": 5}, {}], "n": [{"2": 14}, {}]}], "aie": [{"1": 129}, {}], "a\u00efa": [{"2": 4}, {}], "iai": [{"2": 15}, {}], "ai": [{"1": 5796}, {}], "ao": [{"1": 15, "2": 8}, {"n": [{"1": 15, "2": 4}, {"p": [{"1": 15}, {}], "r": [{"2": 4}, {}]}], "s": [{"2": 4}, {}]}], "iu": [{"2": 13}, {}], "io": [{"1": 126, "2": 472}, {"t": [{"1": 5, "2": 9}, {"d": [{"2": 5}, {}], "l": [{"2": 4}, {}], "b": [{"1": 5}, {}]}], "d": [{"2": 4}, {}], "g": [{"2": 4}, {}], "p": [{"2": 4}, {}], "s": [{"2": 9}, {}], "l": [{"1": 10, "2": 45}, {"v": [{"1": 5, "2": 33}, {"e": [{"1": 5, "2": 21}, {"/": [{"1": 5, "2": 21}, {"t": [{"2": 4}, {}], "-": [{"2": 4}, {}], "n": [{"2": 13}, {}], "r": [{"1": 5}, {}]}]}], "o": [{"2": 8}, {}], "a": [{"2": 4}, {}]}], "f": [{"1": 5}, {}], "r": [{"2": 12}, {}]}], "m": [{"1": 5, "2": 34}, {"l": [{"2": 5}, {}], "g": [{"1": 5}, {}], "r": [{"2": 29}, {}]}], "n": [{"1": 106, "2": 346}, {"d": [{"2": 9}, {}], "f": [{"2": 4}, {}], "g": [{"2": 9}, {}], "l": [{"1": 10, "2": 58}, {"-": [{"2": 13}, {}], "n": [{"2": 4}, {}], "/": [{"2": 13}, {}], "i": [{"2": 5}, {}], "s": [{"1": 10, "2": 23}, {"l": [{"1": 5}, {}], "/": [{"2": 15}, {}], "p": [{"2": 4}, {}], "r": [{"1": 5}, {}], "b": [{"2": 4}, {}]}]}], "m": [{"1": 10, "2": 45}, {"e": [{"1": 5, "2": 45}, {"\u00e9": [{"1": 5}, {}], "r": [{"2": 45}, {}]}], "s": [{"1": 5}, {}]}], "n": [{"2": 16}, {}], "h": [{"2": 2}, {}], "t": [{"1": 15, "2": 77}, {"/": [{"2": 18}, {}], "s": [{"1": 15, "2": 59}, {"u": [{"1": 5}, {}], "p": [{"2": 5}, {}], "a": [{"2": 13}, {}], "c": [{"2": 17}, {}], "n": [{"1": 5, "2": 20}, {"/": [{"1": 5, "2": 20}, {"e": [{"1": 5, "2": 20}, {"/": [{"1": 5, "2": 20}, {"t": [{"2": 15}, {}], "m": [{"1": 5}, {}], "v": [{"2": 5}, {}]}]}]}]}], "o": [{"1": 5}, {}], "i": [{"2": 4}, {}]}]}], "v": [{"1": 5, "2": 5}, {"s": [{"1": 5, "2": 5}, {"n": [{"2": 5}, {}], "a": [{"1": 5}, {}]}]}], "p": [{"2": 14}, {}], "r": [{"1": 35, "2": 13}, {"/": [{"2": 5}, {}], "a": [{"2": 4}, {}], "s": [{"1": 35, "2": 4}, {"d": [{"2": 4}, {}], "u": [{"1": 15}, {}], "r": [{"1": 15}, {}], "e": [{"1": 5}, {}]}]}], "s": [{"1": 31, "2": 90}, {"-": [{"2": 4}, {}], "n": [{"2": 9}, {}], "/": [{"2": 13}, {}], "s": [{"1": 31, "2": 64}, {"u": [{"2": 8}, {}], "n": [{"2": 4}, {}], "i": [{"1": 5, "2": 22}, {"/": [{"1": 5, "2": 22}, {"d": [{"1": 5}, {}], "u": [{"2": 4}, {}], "v": [{"2": 14}, {}], "c": [{"2": 4}, {}]}]}], "s": [{"1": 26, "2": 30}, {"/": [{"1": 26, "2": 30}, {"e": [{"2": 14}, {}], "i": [{"1": 10}, {}], "a": [{"1": 16, "2": 16}, {"/": [{"1": 16, "2": 16}, {"f": [{"1": 16}, {}], "p": [{"2": 16}, {}]}]}]}]}]}]}], "x": [{"2": 4}, {}]}], "c": [{"2": 17}, {}]}], "au": [{"1": 2293}, {}], "\u00e9\u00e2": [{"2": 17}, {}], "eo": [{"1": 17}, {}], "ia": [{"1": 85, "2": 200}, {"d": [{"2": 15}, {}], "t": [{"2": 17}, {}], "g": [{"2": 16}, {}], "p": [{"2": 4}, {}], "b": [{"1": 17, "2": 9}, {"d": [{"1": 17}, {}], "c": [{"2": 9}, {}]}], "r": [{"1": 5, "2": 5}, {"t": [{"2": 5}, {}], "l": [{"1": 5}, {}]}], "s": [{"2": 13}, {}], "l": [{"2": 16}, {}], "m": [{"2": 17}, {}], "n": [{"1": 63, "2": 75}, {"d": [{"1": 30, "2": 5}, {"t": [{"1": 15, "2": 5}, {"/": [{"1": 15}, {}], "o": [{"2": 5}, {}]}], "e": [{"1": 15}, {}]}], "t": [{"1": 28, "2": 9}, {"t": [{"2": 5}, {}], "/": [{"1": 28}, {}], "i": [{"2": 4}, {}]}], "v": [{"1": 5, "2": 4}, {"d": [{"1": 5}, {}], "t": [{"2": 4}, {}]}], "r": [{"2": 22}, {}], "c": [{"2": 4}, {}], "l": [{"2": 18}, {}], "f": [{"2": 13}, {}]}], "/": [{"2": 13}, {}]}], "ao\u00fb": [{"1": 5}, {}], "ie": [{"1": 2680, "2": 527}, {"d": [{"1": 61}, {}], "t": [{"1": 24, "2": 21}, {"m": [{"1": 5, "2": 4}, {"t": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"e": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"-": [{"1": 5, "2": 4}, {"-": [{"1": 5, "2": 4}, {}]}]}]}]}]}]}], "v": [{"1": 5}, {}], "q": [{"2": 17}, {}], "s": [{"1": 14}, {}]}], "f": [{"1": 5}, {}], "r": [{"1": 883, "2": 235}, {"d": [{"1": 10, "2": 8}, {"/": [{"1": 5, "2": 8}, {"u": [{"1": 5}, {}], "o": [{"2": 4}, {}], "\u00e9": [{"2": 4}, {}]}], "s": [{"1": 5}, {}]}], "f": [{"1": 148, "2": 36}, {"t": [{"1": 18}, {}], "-": [{"1": 97, "2": 5}, {"-": [{"1": 97, "2": 5}, {}]}], "/": [{"1": 15, "2": 31}, {"n": [{"2": 5}, {}], "\u00e9": [{"2": 8}, {}], "f": [{"1": 15}, {}], "i": [{"2": 18}, {}]}], "s": [{"1": 18}, {}]}], "b": [{"1": 16}, {}], "c": [{"1": 59, "2": 27}, {"g": [{"1": 10}, {}], "/": [{"1": 33, "2": 27}, {"e": [{"1": 5}, {}], "a": [{"1": 5}, {}], "r": [{"2": 9}, {}], "s": [{"2": 9}, {}], "n": [{"1": 8}, {}], "o": [{"2": 9}, {}], "i": [{"1": 15}, {}]}], "s": [{"1": 16}, {}]}], "l": [{"1": 104, "2": 39}, {"-": [{"2": 9}, {}], "/": [{"1": 73, "2": 30}, {"e": [{"1": 10}, {}], "p": [{"2": 5}, {}], "a": [{"1": 17}, {}], "b": [{"2": 16}, {}], "u": [{"1": 5}, {}], "l": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"a": [{"2": 4}, {}], "i": [{"1": 5}, {}]}]}], "o": [{"1": 15}, {}], "i": [{"1": 16}, {}], "\u00e9": [{"1": 5, "2": 5}, {"/": [{"1": 5, "2": 5}, {"d": [{"2": 5}, {}], "b": [{"1": 5}, {}]}]}]}], "e": [{"1": 5}, {}], "r": [{"1": 10}, {}], "s": [{"1": 16}, {}]}], "m": [{"1": 51}, {}], "n": [{"1": 75, "2": 20}, {"-": [{"2": 15}, {}], "/": [{"1": 61, "2": 5}, {"\u00f4": [{"1": 5}, {}], "e": [{"1": 15}, {}], "g": [{"1": 16}, {}], "a": [{"2": 5}, {}], "r": [{"1": 20}, {}], "u": [{"1": 5}, {}]}], "s": [{"1": 14}, {}]}], "h": [{"1": 51, "2": 12}, {"-": [{"1": 41, "2": 12}, {"-": [{"1": 41, "2": 12}, {}]}], "/": [{"1": 5}, {}], "r": [{"1": 5}, {}]}], "t": [{"1": 132, "2": 9}, {"/": [{"1": 114, "2": 9}, {"e": [{"1": 18}, {}], "r": [{"1": 14}, {}], "\u00e9": [{"1": 16}, {}], "\u00e2": [{"2": 9}, {}], "u": [{"1": 5}, {}], "l": [{"1": 18}, {}], "\u00ee": [{"1": 5}, {}], "n": [{"1": 20}, {}], "i": [{"1": 18}, {}]}], "s": [{"1": 18}, {}]}], "v": [{"1": 25, "2": 8}, {"g": [{"1": 15}, {}], "/": [{"1": 10, "2": 8}, {"n": [{"1": 5, "2": 8}, {"/": [{"1": 5, "2": 8}, {"e": [{"2": 8}, {}], "a": [{"1": 5}, {}]}]}], "a": [{"1": 5}, {}]}]}], "p": [{"1": 48, "2": 21}, {"/": [{"1": 20, "2": 21}, {"o": [{"2": 8}, {}], "x": [{"2": 13}, {}], "a": [{"1": 15}, {}], "r": [{"1": 5}, {}]}], "r": [{"1": 14}, {}], "s": [{"1": 14}, {}]}], "q": [{"1": 18}, {}], "r": [{"1": 73, "2": 46}, {"/": [{"1": 54, "2": 46}, {"u": [{"1": 15}, {}], "v": [{"2": 4}, {}], "p": [{"2": 15}, {}], "a": [{"1": 5}, {}], "r": [{"1": 24}, {}], "c": [{"2": 22}, {}], "o": [{"1": 10, "2": 5}, {"/": [{"1": 10, "2": 5}, {"m": [{"2": 5}, {}], "s": [{"1": 10}, {}]}]}]}], "s": [{"1": 19}, {}]}], "s": [{"1": 59, "2": 9}, {"/": [{"1": 35, "2": 9}, {"u": [{"1": 5}, {}], "a": [{"1": 5, "2": 9}, {"/": [{"1": 5, "2": 9}, {"t": [{"2": 9}, {}], "r": [{"1": 5}, {}]}]}], "r": [{"1": 10}, {}], "s": [{"1": 15}, {}]}], "s": [{"1": 24}, {}]}], "z": [{"1": 14}, {}]}], "s": [{"1": 74, "2": 9}, {"d": [{"2": 9}, {}], "t": [{"1": 10}, {}], "f": [{"1": 10}, {}], "r": [{"1": 14}, {}], "c": [{"1": 10}, {}], "m": [{"1": 10}, {}], "s": [{"1": 10}, {}], "h": [{"1": 10}, {}]}], "l": [{"1": 114, "2": 9}, {"t": [{"2": 9}, {}], "m": [{"1": 10}, {}], "f": [{"1": 13}, {}], "c": [{"1": 91}, {}]}], "n": [{"1": 1091, "2": 168}, {"d": [{"1": 9, "2": 12}, {"c": [{"2": 8}, {}], "/": [{"1": 5, "2": 4}, {"\u00e9": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"m": [{"1": 5}, {}], "g": [{"2": 4}, {}]}]}]}], "s": [{"1": 4}, {}]}], "g": [{"2": 13}, {}], "b": [{"1": 404}, {}], "c": [{"1": 10, "2": 32}, {"n": [{"1": 5}, {}], "/": [{"1": 5, "2": 12}, {"n": [{"1": 5}, {}], "i": [{"2": 12}, {}]}], "c": [{"2": 20}, {}]}], "l": [{"2": 18}, {}], "m": [{"1": 23}, {}], "n": [{"2": 4}, {}], "h": [{"1": 14}, {}], "t": [{"1": 189, "2": 31}, {"t": [{"1": 78, "2": 18}, {"e": [{"1": 20}, {}], "n": [{"1": 15}, {}], "/": [{"1": 24}, {}], "a": [{"2": 18}, {}], "u": [{"1": 19}, {}]}], "d": [{"1": 14}, {}], "s": [{"1": 37}, {}], "c": [{"2": 13}, {}], "-": [{"1": 13}, {}], "n": [{"1": 24}, {}], "/": [{"1": 23}, {}]}], "v": [{"1": 257}, {}], "r": [{"1": 150, "2": 49}, {"t": [{"2": 14}, {}], "c": [{"2": 15}, {}], "s": [{"1": 10, "2": 8}, {"o": [{"2": 4}, {}], "/": [{"1": 10}, {}], "i": [{"2": 4}, {}]}], "-": [{"1": 140}, {}], "n": [{"2": 4}, {}], "/": [{"2": 8}, {}]}], "s": [{"1": 35, "2": 9}, {"-": [{"1": 15}, {}], "n": [{"1": 2}, {}], "s": [{"1": 18, "2": 9}, {"/": [{"1": 18}, {}], "i": [{"2": 9}, {}]}]}]}], "/": [{"1": 130}, {}], "z": [{"1": 298, "2": 85}, {"d": [{"1": 36, "2": 8}, {"-": [{"1": 10}, {}], "/": [{"1": 26, "2": 8}, {"u": [{"1": 5, "2": 8}, {"/": [{"1": 5, "2": 8}, {"t": [{"1": 5, "2": 8}, {"/": [{"1": 5, "2": 8}, {"\u00e9": [{"1": 5, "2": 8}, {"-": [{"1": 5, "2": 8}, {"-": [{"1": 5, "2": 8}, {}]}]}]}]}]}]}], "n": [{"1": 16}, {}], "\u00e9": [{"1": 5}, {}]}]}], "f": [{"2": 13}, {}], "c": [{"2": 15}, {}], "l": [{"1": 41, "2": 16}, {"-": [{"1": 5}, {}], "/": [{"1": 36, "2": 16}, {"l": [{"1": 10}, {}], "u": [{"1": 16}, {}], "r": [{"1": 5}, {}], "b": [{"2": 16}, {}], "e": [{"1": 5}, {}]}]}], "m": [{"1": 15}, {}], "n": [{"1": 16}, {}], "h": [{"1": 16}, {}], "t": [{"1": 16}, {}], "v": [{"1": 14}, {}], "p": [{"1": 5}, {}], "r": [{"1": 114, "2": 33}, {"-": [{"1": 45, "2": 16}, {"d": [{"2": 12}, {}], "e": [{"1": 15}, {}], "r": [{"1": 10}, {}], "u": [{"1": 10}, {}], "-": [{"2": 4}, {}], "i": [{"1": 10}, {}]}], "/": [{"1": 69, "2": 17}, {"d": [{"2": 13}, {}], "u": [{"1": 14}, {}], "a": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"v": [{"1": 5, "2": 4}, {"-": [{"1": 5, "2": 4}, {"-": [{"1": 5, "2": 4}, {}]}]}]}]}], "r": [{"1": 18}, {}], "e": [{"1": 17}, {}], "o": [{"1": 5}, {}], "i": [{"1": 10}, {}]}]}], "s": [{"1": 20}, {}], "Y": [{"1": 5}, {}]}]}], "o\u00e8": [{"2": 16}, {}], "o\u00e9": [{"2": 16}, {}], "o\u00ea": [{"1": 5}, {}], "iei": [{"1": 31}, {}], "o\u00ee": [{"1": 26}, {}], "o\u00ef": [{"2": 19}, {}], "ouie": [{"2": 4}, {}], "oua": [{"1": 15, "2": 43}, {"t": [{"2": 4}, {}], "n": [{"2": 27}, {}], "/": [{"2": 12}, {}], "h": [{"1": 15}, {}]}], "o\u00f9": [{"1": 213}, {}], "eu": [{"1": 3738}, {}], "oueu": [{"2": 13}, {}], "uie": [{"1": 15}, {}], "uia": [{"2": 4}, {}], "eai": [{"1": 22}, {}], "ueu": [{"2": 14}, {}], "ue": [{"1": 196, "2": 167}, {"t": [{"2": 13}, {}], "r": [{"1": 40, "2": 67}, {"t": [{"1": 35, "2": 16}, {"-": [{"2": 16}, {}], "o": [{"1": 10}, {}], "i": [{"1": 10}, {}], "a": [{"1": 15}, {}]}], "b": [{"2": 4}, {}], "c": [{"2": 4}, {}], "l": [{"2": 13}, {}], "m": [{"1": 5, "2": 12}, {"/": [{"2": 8}, {}], "a": [{"1": 5, "2": 4}, {"e": [{"1": 5, "2": 4}, {"i": [{"1": 5, "2": 4}, {"r": [{"1": 5, "2": 4}, {"t": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"-": [{"2": 4}, {}], "i": [{"1": 5}, {}]}]}]}]}]}]}]}], "n": [{"2": 13}, {}], "h": [{"2": 5}, {}]}], "s": [{"1": 19}, {}], "l": [{"2": 65}, {}], "n": [{"1": 15, "2": 9}, {"l": [{"2": 9}, {}], "m": [{"1": 5}, {}], "p": [{"1": 10}, {}]}], "/": [{"1": 122}, {}], "z": [{"2": 13}, {}]}], "yo": [{"2": 9}, {}], "\u00e2i": [{"1": 16}, {}], "uau": [{"2": 20}, {}], "uo": [{"2": 17}, {}], "ou\u00fc": [{"1": 10}, {}], "ae": [{"1": 15}, {}], "ui": [{"1": 1478, "2": 58}, {"d": [{"1": 20}, {}], "g": [{"1": 13}, {}], "c": [{"1": 18}, {}], "l": [{"1": 14}, {}], "m": [{"1": 46}, {}], "n": [{"1": 25, "2": 53}, {"g": [{"1": 10}, {}], "j": [{"1": 5}, {}], "r": [{"1": 10, "2": 53}, {"e": [{"1": 5, "2": 44}, {"/": [{"1": 5, "2": 44}, {"-": [{"1": 5, "2": 35}, {"-": [{"1": 5, "2": 35}, {}]}], "u": [{"2": 4}, {}], "s": [{"2": 5}, {}]}]}], "\u00e9": [{"1": 5, "2": 9}, {"/": [{"1": 5, "2": 9}, {"-": [{"1": 5, "2": 4}, {"-": [{"1": 5, "2": 4}, {}]}], "s": [{"2": 5}, {}]}]}]}]}], "/": [{"1": 468}, {}], "t": [{"1": 315, "2": 5}, {"d": [{"1": 55}, {}], "f": [{"1": 35}, {}], "g": [{"1": 10}, {}], "p": [{"1": 10}, {}], "r": [{"1": 92}, {}], "s": [{"1": 43}, {}], "l": [{"2": 5}, {}], "n": [{"1": 49}, {}], "c": [{"1": 5}, {}], "h": [{"1": 16}, {}]}], "v": [{"1": 76}, {}], "p": [{"1": 5}, {}], "r": [{"1": 49}, {}], "s": [{"1": 429}, {}]}], "o\u00fb": [{"1": 56}, {}], "yau": [{"2": 4}, {}], "ou\u00ef": [{"2": 18}, {}], "yeu": [{"1": 219}, {}], "ou\u00e9": [{"2": 15}, {}]}] +[{"1": 32871, "2": 2714}, {"uo": [{"1": 5, "2": 22}, {"s": [{"2": 9}, {}], "n": [{"1": 5, "2": 13}, {"l": [{"2": 13}, {}], "g": [{"1": 5}, {}]}]}], "eaie": [{"1": 15}, {}], "o\u00fb": [{"1": 56}, {}], "ue": [{"1": 196, "2": 167}, {"s": [{"1": 19}, {}], "r": [{"1": 40, "2": 67}, {"c": [{"2": 4}, {}], "b": [{"2": 4}, {}], "t": [{"1": 35, "2": 16}, {"a": [{"1": 15}, {}], "i": [{"1": 10}, {}], "-": [{"2": 16}, {}], "o": [{"1": 10}, {}]}], "h": [{"2": 5}, {}], "m": [{"1": 5, "2": 12}, {"a": [{"1": 5, "2": 4}, {"e": [{"1": 5, "2": 4}, {"i": [{"1": 5, "2": 4}, {"r": [{"1": 5, "2": 4}, {"t": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"i": [{"1": 5}, {}], "-": [{"2": 4}, {}]}]}]}]}]}]}], "/": [{"2": 8}, {}]}], "l": [{"2": 13}, {}], "n": [{"2": 13}, {}]}], "t": [{"2": 13}, {}], "z": [{"2": 13}, {}], "l": [{"2": 65}, {}], "/": [{"1": 122}, {}], "n": [{"1": 15, "2": 9}, {"p": [{"1": 10}, {}], "m": [{"1": 5}, {}], "l": [{"2": 9}, {}]}]}], "iu": [{"2": 13}, {}], "\u00e9\u00e9": [{"2": 15}, {}], "oa": [{"2": 16}, {}], "io": [{"1": 101, "2": 458}, {"p": [{"2": 4}, {}], "c": [{"2": 17}, {}], "r": [{"2": 13}, {}], "l": [{"2": 21}, {}], "t": [{"2": 9}, {}], "g": [{"2": 4}, {}], "n": [{"1": 101, "2": 346}, {"p": [{"2": 14}, {}], "s": [{"1": 31, "2": 90}, {"s": [{"1": 31, "2": 64}, {"i": [{"1": 5, "2": 22}, {"/": [{"1": 5, "2": 22}, {"c": [{"2": 4}, {}], "u": [{"2": 4}, {}], "d": [{"1": 5}, {}], "v": [{"2": 14}, {}]}]}], "s": [{"1": 26, "2": 30}, {"/": [{"1": 26, "2": 30}, {"a": [{"1": 16, "2": 16}, {"/": [{"1": 16, "2": 16}, {"p": [{"2": 16}, {}], "f": [{"1": 16}, {}]}]}], "i": [{"1": 10}, {}], "e": [{"2": 14}, {}]}]}], "u": [{"2": 8}, {}], "n": [{"2": 4}, {}]}], "-": [{"2": 4}, {}], "/": [{"2": 13}, {}], "n": [{"2": 9}, {}]}], "r": [{"1": 35, "2": 13}, {"a": [{"2": 4}, {}], "s": [{"1": 35, "2": 4}, {"u": [{"1": 15}, {}], "r": [{"1": 15}, {}], "e": [{"1": 5}, {}], "d": [{"2": 4}, {}]}], "/": [{"2": 5}, {}]}], "t": [{"1": 15, "2": 77}, {"s": [{"1": 15, "2": 59}, {"a": [{"2": 13}, {}], "p": [{"2": 5}, {}], "c": [{"2": 17}, {}], "u": [{"1": 5}, {}], "i": [{"2": 4}, {}], "o": [{"1": 5}, {}], "n": [{"1": 5, "2": 20}, {"/": [{"1": 5, "2": 20}, {"e": [{"1": 5, "2": 20}, {"/": [{"1": 5, "2": 20}, {"m": [{"1": 5}, {}], "t": [{"2": 15}, {}], "v": [{"2": 5}, {}]}]}]}]}]}], "/": [{"2": 18}, {}]}], "v": [{"1": 5, "2": 5}, {"s": [{"1": 5, "2": 5}, {"a": [{"1": 5}, {}], "n": [{"2": 5}, {}]}]}], "x": [{"2": 4}, {}], "d": [{"2": 9}, {}], "g": [{"2": 9}, {}], "f": [{"2": 4}, {}], "h": [{"2": 2}, {}], "m": [{"1": 5, "2": 45}, {"s": [{"1": 5}, {}], "e": [{"2": 45}, {}]}], "l": [{"1": 10, "2": 58}, {"i": [{"2": 5}, {}], "s": [{"1": 10, "2": 23}, {"b": [{"2": 4}, {}], "p": [{"2": 4}, {}], "r": [{"1": 5}, {}], "l": [{"1": 5}, {}], "/": [{"2": 15}, {}]}], "-": [{"2": 13}, {}], "/": [{"2": 13}, {}], "n": [{"2": 4}, {}]}], "n": [{"2": 16}, {}]}], "m": [{"2": 31}, {}], "s": [{"2": 9}, {}], "d": [{"2": 4}, {}]}], "ia": [{"1": 85, "2": 200}, {"p": [{"2": 4}, {}], "s": [{"2": 13}, {}], "r": [{"1": 5, "2": 5}, {"l": [{"1": 5}, {}], "t": [{"2": 5}, {}]}], "t": [{"2": 17}, {}], "g": [{"2": 16}, {}], "b": [{"1": 17, "2": 9}, {"c": [{"2": 9}, {}], "d": [{"1": 17}, {}]}], "n": [{"1": 63, "2": 75}, {"c": [{"2": 4}, {}], "r": [{"2": 22}, {}], "d": [{"1": 30, "2": 5}, {"e": [{"1": 15}, {}], "t": [{"1": 15, "2": 5}, {"o": [{"2": 5}, {}], "/": [{"1": 15}, {}]}]}], "v": [{"1": 5, "2": 4}, {"t": [{"2": 4}, {}], "d": [{"1": 5}, {}]}], "f": [{"2": 13}, {}], "l": [{"2": 18}, {}], "t": [{"1": 28, "2": 9}, {"i": [{"2": 4}, {}], "t": [{"2": 5}, {}], "/": [{"1": 28}, {}]}]}], "m": [{"2": 17}, {}], "l": [{"2": 16}, {}], "/": [{"2": 13}, {}], "d": [{"2": 15}, {}]}], "eai": [{"1": 22}, {}], "\u00e9\u00e2": [{"2": 17}, {}], "ie": [{"1": 2669, "2": 518}, {"n": [{"1": 1083, "2": 159}, {"s": [{"1": 35, "2": 9}, {"s": [{"1": 18, "2": 9}, {"i": [{"2": 9}, {}], "/": [{"1": 18}, {}]}], "-": [{"1": 15}, {}], "n": [{"1": 2}, {}]}], "r": [{"1": 150, "2": 49}, {"c": [{"2": 15}, {}], "t": [{"2": 14}, {}], "-": [{"1": 140}, {}], "s": [{"1": 10, "2": 8}, {"i": [{"2": 4}, {}], "/": [{"1": 10}, {}], "o": [{"2": 4}, {}]}], "/": [{"2": 8}, {}], "n": [{"2": 4}, {}]}], "t": [{"1": 190, "2": 31}, {"c": [{"2": 13}, {}], "d": [{"1": 14}, {}], "n": [{"1": 24}, {}], "-": [{"1": 13}, {}], "s": [{"1": 38}, {}], "/": [{"1": 23}, {}], "t": [{"1": 78, "2": 18}, {"a": [{"2": 18}, {}], "e": [{"1": 20}, {}], "u": [{"1": 19}, {}], "/": [{"1": 24}, {}], "n": [{"1": 15}, {}]}]}], "v": [{"1": 257}, {}], "c": [{"2": 23}, {}], "b": [{"1": 405}, {}], "d": [{"1": 9, "2": 12}, {"c": [{"2": 8}, {}], "s": [{"1": 4}, {}], "/": [{"1": 5, "2": 4}, {"\u00e9": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"m": [{"1": 5}, {}], "g": [{"2": 4}, {}]}]}]}]}], "g": [{"2": 13}, {}], "h": [{"1": 14}, {}], "m": [{"1": 23}, {}], "l": [{"2": 18}, {}], "n": [{"2": 4}, {}]}], "s": [{"1": 74, "2": 9}, {"c": [{"1": 10}, {}], "r": [{"1": 14}, {}], "t": [{"1": 10}, {}], "f": [{"1": 10}, {}], "h": [{"1": 10}, {}], "m": [{"1": 10}, {}], "s": [{"1": 10}, {}], "d": [{"2": 9}, {}]}], "r": [{"1": 880, "2": 235}, {"q": [{"1": 18}, {}], "p": [{"1": 48, "2": 21}, {"s": [{"1": 14}, {}], "r": [{"1": 14}, {}], "/": [{"1": 20, "2": 21}, {"a": [{"1": 15}, {}], "x": [{"2": 13}, {}], "r": [{"1": 5}, {}], "o": [{"2": 8}, {}]}]}], "s": [{"1": 59, "2": 9}, {"s": [{"1": 24}, {}], "/": [{"1": 35, "2": 9}, {"a": [{"1": 5, "2": 9}, {"/": [{"1": 5, "2": 9}, {"r": [{"1": 5}, {}], "t": [{"2": 9}, {}]}]}], "s": [{"1": 15}, {}], "r": [{"1": 10}, {}], "u": [{"1": 5}, {}]}]}], "r": [{"1": 73, "2": 46}, {"s": [{"1": 19}, {}], "/": [{"1": 54, "2": 46}, {"a": [{"1": 5}, {}], "p": [{"2": 15}, {}], "c": [{"2": 22}, {}], "r": [{"1": 24}, {}], "u": [{"1": 15}, {}], "v": [{"2": 4}, {}], "o": [{"1": 10, "2": 5}, {"/": [{"1": 10, "2": 5}, {"s": [{"1": 10}, {}], "m": [{"2": 5}, {}]}]}]}]}], "t": [{"1": 132, "2": 9}, {"s": [{"1": 18}, {}], "/": [{"1": 114, "2": 9}, {"\u00e9": [{"1": 16}, {}], "r": [{"1": 14}, {}], "e": [{"1": 18}, {}], "i": [{"1": 18}, {}], "u": [{"1": 5}, {}], "n": [{"1": 20}, {}], "\u00e2": [{"2": 9}, {}], "l": [{"1": 18}, {}], "\u00ee": [{"1": 5}, {}]}]}], "v": [{"1": 23, "2": 8}, {"/": [{"1": 10, "2": 8}, {"a": [{"1": 5}, {}], "n": [{"1": 5, "2": 8}, {"/": [{"1": 5, "2": 8}, {"a": [{"1": 5}, {}], "e": [{"2": 8}, {}]}]}]}], "g": [{"1": 13}, {}]}], "z": [{"1": 13}, {}], "c": [{"1": 59, "2": 27}, {"s": [{"1": 16}, {}], "/": [{"1": 33, "2": 27}, {"a": [{"1": 5}, {}], "s": [{"2": 9}, {}], "r": [{"2": 9}, {}], "e": [{"1": 5}, {}], "i": [{"1": 15}, {}], "o": [{"2": 9}, {}], "n": [{"1": 8}, {}]}], "g": [{"1": 10}, {}]}], "b": [{"1": 16}, {}], "d": [{"1": 10, "2": 8}, {"s": [{"1": 5}, {}], "/": [{"1": 5, "2": 8}, {"\u00e9": [{"2": 4}, {}], "u": [{"1": 5}, {}], "o": [{"2": 4}, {}]}]}], "f": [{"1": 148, "2": 36}, {"s": [{"1": 18}, {}], "-": [{"1": 97, "2": 5}, {"-": [{"1": 97, "2": 5}, {}]}], "t": [{"1": 18}, {}], "/": [{"1": 15, "2": 31}, {"i": [{"2": 18}, {}], "\u00e9": [{"2": 8}, {}], "f": [{"1": 15}, {}], "n": [{"2": 5}, {}]}]}], "h": [{"1": 51, "2": 12}, {"r": [{"1": 5}, {}], "-": [{"1": 41, "2": 12}, {"-": [{"1": 41, "2": 12}, {}]}], "/": [{"1": 5}, {}]}], "m": [{"1": 51}, {}], "l": [{"1": 104, "2": 39}, {"-": [{"2": 9}, {}], "s": [{"1": 16}, {}], "r": [{"1": 10}, {}], "e": [{"1": 5}, {}], "/": [{"1": 73, "2": 30}, {"a": [{"1": 17}, {}], "p": [{"2": 5}, {}], "b": [{"2": 16}, {}], "e": [{"1": 10}, {}], "\u00e9": [{"1": 5, "2": 5}, {"/": [{"1": 5, "2": 5}, {"b": [{"1": 5}, {}], "d": [{"2": 5}, {}]}]}], "u": [{"1": 5}, {}], "i": [{"1": 16}, {}], "l": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"i": [{"1": 5}, {}], "a": [{"2": 4}, {}]}]}], "o": [{"1": 15}, {}]}]}], "n": [{"1": 75, "2": 20}, {"s": [{"1": 14}, {}], "-": [{"2": 15}, {}], "/": [{"1": 61, "2": 5}, {"a": [{"2": 5}, {}], "r": [{"1": 20}, {}], "e": [{"1": 15}, {}], "\u00f4": [{"1": 5}, {}], "g": [{"1": 16}, {}], "u": [{"1": 5}, {}]}]}]}], "d": [{"1": 61}, {}], "f": [{"1": 5}, {}], "z": [{"1": 298, "2": 85}, {"p": [{"1": 5}, {}], "s": [{"1": 20}, {}], "r": [{"1": 114, "2": 33}, {"-": [{"1": 45, "2": 16}, {"r": [{"1": 10}, {}], "u": [{"1": 10}, {}], "d": [{"2": 12}, {}], "i": [{"1": 10}, {}], "e": [{"1": 15}, {}], "-": [{"2": 4}, {}]}], "/": [{"1": 69, "2": 17}, {"a": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"v": [{"1": 5, "2": 4}, {"-": [{"1": 5, "2": 4}, {"-": [{"1": 5, "2": 4}, {}]}]}]}]}], "r": [{"1": 18}, {}], "u": [{"1": 14}, {}], "d": [{"2": 13}, {}], "i": [{"1": 10}, {}], "e": [{"1": 17}, {}], "o": [{"1": 5}, {}]}]}], "t": [{"1": 16}, {}], "v": [{"1": 14}, {}], "Y": [{"1": 5}, {}], "c": [{"2": 15}, {}], "d": [{"1": 36, "2": 8}, {"-": [{"1": 10}, {}], "/": [{"1": 26, "2": 8}, {"\u00e9": [{"1": 5}, {}], "u": [{"1": 5, "2": 8}, {"/": [{"1": 5, "2": 8}, {"t": [{"1": 5, "2": 8}, {"/": [{"1": 5, "2": 8}, {"\u00e9": [{"1": 5, "2": 8}, {"-": [{"1": 5, "2": 8}, {"-": [{"1": 5, "2": 8}, {}]}]}]}]}]}]}], "n": [{"1": 16}, {}]}]}], "f": [{"2": 13}, {}], "h": [{"1": 16}, {}], "m": [{"1": 15}, {}], "l": [{"1": 41, "2": 16}, {"-": [{"1": 5}, {}], "/": [{"1": 36, "2": 16}, {"r": [{"1": 5}, {}], "u": [{"1": 16}, {}], "b": [{"2": 16}, {}], "e": [{"1": 5}, {}], "l": [{"1": 10}, {}]}]}], "n": [{"1": 16}, {}]}], "l": [{"1": 114, "2": 9}, {"c": [{"1": 91}, {}], "m": [{"1": 10}, {}], "t": [{"2": 9}, {}], "f": [{"1": 13}, {}]}], "/": [{"1": 130}, {}], "t": [{"1": 24, "2": 21}, {"q": [{"2": 17}, {}], "s": [{"1": 14}, {}], "m": [{"1": 5, "2": 4}, {"t": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"e": [{"1": 5, "2": 4}, {"/": [{"1": 5, "2": 4}, {"-": [{"1": 5, "2": 4}, {"-": [{"1": 5, "2": 4}, {}]}]}]}]}]}]}], "v": [{"1": 5}, {}]}]}], "oeu": [{"1": 125}, {}], "eau": [{"1": 450}, {}], "o\u00ef": [{"2": 19}, {}], "o\u00ee": [{"1": 26}, {}], "\u0153i": [{"1": 22}, {}], "e\u00fci": [{"1": 5}, {}], "ae": [{"1": 15}, {}], "o\u00ea": [{"1": 5}, {}], "euoe": [{"2": 4}, {}], "o\u00e8": [{"2": 16}, {}], "ai": [{"1": 5794}, {}], "ao": [{"1": 15, "2": 8}, {"s": [{"2": 4}, {}], "n": [{"1": 15, "2": 4}, {"p": [{"1": 15}, {}], "r": [{"2": 4}, {}]}]}], "e\u00fb": [{"1": 56}, {}], "eo": [{"1": 16}, {}], "au": [{"1": 2290}, {}], "o\u00f9": [{"1": 212}, {}], "ee": [{"1": 10}, {}], "ueu": [{"2": 14}, {}], "ea": [{"1": 50}, {}], "\u0153u": [{"1": 190}, {}], "uie": [{"1": 15}, {}], "eu\u00e2": [{"2": 4}, {}], "iau": [{"2": 5}, {}], "you": [{"1": 5}, {}], "a\u00efeu": [{"2": 36}, {}], "ua": [{"2": 19}, {}], "ou\u00fc": [{"1": 10}, {}], "\u00e9au": [{"2": 9}, {}], "iai": [{"2": 15}, {}], "iou": [{"1": 16, "2": 5}, {"s": [{"1": 16}, {}], "l": [{"2": 5}, {}]}], "\u00e9i": [{"2": 43}, {}], "uia": [{"2": 4}, {}], "iei": [{"1": 31}, {}], "eoie": [{"1": 5}, {}], "ui": [{"1": 1468, "2": 22}, {"p": [{"1": 5}, {}], "s": [{"1": 429}, {}], "r": [{"1": 49}, {}], "t": [{"1": 315, "2": 5}, {"p": [{"1": 10}, {}], "s": [{"1": 43}, {}], "r": [{"1": 92}, {}], "d": [{"1": 55}, {}], "g": [{"1": 10}, {}], "f": [{"1": 35}, {}], "h": [{"1": 16}, {}], "l": [{"2": 5}, {}], "c": [{"1": 5}, {}], "n": [{"1": 49}, {}]}], "v": [{"1": 76}, {}], "c": [{"1": 18}, {}], "d": [{"1": 20}, {}], "g": [{"1": 13}, {}], "m": [{"1": 46}, {}], "l": [{"1": 14}, {}], "/": [{"1": 468}, {}], "n": [{"1": 15, "2": 17}, {"j": [{"1": 5}, {}], "r": [{"2": 17}, {}], "g": [{"1": 10}, {}]}]}], "ou\u00ef": [{"2": 18}, {}], "ou\u00e9": [{"2": 15}, {}], "ieu": [{"1": 609, "2": 260}, {"x": [{"1": 269, "2": 210}, {"p": [{"2": 15}, {}], "c": [{"1": 22, "2": 46}, {"-": [{"1": 22}, {}], "/": [{"2": 46}, {}]}], "r": [{"2": 51}, {}], "d": [{"1": 74, "2": 44}, {"-": [{"1": 51}, {}], "/": [{"1": 23, "2": 44}, {"a": [{"1": 18, "2": 10}, {"-": [{"1": 18}, {}], "/": [{"2": 10}, {}]}], "i": [{"1": 5}, {}], "u": [{"2": 4}, {}], "o": [{"2": 30}, {}]}]}], "g": [{"2": 9}, {}], "v": [{"1": 24, "2": 16}, {"-": [{"1": 24}, {}], "/": [{"2": 16}, {}]}], "n": [{"2": 14}, {}], "m": [{"1": 75}, {}], "l": [{"1": 74}, {}], "t": [{"2": 15}, {}]}], "s": [{"2": 34}, {}], "r": [{"1": 111, "2": 16}, {"s": [{"1": 111}, {}], "r": [{"2": 16}, {}]}], "/": [{"1": 229}, {}]}], "e": [{"1": 42}, {}], "uau": [{"2": 20}, {}], "u\u00e9e": [{"2": 13}, {}], "u\u00ef": [{"2": 5}, {}], "u\u00ee": [{"1": 15, "2": 4}, {"t": [{"1": 15, "2": 4}, {"h": [{"1": 15, "2": 4}, {"r": [{"1": 15, "2": 4}, {"l": [{"1": 10}, {}], "/": [{"1": 5, "2": 4}, {"i": [{"2": 4}, {}], "e": [{"1": 5}, {}]}]}]}]}]}], "u\u00e9": [{"2": 8}, {}], "u\u00e8": [{"2": 8}, {}], "u\u00eb": [{"1": 16}, {}], "u\u00ea": [{"1": 10}, {}], "yeu": [{"1": 219}, {}], "aei": [{"2": 5}, {}], "\u00e9u": [{"2": 21}, {}], "eoi": [{"1": 22}, {}], "i\u00e9": [{"1": 77, "2": 125}, {"s": [{"1": 10, "2": 39}, {"f": [{"2": 8}, {}], "r": [{"2": 4}, {}], "t": [{"1": 10}, {}], "l": [{"2": 14}, {}], "v": [{"2": 13}, {}]}], "r": [{"1": 5}, {}], "d": [{"1": 15}, {}], "g": [{"1": 13}, {}], "/": [{"1": 34, "2": 57}, {"p": [{"2": 5}, {}], "s": [{"2": 5}, {}], "r": [{"2": 18}, {}], "d": [{"2": 4}, {}], "f": [{"2": 12}, {}], "l": [{"2": 13}, {}], "t": [{"1": 34}, {}]}], "t": [{"2": 29}, {}]}], "i\u00e8": [{"1": 338, "2": 58}, {"c": [{"1": 32}, {}], "r": [{"1": 231, "2": 24}, {"q": [{"1": 10}, {}], "p": [{"1": 5}, {}], "s": [{"1": 18}, {}], "r": [{"1": 31, "2": 24}, {"e": [{"1": 31, "2": 24}, {"p": [{"2": 16}, {}], "r": [{"1": 26}, {}], "u": [{"1": 5}, {}], "t": [{"2": 8}, {}]}]}], "t": [{"1": 30}, {}], "v": [{"1": 15}, {}], "c": [{"1": 5}, {}], "d": [{"1": 10}, {}], "f": [{"1": 15}, {}], "m": [{"1": 44}, {}], "l": [{"1": 13}, {}], "n": [{"1": 35}, {}]}], "t": [{"2": 18}, {}], "g": [{"1": 20}, {}], "v": [{"1": 20}, {}], "m": [{"1": 35, "2": 16}, {"q": [{"1": 5}, {}], "s": [{"1": 10, "2": 4}, {"e": [{"1": 10, "2": 4}, {"i": [{"1": 10, "2": 4}, {"/": [{"1": 10, "2": 4}, {"o": [{"1": 10, "2": 4}, {"/": [{"1": 10, "2": 4}, {"r": [{"1": 10, "2": 4}, {"/": [{"1": 10, "2": 4}, {"t": [{"1": 10, "2": 4}, {"-": [{"1": 10, "2": 4}, {"-": [{"1": 10, "2": 4}, {}]}]}]}]}]}]}]}]}]}]}], "r": [{"2": 8}, {}], "t": [{"2": 4}, {}], "v": [{"1": 5}, {}], "x": [{"1": 15}, {}]}]}], "yau": [{"2": 4}, {}], "\u00e9o": [{"2": 30}, {}], "\u00e9a": [{"2": 48}, {}], "eue": [{"1": 10, "2": 5}, {"t": [{"2": 5}, {}], "/": [{"1": 10}, {}]}], "\u00e9e": [{"1": 80, "2": 27}, {"x": [{"2": 5}, {}], "s": [{"2": 12}, {}], "l": [{"2": 5}, {}], "/": [{"1": 80}, {}], "n": [{"2": 5}, {}]}], "oo": [{"1": 5, "2": 5}, {"r": [{"2": 5}, {}], "t": [{"1": 5}, {}]}], "oi": [{"1": 3859}, {}], "\u00e2i": [{"1": 16}, {}], "a\u00e8": [{"2": 4}, {}], "oe": [{"1": 40, "2": 5}, {"r": [{"2": 5}, {}], "m": [{"1": 5}, {}], "d": [{"1": 20}, {}], "l": [{"1": 10}, {}], "f": [{"1": 5}, {}]}], "a\u00ef": [{"2": 31}, {}], "a\u00ee": [{"1": 269}, {}], "e\u00ee": [{"1": 5}, {}], "ouie": [{"2": 4}, {}], "uei": [{"1": 23}, {}], "ou": [{"1": 8124}, {}], "ao\u00fb": [{"1": 5}, {}], "oie": [{"1": 133}, {}], "aie": [{"1": 129}, {}], "oei": [{"1": 18}, {}], "eui": [{"1": 52}, {}], "o\u00fc\u00e9": [{"2": 4}, {}], "ui\u00e8": [{"1": 5}, {}], "ouaie": [{"2": 4}, {}], "ei": [{"1": 751}, {}], "uaie": [{"2": 4}, {}], "\u00e9ai": [{"2": 5}, {}], "a\u00efa": [{"2": 4}, {}], "oue": [{"1": 93, "2": 110}, {"s": [{"1": 12, "2": 10}, {"r": [{"2": 10}, {}], "j": [{"1": 12}, {}]}], "r": [{"1": 28, "2": 64}, {"v": [{"1": 10, "2": 21}, {"a": [{"1": 10}, {}], "-": [{"2": 4}, {}], "/": [{"2": 17}, {}]}], "r": [{"2": 8}, {}], "j": [{"1": 18, "2": 15}, {"a": [{"1": 5}, {}], "e": [{"1": 8}, {}], "-": [{"2": 15}, {}], "o": [{"1": 5}, {}]}], "l": [{"2": 16}, {}], "n": [{"2": 4}, {}]}], "t": [{"2": 17}, {}], "z": [{"2": 14}, {}], "m": [{"1": 10}, {}], "/": [{"1": 38}, {}], "n": [{"1": 5, "2": 5}, {"r": [{"1": 5, "2": 5}, {"-": [{"1": 5, "2": 5}, {"-": [{"1": 5, "2": 5}, {}]}]}]}]}], "a\u00efe": [{"2": 14}, {}], "i\u00e2ou": [{"2": 4}, {}], "o\u00e9": [{"2": 16}, {}], "yo": [{"2": 9}, {}], "ya": [{"2": 12}, {}], "oueu": [{"2": 13}, {}], "ye": [{"1": 5}, {}], "ouo": [{"2": 4}, {}], "eu": [{"1": 3736}, {}], "o\u00fcoi": [{"2": 5}, {}], "oui": [{"1": 185, "2": 72}, {"s": [{"2": 25}, {}], "r": [{"2": 16}, {}], "t": [{"2": 14}, {}], "-": [{"1": 134}, {}], "l": [{"1": 51}, {}], "/": [{"2": 17}, {}]}], "ouai": [{"2": 15}, {}], "i\u00e9e": [{"2": 16}, {}], "oua": [{"2": 31}, {}]}] diff --git a/onepass.sh b/onepass.sh @@ -0,0 +1,22 @@ +#!/bin/bash + +# read current diaeresis file on stdin and take unique prefix as $1 +# produce on stdout new diaeresis file + +cd "$( dirname "$0" )" +NUM="$1" +shift + +TEMP=`mktemp` +mkdir -p contexts +mv -f diaeresis.json $TEMP +cat > diaeresis.json +for f in "$@" +do + DEST=$(echo "contexts/$f.$NUM" | sed 's!/\.\.!!g') + ./plint.py test/$f.tpl "$DEST" < test/$f +done +mv $TEMP diaeresis.json +cat contexts/* | ./haspirater/buildtrie_list.py | + ./haspirater/compresstrie.py + diff --git a/test/andromaque.tpl b/test/andromaque.tpl @@ -0,0 +1,5 @@ +! merge:eE +6/6 A !X +6/6 A !X +6/6 B !x +6/6 B !x diff --git a/test/cyrano b/test/cyrano @@ -0,0 +1,2454 @@ +Holà ! Vos quinze sols ! J'entre gratis ! Pourquoi ? +Je suis chevau-léger de la maison du Roi ! +Vous ? Je ne paye pas ! Mais Je suis mousquetaire. +On ne commence qu'à deux heures. Le parterre +Est vide. Exerçons-nous au fleuret. Psit... Flanquin  ! +Champagne ? Cartes. Dés. Jouons. Oui, mon coquin. +J'ai soustrait à mon maître un peu de luminaire. +C'est gentil de venir avant que l'on n'éclaire ! +Touche ! Trèfle ! Un baiser ! On voit ! Pas de danger ! +Lorsqu'on vient en avance, on est bien pour manger. +Plaçons-nous là, mon fils. Brelan d'as ! Un ivrogne +Doit boire son bourgogne À l'hôtel de Bourgogne ! +Ne se croirait-on pas en quelque mauvais lieu ? +Buveurs Bretteurs ! Joueurs ! Un baiser ! Jour de Dieu ! +-- Et penser que c'est dans une salle pareille +Qu'on joua du Rotrou, mon fils. Et du Corneille ! +Les pages, pas de farce ! Oh ! Monsieur ! Ce soupçon ! +As-tu de la ficelle ? Avec un hameçon. +On pourra de là-haut pêcher quelque perruque. +Or çà, jeunes escrocs, venez qu'on vous éduque : +Puis donc que vous volez pour la première fois +Hep ! Avez-vous des sarbacanes ? Et des pois ! +Que va-t-on nous jouer ? Clorise. De qui est-ce ? +De monsieur Balthazar Baro. C'est une pièce ! +La dentelle surtout des canons, coupez-la ! +Tenez, à la première du Cid, j'étais là ! +Les montres Vous verrez des acteurs très illustres +Les mouchoirs Montfleury Allumez donc les lustres ! +Bellerose, L'Epy, la Beaupré, Jodelet ! +Ah ! voici la distributrice ! Oranges, lait, +Eau de framboise, aigre de cèdre ! Place, brutes ! +Les marquis ! ... au parterre ? Oh ! pour quelques minutes. +Hé quoi ! Nous arrivons ainsi que les drapiers, +Sans déranger les gens ? sans marcher sur les pieds ? +Ah, fi ! fi ! fi ! Cuigy ! Brissaille ! Des fidèles ! +Mais oui, nous arrivons devant que les chandelles. +Ah, ne m'en parlez pas ! Je suis dans une humeur ! +Console-toi, marquis, car voici l'allumeur ! +Ah ! Lignière ! Pas encor gris ! Je vous présente ? +Baron de Neuvillette. Ah ! La tête est charmante. +Peuh ! Messieurs de Cuigy, de Brissaille Enchanté ! +Il est assez joli, mais n'est pas ajusté +Au dernier goût. Monsieur débarque de Touraine. +Oui, je suis à Paris depuis vingt jours à peine. +J'entre aux gardes demain, dans les Cadets. Voilà +La présidente Aubry ! Oranges, lait La... la +Du monde ! Eh, oui, beaucoup, Tout le bel air ! Mesdames +De Guéméné De Bois-Dauphin Que nous aimâmes +De Chavigny Qui de nos cœurs va se jouant ! +Tiens, monsieur de Corneille est arrivé de Rouen. +L'Académie est là ? Mais... j'en vois plus d'un membre ; +Voici Boudu, Boissat, et Cureau de la Chambre ; +Porchères, Colomby, Bourzeys, Bourdon, Arbaud +Tous ces noms dont pas un ne mourra, que c'est beau ! +Attention ! nos précieuses prennent place : +Barthénoïde, Urimédonte, Cassandace, +Félixérie Ah ! Dieu ! leurs surnoms sont exquis ! +Marquis, tu les sais tous ? Je les sais tous, marquis ! +Mon cher, je suis entré pour vous rendre service : +La dame ne vient pas. Je retourne à mon vice ! +Non ! ... Vous, qui chansonnez et la ville et la cour, +Restez : vous me direz pour qui je meurs d'amour. +Messieurs les violons ! Macarons, citronnée +J'ai peur qu'elle ne soit coquette et raffinée, +Je n'ose lui parler car je n'ai pas d'esprit. +Le langage aujourd'hui qu'on parle et qu'on écrit, +Me trouble. Je ne suis qu'un bon soldat timide. +-- Elle est toujours à droite, au fond : la loge vide. +Je pars. Oh ! non, restez ! Je ne peux. D'Assoucy +M'attend au cabaret. On meurt de soif, ici. +Je reste encore un peu. -- Voyons ce rivesalte ? +Ah ! Ragueneau ! Le grand rôtisseur Ragueneau. +Monsieur, avez-vous vu monsieur de Cyrano ? +Le pâtissier des comédiens et des poètes ! +Trop d'honneur Taisez-vous, Mécène que vous êtes ! +Oui, ces messieurs chez moi se servent À crédit. +Poète de talent lui-même Ils me l'ont dit. +Fou de vers ! Il est vrai que pour une odelette +Vous donnez une tarte Oh ! une tartelette ! +Brave homme, il s'en excuse ! Et pour un triolet +Ne donnâtes-vous pas ? Des petits pains ! Au lait. +-- Et le théâtre, vous l'aimez ? Je l'idolâtre. +Vous payez en gâteaux vos billets de théâtre ! +Votre place, aujourd'hui, là, voyons, entre nous, +Vous a coûté combien ? Quatre flans. Quinze choux. +Monsieur de Cyrano n'est pas là ? Je m'étonne. +Pourquoi ? Montfleury joue ! En effet, cette tonne +Va nous jouer ce soir le rôle de Phédon. +Qu'importe à Cyrano ? Mais vous ignorez donc ? +Il fit à Montfleury, messieurs, qu'il prit en haine, +Défense, pour un mois, de reparaître en scène. +Eh bien ? Montfleury joue ! Il n'y peut rien. Oh ! oh ! +Moi, je suis venu voir ! Quel est ce Cyrano ? +C'est un garçon versé dans les colichemardes. +Noble ? Suffisamment. Il est cadet aux gardes. +Mais son ami Le Bret peut vous dire Le Bret ! +Vous cherchez Bergerac ? Oui, je suis inquiet ! +N'est-ce pas que cet homme est des moins ordinaires ? +Ah, c'est le plus exquis des êtres sublunaires ! +Rimeur ! Bretteur ! Physicien ! Musicien ! +Et quel aspect hétéroclite que le sien ! +Certes, je ne crois pas que jamais nous le peigne +Le solennel monsieur Philippe de Champaigne ; +Mais bizarre, excessif, extravagant, falot, +Il eût fourni, je pense, à feu Jacques Callot +Le plus fol spadassin à mettre entre ses masques : +Feutre à panache triple et pourpoint à six basques, +Cape que par derrière, avec pompe, l'estoc +Lève, comme une queue insolente de coq, +Plus fier que tous les Artabans dont la Gascogne +Fut et sera toujours l'alme Mère Gigogne, +Il promène, en sa fraise à la Pulcinella, +Un nez ! ... Ah ! messeigneurs, quel nez que ce nez-là ! +On ne peut voir passer un pareil nasigère +Sans s'écrier : "Oh ! non, vraiment, il exagère !" +Puis on sourit, on dit : "Il va l'enlever..." Mais +Monsieur de Bergerac ne l'enlève jamais. +Il le porte, -- et pourfend quiconque le remarque ! +Son glaive est la moitié des ciseaux de la Parque ! +Il ne viendra pas ! Si ! ... Je parie un poulet +À la Ragueneau ! Soit ! Ah, messieurs ! mais elle est +Épouvantablement ravissante ! Une pêche +Qui sourirait avec une fraise ! Et si fraîche +Qu'on pourrait, l'approchant, prendre un rhume de cœur ! +C'est elle ! Ah ! c'est elle ? Oui. Dites vite. J'ai peur. +Magdeleine Robin, dite Roxane. -- Fine. +Précieuse. Hélas ! Libre. Orpheline. Cousine +De Cyrano, -- dont on parlait Cet homme ? Hé ! hé ! +-- Comte de Guiche. Épris d'elle. Mais marié +À la nièce d'Armand de Richelieu. Désire +Faire épouser Roxane à certain triste sire, +Un monsieur de Valvert, vicomte ... et complaisant. +Elle n'y souscrit pas, mais de Guiche est puissant : +Il peut persécuter une simple bourgeoise. +D'ailleurs j'ai dévoilé sa manœuvre sournoise +Dans une chanson qui ... Ho ! il doit m'en vouloir ! +-- La fin était méchante... Écoutez Non. Bonsoir. +Vous allez ? Chez monsieur de Valvert ! Prenez garde : +C'est lui qui vous tuera ! Restez. On vous regarde. +C'est vrai ! C'est moi qui pars. J'ai soif ! Et l'on m'attend +-- Dans les tavernes ! Pas de Cyrano. Pourtant +Ah ! je veux espérer qu'il n'a pas vu l'affiche ! +Commencez ! Commencez ! Quelle cour, ce de Guiche ! +Fi ! ... Encore un Gascon ! Le Gascon souple et froid, +Celui qui réussit ! ... Saluons-le, crois-moi. +Les beaux rubans ! Quelle couleur, comte de Guiche ? +Baise-moi-ma-mignonne ou bien Ventre-de-biche ? +C'est couleur Espagnol malade. La couleur +Ne ment pas, car bientôt, grâce à votre valeur, +L'Espagnol ira mal, dans les Flandres ! Je monte +Sur scène. Venez-vous ? Viens, Valvert ! Le vicomte ! +Ah ! je vais lui jeter à la face mon Hein ? +Ay ! Je cherchais un gant ! Vous trouvez une main. +Lâchez-moi. Je vous livre un secret. Quel ? Lignière +Qui vous quitte Eh ! bien ? touche à son heure dernière. +Une chanson qu'il fit blessa quelqu'un de grand, +Et cent hommes -- j'en suis -- ce soir sont postés ! Cent ! +Par qui ? Discrétion Oh ! Professionnelle ! +Où seront-ils postés ? À la porte de Nesle. +Sur son chemin. Prévenez-le ! Mais où le voir ! +Allez courir tous les cabarets : le Pressoir +D'Or, la Pomme de Pin, la Ceinture qui craque, +Les Deux Torches, les Trois Entonnoirs, -- et dans chaque, +Laissez un petit mot d'écrit l'avertissant. +Oui, je cours ! Ah ! les gueux ! Contre un seul homme, cent ! +La quitter... elle ! Et lui ! ... -- Mais il faut que je sauve +Lignière ! Commencez. Ma perruque ! Il est chauve ! +Bravo, les pages ! ... Ha ! ha ! ha ! Petit gredin ! +Ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! Ce silence soudain ? +Ah ? ...... La chose me vient d'être certifiée. +Chut ! -- Il paraît ? ... -- Non ! ... -- Si ! -- Dans la loge grillée. -- +Le Cardinal ! -- Le Cardinal ? -- Le Cardinal ! +Ah ! diable, on ne va pas pouvoir se tenir mal ! +Mouchez cette chandelle ! Une chaise ! Silence ! +Montfleury entre en scène ? Oui, c'est lui qui commence. +Cyrano n'est pas là. J'ai perdu mon pari. +Tant mieux ! tant mieux ! Bravo, Montfleury ! Montfleury ! +Heureux qui loin des cours, dans un lieu solitaire, +Se prescrit à soi-même un exil volontaire, +Et qui, lorsque Zéphire a soufflé sur les bois +Coquin, ne t'ai-je pas interdit pour un mois ? +Hein ? -- Quoi ? -- Qu'est-ce ? C'est lui ! Cyrano ! Roi des pitres ! +Hors de scène a l'instant ! Oh ! Mais Tu récalcitres ? +Chut ! -- Assez ! -- Montfleury, jouez ! -- Ne craignez rien ! +Heureux qui loin des cours dans un lieu sol Eh bien ! +Faudra-t-il que je fasse, ô Monarque des drôles, +Une plantation de bois sur vos épaules ? +Heureux qui Sortez ! Oh ! Heureux qui loin des cours +Ah ! je vais me fâcher ! Venez à mon secours, +Messieurs ! Mais jouez donc ! Gros homme, si tu joues +Je vais être obligé de te fesser les joues ! +Assez ! Que les marquis se taisent sur leurs bancs, +Ou bien je fais tâter ma canne à leurs rubans ! +C'en est trop ! ... Montfleury Que Montfleury s'en aille, +Ou bien je l'essorille et le désentripaille ! +Mais Qu'il sorte ! Pourtant Ce n'est pas encor fait ? +Bon ! je vais sur la scène en guise de buffet, +Découper cette mortadelle d'Italie ! +En m'insultant, Monsieur, vous insultez Thalie ! +Si cette Muse, à qui, Monsieur, vous n'êtes rien, +Avait l'honneur de vous connaître, croyez bien +Qu'en vous voyant si gros et bête comme une urne, +Elle vous flanquerait quelque part son cothurne. +Montfleury ! Montfleury ! -- La pièce de Baro ! -- +Je vous en prie, ayez pitié de mon fourreau : +Si vous continuez, il va rendre sa lame ! +Hé ! là ! Sortez de scène ! Oh ! oh ! Quelqu'un réclame ? +Si j'entends une fois encor cette chanson, +Je vous assomme tous. Vous n'êtes pas Samson ! +Voulez-vous me prêter, Monsieur, votre mâchoire ? +C'est inouï ! C'est scandaleux ! C'est vexatoire ! +Ce qu'on s'amuse ! Kssi ! -- Montfleury ! -- Cyrano ! +Je vous Miâou ! Je vous ordonne de vous taire ! +Et j'adresse un défi collectif au parterre ! +-- J'inscris les noms ! -- Approchez-vous, jeunes héros ! +Chacun son tour ! Je vais donner des numéros ! -- +Allons, quel est celui qui veut ouvrir la liste ? +Vous, Monsieur ? Non ! Vous ? Non ! Le premier duelliste, +Je l'expédie avec les honneurs qu'on lui doit ! +-- Que tous ceux qui veulent mourir lèvent le doigt. +La pudeur vous défend de voir ma lame nue ? +Pas un nom ? -- Pas un doigt ? -- C'est bien. Je continue. +Donc, je désire voir le théâtre guéri +De cette fluxion. Sinon le bistouri ! +Je Mes mains vont frapper trois claques, pleine lune ! +Vous vous éclipserez à la troisième. Ah ? Une ! +Je Restez ! Restera ... restera pas Je crois, +Messieurs Deux ! Je suis sûr qu'il vaudrait mieux que Trois ! +Hu ! ... hu ! ... Lâche ! ... Reviens ! Qu'il revienne, s'il l'ose ! +L'orateur de la troupe ! Ah ! ... Voilà Bellerose ! +Nobles seigneurs Non ! Non ! Jodelet ! Tas de veaux ! +Ah ! Ah ! Bravo ! très bien ! bravo ! Pas de bravos ! +Le gros tragédien dont vous aimez le ventre +S'est senti C'est un lâche ! Il dut sortir ! Qu'il rentre ! +Non ! Si ! Mais à la fin, monsieur, quelle raison +J'ai deux raisons, dont chaque est suffisante seule. +Primo : c'est un acteur déplorable, qui gueule, +Et qui soulève avec des han ! de porteur d'eau, +Le vers qu'il faut laisser s'envoler ! -- Secundo : +Est mon secret Mais vous nous privez sans scrupule +De la Clorise ! Je m'entête Vieille mule ! +Les vers du vieux Baro valant moins que zéro, +J'interromps sans remords ! Ha ! -- Ho ! -- Notre Baro ! +Ma chère ! -- Peut-on dire ? ... Ah ! Dieu ! Belles personnes, +Rayonnez, fleurissez, soyez des échansonnes +De rêve, d'un sourire enchantez un trépas, +Inspirez-nous des vers... mais ne les jugez pas ! +Et l'argent qu'il va falloir rendre ! Bellerose, +Vous avez dit la seule intelligente chose ! +Au manteau de Thespis je ne fais pas de trous : +Attrapez cette bourse au vol, et taisez-vous ! +Ah ! ... Oh ! À ce prix-là, monsieur, je t'autorise +À venir chaque jour empêcher la Clorise ! +Hu ! ... Hu ! Dussions-nous même ensemble être hués ! +Il faut évacuer la salle ! Évacuez ! +C'est fou ! Le comédien Montfleury ! quel scandale ! +Mais il est protégé par le duc de Candale ! +Avez-vous un patron ? Non ! Vous n'avez pas ? Non ! +Quoi, pas un grand seigneur pour couvrir de son nom ? +Non, ai-je dit deux fois. Faut-il donc que je trisse ? +Non, pas de protecteur mais une protectrice ! +Mais vous allez quitter la ville ? C'est selon. +Mais le duc de Candale a le bras long ! Moins long +Que n'est le mien quand je lui mets cette rallonge ! +Mais vous ne songez pas à prétendre J'y songe. +Mais Tournez les talons, maintenant. Mais Tournez ! +-- Ou dites-moi pourquoi vous regardez mon nez. +Je Qu'a-t-il d'étonnant ? Votre Grâce se trompe +Est-il mol et ballant, monsieur, comme une trompe ? +Je n'ai pas Ou crochu comme un bec de hibou ? +Je Y distingue-t-on une verrue au bout ? +Mais Ou si quelque mouche, à pas lents, s'y promène ? +Qu'a-t-il d'hétéroclite ? Oh ! Est-ce un phénomène ? +Mais d'y porter les yeux j'avais su me garder ! +Et pourquoi, s'il vous plaît, ne pas le regarder ? +J'avais Il vous dégoûte alors ? Monsieur Malsaine +Vous semble sa couleur ? Monsieur ! Sa forme, obscène ? +Mais du tout ! Pourquoi donc prendre un air dénigrant ? +-- Peut-être que monsieur le trouve un peu trop grand ? +Je le trouve petit, tout petit, minuscule ! +Hein ? comment ? m'accuser d'un pareil ridicule ? +Petit, mon nez ? Holà ! Ciel ! Énorme, mon nez ! +-- Vil camus, sot camard, tête plate, apprenez +Que je m'enorgueillis d'un pareil appendice, +Attendu qu'un grand nez est proprement l'indice +D'un homme affable, bon, courtois, spirituel, +Libéral, courageux, tel que je suis, et tel +Qu'il vous est interdit à jamais de vous croire, +Déplorable maraud ! car la face sans gloire +Que va chercher ma main en haut de votre col, +De lyrisme, de pittoresque, d'étincelle, +De somptuosité, de Nez enfin, que celle +Que va chercher ma botte au bas de votre dos ! +Au secours ! À la garde ! Avis donc aux badauds +Qui trouveraient plaisant mon milieu de visage, +Et si le plaisantin est noble, mon usage +Est de lui mettre, avant de le laisser s'enfuir, +Pas devant, et plus haut, du fer, et non du cuir ! +Mais à la fin il nous ennuie ! Il fanfaronne ! +Personne ne va donc lui répondre ? Personne ? +Attendez ! Je vais lui lancer un de ces traits ! +Vous... vous avez un nez... heu... un nez... très grand. Très ! +Ha ! C'est tout ? Mais Ah ! non ! c'est un peu court, jeune homme ! +On pouvait dire... Oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme +En variant le ton, -- par exemple, tenez : +Agressif : "Moi, monsieur, si j'avais un tel nez +Il faudrait sur-le-champ que je me l'amputasse !" +Amical : "Mais il doit tremper dans votre tasse ! +Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap !" +Descriptif : "C'est un roc ! ... c'est un pic ! ... c'est un cap ! +Que dis-je, c'est un cap ? ... C'est une péninsule !" +Curieux : "De quoi sert cette oblongue capsule ? +D'écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ?" +Gracieux : "Aimez-vous à ce point les oiseaux +Que paternellement vous vous préoccupâtes +De tendre ce perchoir à leur petites pattes ?" +Truculent : "Ça, monsieur, lorsque vous pétunez, +La vapeur du tabac vous sort-elle du nez +Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ?" +Prévenant : "Gardez-vous, votre tête entraînée +Par ce poids, de tomber en avant sur le sol !" +Tendre : "Faites-lui faire un petit parasol +De peur que sa couleur au soleil ne se fane !" +Pédant : "L'animal seul, monsieur, qu'Aristophane +Appelle Hippocampelephantocamélos +Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os !" +Cavalier : 'Quoi, l'ami, ce croc est à la mode ? +Pour pendre son chapeau, c'est vraiment très commode !' +Emphatique : "Aucun vent ne peut, nez magistral, +T'enrhumer tout entier, excepté le mistral !" +Dramatique : "C'est la Mer Rouge quand il saigne !" +Admiratif : "Pour un parfumeur, quelle enseigne !" +Lyrique : "Est-ce une conque, êtes-vous un triton ?" +Respectueux : "Souffrez, monsieur, qu'on vous salue, +C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue !" +Campagnard : "Hé, ardé ! C'est-y un nez ? Nanain ! +C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain !" +Militaire : "Pointez contre cavalerie !" +Pratique : "Voulez-vous le mettre en loterie ? +Assurément, monsieur, ce sera le gros lot !" +Enfin, parodiant Pyrame en un sanglot : +"Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître +A détruit l'harmonie ! Il en rougit, le traître !" +-- Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit +Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit : +Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres, +Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres +Vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot ! +Eussiez-vous eu, d'ailleurs, l'invention qu'il faut +Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries, +Me servir toutes ces folles plaisanteries, +Que vous n'en eussiez pas articulé le quart +De la moitié du commencement d'une, car +Je me les sers moi-même, avec assez de verve, +Mais je ne permets pas qu'un autre me les serve. +Vicomte, laissez donc ! Ces grands airs arrogants ! +Un hobereau qui... qui... n'a même pas de gants ! +Et qui sort sans rubans, sans bouffettes, sans ganses ! +Moi, c'est moralement que j'ai mes élégances. +Je ne m'attife pas ainsi qu'un freluquet, +Mais je suis plus soigné si je suis moins coquet ; +Je ne sortirais pas avec, par négligence, +Un affront pas très bien lavé, la conscience +Jaune encor de sommeil dans le coin de son œil, +Un honneur chiffonné, des scrupules en deuil. +Mais je marche sans rien sur moi qui ne reluise, +Empanaché d'indépendance et de franchise ; +Ce n'est pas une taille avantageuse, c'est +Mon âme que je cambre ainsi qu'en un corset, +Et tout couvert d'exploits qu'en rubans je m'attache, +Retroussant mon esprit ainsi qu'une moustache, +Je fais, en traversant les groupes et les ronds, +Sonner les vérités comme des éperons. +Mais, monsieur Je n'ai pas de gants ? ... la belle affaire ! +Il m'en restait un seul d'une très vieille paire ! +-- Lequel m'était d'ailleurs encor fort importun : +Je l'ai laissé dans la figure de quelqu'un. +Maraud, faquin, butor de pied plat ridicule ! +Ah ? ... Et moi, Cyrano-Savinien-Hercule +De Bergerac. Bouffon ! Ay ! Qu'est-ce encor qu'il dit ? +Il faut la remuer car elle s'engourdit +-- Ce que c'est que de la laisser inoccupée ! -- +Ay ! Qu'avez-vous ? J'ai des fourmis dans mon épée ! +Soit ! Je vais vous donner un petit coup charmant. +Poète ! Oui, monsieur, poète ! et tellement, +Qu'en ferraillant je vais -- hop ! -- à l'improvisade, +Vous composer une ballade. Une ballade ? +Vous ne vous doutez pas de ce que c'est, je crois ? +Mais La ballade, donc, se compose de trois +Couplets de huit vers Oh ! Et d'un envoi de quatre +Vous Je vais tout ensemble en faire une et me battre, +Et vous toucher, monsieur, au dernier vers. Non ! Non ? +Ballade du duel qu'en l'hôtel bourguignon +Monsieur de Bergerac eut avec un bélître ! +Qu'est-ce que c'est que ça, s'il vous plaît ? C'est le titre. +Place ! -- Très amusant ! -- Rangez-vous ! -- Pas de bruits ! +Attendez ! ... je choisis mes rimes... Là, j'y suis. +Ah ! Superbe ! Joli ! Pharamineux ! Nouveau ! +Insensé ! Compliments ! ... félicite ... bravo +C'est un héros ! Monsieur, voulez-vous me permettre ? +C'est tout à fait très bien, et je crois m'y connaître ; +J'ai du reste exprimé ma joie en trépignant ! +Comment s'appelle donc ce monsieur ? D'Artagnan. +Çà, causons ! Laisse un peu sortir cette cohue +Je peux rester ? Mais oui ! C'est Montfleury qu'on hue ! +Sic transit ! Balayez. Fermez. N'éteignez pas. +Nous allons revenir après notre repas, +Répéter pour demain une nouvelle farce. +Vous ne dînez donc pas ? Moi ? ... Non. Parce que ? Parce +Que je n'ai pas d'argent ! Comment ! le sac d'écus ? +Pension paternelle, en un jour, tu vécus ! +Pour vivre tout un mois, alors ? Rien ne me reste. +Jeter ce sac, quelle sottise ! Mais quel geste ! +Hum ! Monsieur... Vous savoir jeûner... le cœur me fend +J'ai là tout ce qu'il faut Prenez ! Ma chère enfant, +Encor que mon orgueil de Gascon m'interdise +D'accepter de vos doigts la moindre friandise, +J'ai trop peur qu'un refus ne vous soit un chagrin, +Et j'accepterai donc Oh ! peu de chose ! -- un grain +De ce raisin Un seul ! ... ce verre d'eau limpide ! +-- Et la moitié d'un macaron ! Mais c'est stupide ! +Oh ! quelque chose encor ! Oui. La main à baiser. +Merci, monsieur. Bonsoir. Je t'écoute causer. +Dîner ! Boisson ! Dessert ! Là, je me mets à table ! +-- Ah ! ... j'avais une faim, mon cher, épouvantable ! +-- Tu disais ? Que ces fats aux grands airs belliqueux +Te fausseront l'esprit si tu n'écoutes qu'eux ! +Va consulter des gens de bon sens, et t'informe +De l'effet qu'a produit ton algarade. Énorme. +Le Cardinal Il était là, le Cardinal ? +A dû trouver cela Mais très original. +Pourtant C'est un auteur. Il ne peut lui déplaire +Que l'on vienne troubler la pièce d'un confrère. +Tu te mets sur les bras, vraiment, trop d'ennemis ! +Combien puis-je, à peu près, ce soir, m'en être mis ? +Quarant'-huit. Sans compter les femmes. Voyons, compte ! +Montfleury, le bourgeois, de Guiche, le vicomte, +Baro, l'Académie Assez ! tu me ravis ! +Mais où te mènera la façon dont tu vis ? +Quel système est le tien ? J'errais dans un méandre ; +J'avais trop de partis, trop compliqués, à prendre ; +J'ai pris Lequel ? Mais le plus simple, de beaucoup. +J'ai décidé d'être admirable, en tout, pour tout ! +Soit ! -- Mais enfin, à moi, le motif de ta haine +Pour Montfleury, le vrai, dis-le-moi ! Ce Silène, +Si ventru que son doigt n'atteint pas son nombril, +Pour les femmes encor se croit un doux péril, +Et leur fait, cependant qu'en jouant il bredouille, +Des yeux de carpe avec ses gros yeux de grenouille ! +Et je le hais depuis qu'il se permit, un soir, +De poser son regard, sur celle... Oh !j'ai cru voir +Glisser sur une fleur une longue limace ! +Hein ? Comment ? Serait-il possible ? Que j'aimasse ? +J'aime. Et peut-on savoir ? tu ne m'as jamais dit ? +Qui j'aime ? ... Réfléchis, voyons. Il m'interdit +Le rêve d'être aimé même par une laide, +Ce nez qui d'un quart d'heure en tous lieux me précède ; +Alors, moi, j'aime qui ? ... Mais cela va de soi ! +J'aime -- mais c'est forcé ! -- la plus belle qui soit ! +La plus belle ? Tout simplement, qui soit au monde ! +La plus brillante, la plus fine, la plus blonde ! +Eh ! mon Dieu, quelle est donc cette femme ? Un danger +Mortel sans le vouloir, exquis sans y songer, +Un piège de nature, une rose muscade +Dans laquelle l'amour se tient en embuscade ! +Qui connaît son sourire a connu le parfait. +Elle fait de la grâce avec rien, elle fait +Tenir tout le divin dans un geste quelconque, +Et tu ne saurais pas, Vénus, monter en conque, +Ni toi, Diane, marcher dans les grands bois fleuris, +Comme elle monte en chaise et marche dans Paris ! +Sapristi ! je comprends. C'est clair ! C'est diaphane. +Magdeleine Robin, ta cousine ? Oui, -- Roxane. +Eh bien, mais c'est au mieux ! Tu l'aimes ? Dis-le-lui ! +Tu t'es couvert de gloire à ses yeux aujourd'hui ! +Regarde-moi, mon cher, et dis quelle espérance +Pourrait bien me laisser cette protubérance ! +Oh ! je ne me fais pas d'illusion ! -- Parbleu, +Oui, quelquefois, je m'attendris, dans le soir bleu ; +J'entre en quelque jardin où l'heure se parfume ; +Avec mon pauvre grand diable de nez je hume +L'avril, -- je suis des yeux, sous un rayon d'argent, +Au bras d'un cavalier, quelque femme, en songeant +Que pour marcher, à petits pas, dans de la lune, +Aussi moi j'aimerais au bras en avoir une, +Je m'exalte, j'oublie et j'aperçois soudain +L'ombre de mon profil sur le mur du jardin ! +Mon ami ! Mon ami, j'ai de mauvaises heures ! +De me sentir si laid, parfois, tout seul Tu pleures ? +Ah ! non, cela, jamais ! Non, ce serait trop laid, +Si le long de ce nez une larme coulait ! +Je ne laisserai pas, tant que j'en serai maître, +La divine beauté des larmes se commettre +Avec tant de laideur grossière ! ... Vois-tu bien, +Les larmes, il n'est rien de plus sublime, rien, +Et je ne voudrais pas qu'excitant la risée, +Une seule, par moi, fût ridiculisée ! +Va, ne t'attriste pas ! L'amour n'est que hasard ! +Non ! J'aime Cléopâtre : ai-je l'air d'un César ? +J'adore Bérénice : ai-je l'aspect d'un Tite ? +Mais ton courage ! ton esprit ! -- Cette petite +Qui t'offrait là, tantôt, ce modeste repas, +Ses yeux, tu l'as bien vu, ne te détestaient pas ! +C'est vrai ! Hé ! bien ! alors ? ... Mais, Roxane, elle-même, +Toute blême a suivi ton duel ! Toute blême ? +Son cœur et son esprit déjà sont étonnés ! +Ose, et lui parle, afin Qu'elle me rie au nez ? +Non ! -- C'est la seule chose au monde que je craigne ! +Monsieur, on vous demande Ah ! mon Dieu ! Sa duègne ! +De son vaillant cousin on désire savoir +Où l'on peut, en secret, le voir. Me voir ? Vous voir. +-- On a des choses à vous dire. Des ? Des choses ! +Ah, mon Dieu ! L'on ira, demain, aux primes roses +D'aurore, -- ouïr la messe à Saint-Roch. Ah ! mon Dieu ! +En sortant, -- où peut-on entrer, causer un peu ? +Où ? ... Je... mais... Ah ! mon Dieu ! Dites vite. Je cherche ! +Où ? Chez... chez... Ragueneau... le pâtissier Il perche ? +Dans la rue -- Ah ! mon Dieu, mon Dieu ! -- Saint-Honoré ! +On ira. Soyez-y. Sept heures. J'y serai. +Moi ! ... D'elle ! ... Un rendez-vous ! Eh bien ! tu n'es plus triste ? +Ah ! pour quoi que ce soit, elle sait que j'existe ! +Maintenant, tu vas être calme ? Maintenant +Mais je vais être frénétique et fulminant ! +Il me faut une armée entière a déconfire ! +J'ai dix cœurs ; j'ai vingt bras ; il ne peut me suffire +De pourfendre des nains Il me faut des géants ! +Hé ! psit ! là-bas ! Silence ! on répète céans ! +Nous partons ! Cyrano ! Qu'est-ce ? Une énorme grive +Qu'on t'apporte ! Lignière ! ... Hé, qu'est-ce qui t'arrive ? +Il te cherche ! Il ne peut rentrer chez lui ! Pourquoi ? +Ce billet m'avertit... cent hommes contre moi +À cause de... chanson... grand danger me menace +Porte de Nesle... Il faut, pour rentrer, que j'y passe +Permets-moi donc d'aller coucher sous... sous ton toit ! +Cent hommes, m'as-tu dit ? Tu coucheras chez toi ! +Mais Prends cette lanterne ! Et marche ! -- Je te jure +Que c'est moi qui ferai ce soir ta couverture ! +Vous, suivez à distance, et vous serez témoins ! +Mais cent hommes ! Ce soir, il ne m'en faut pas moins ! +Mais pourquoi protéger Voilà Le Bret qui grogne ! +Cet ivrogne banal ? Parce que cet ivrogne, +Ce tonneau de muscat, ce fût de rossoli, +Fit quelque chose un jour de tout à fait joli : +Au sortir d'une messe ayant, selon le rite, +Vu celle qu'il aimait prendre de l'eau bénite, +Lui que l'eau fait sauver, courut au bénitier, +Se pencha sur sa conque et le but tout entier ! +Tiens, c'est gentil, cela ! N'est-ce pas, la soubrette ? +Mais pourquoi sont-ils cent contre un pauvre poète ? +Marchons ! Et vous, messieurs, en me voyant charger, +Ne me secondez pas, quel que soit le danger ! +Oh ! mais, moi, je vais voir ! Venez ! Viens-tu, Cassandre ? +Venez tous, le Docteur, Isabelle, Léandre, +Tous ! Car vous allez joindre, essaim charmant et fol, +La farce italienne à ce drame espagnol, +Et, sur son ronflement tintant un bruit fantasque, +L'entourer de grelots comme un tambour de basque ! +Bravo ! -- Vite, une mante ! -- Un capuchon ! Allons ! +Vous nous jouerez un air, messieurs les violons ! +Bravo ! des officiers, des femmes en costume, +Et, vingt pas en avant Moi, tout seul, sous la plume +Que la gloire elle-même à ce feutre piqua, +Fier comme un Scipion triplement Nasica ! +-- C'est compris ? Défendu de me prêter main-forte ! -- +On y est ? ... Un, deux, trois ! Portier, ouvre la porte ! +Ah ! ... Paris fuit, nocturne et quasi nébuleux ; +Le clair de lune coule aux pentes des toits bleus ; +Un cadre se prépare, exquis, pour cette scène ; +Là-bas, sous des vapeurs en écharpe, la Seine, +Comme un mystérieux et magique miroir, +Tremble... Et vous allez voir ce que vous allez voir ! +À la porte de Nesle ! À la porte de Nesle ! +Ne demandiez-vous pas pourquoi, mademoiselle, +Contre ce seul rimeur cent hommes furent mis ? +C'est parce qu'on savait qu'il est de mes amis ! +Fruits en nougat ! Flan ! Paon ! Roinsoles ! Bœuf en daube ! +Sur les cuivres, déjà, glisse l'argent de l'aube ! +Étouffe en toi le dieu qui chante, Ragueneau ! +L'heure du luth viendra, -- c'est l'heure du fourneau ! +Vous, veuillez m'allonger cette sauce, elle est courte ! +De combien ? De trois pieds. Hein ? La tarte ! La tourte ! +Ma Muse, éloigne-toi, pour que tes yeux charmants +N'aillent pas se rougir au feu de ces sarments ! +Vous avez mal placé la fente de ces miches : +Au milieu la césure, -- entre les hémistiches ! +À ce palais de croûte, il faut, vous, mettre un toit +Et toi, sur cette broche interminable, toi, +Le modeste poulet et la dinde superbe, +Alterne-les, mon fils, comme le vieux Malherbe +Alternait les grands vers avec les plus petits, +Et fais tourner au feu des strophes de rôtis ! +Maître, en pensant à vous, dans le four, j'ai fait cuire +Ceci, qui vous plaira, je l'espère. Une lyre ! +En pâte de brioche. Avec des fruits confits ! +Et les cordes, voyez, en sucre je les fis. +Va boire à ma santé ! Chut ! ma femme ! Circule, +Et cache cet argent ! C'est beau ? C'est ridicule ! +Des sacs ? ... Bon. Merci. Ciel ! Mes livres vénérés ! +Les vers de mes amis ! déchirés ! démembrés ! +Pour en faire des sacs à mettre des croquantes +Ah ! vous renouvelez Orphée et les bacchantes ! +Et n'ai-je pas le droit d'utiliser vraiment +Ce que laissent ici, pour unique paiement, +Vos méchants écriveurs de lignes inégales ! +Fourmi ! ... n'insulte pas ces divines cigales ! +Avant de fréquenter ces gens-là, mon ami, +Vous ne m'appeliez pas bacchante, -- ni fourmi ! +Avec des vers, faire cela ! Pas autre chose. +Que faites-vous, alors, madame, avec la prose ? +Vous désirez, petits ? Trois pâtés. Là, bien roux +Et bien chauds. S'il vous plaît, enveloppez-les-nous ? +Hélas ! un de mes sacs ! Que je les enveloppe ? +Tel Ulysse, le jour qu'il quitta Pénélope +Pas celui-ci ! Le blond Phœbus... Pas celui-là ! +Eh bien ! qu'attendez-vous ? Voilà, voilà, voilà ! +Le sonnet à Philis ! ... mais c'est dur tout de même ! +C'est heureux qu'il se soit décidé ! Nicodème ! +Psit ! ... Petits ! ... Rendez-moi le sonnet à Philis, +Au lieu de trois pâtés je vous en donne six. +Philis ! ... Sur ce doux nom, une tache de beurre ! +Philis ! Quelle heure est-il ? Six heures. Dans une heure ! +Bravo ! J'ai vu Quoi donc ! Votre combat ! Lequel ? +Celui de l'hôtel de Bourgogne ! Ah ! ... Le duel ! +Oui, le duel en vers ! Il en a plein la bouche ! +Allons ! tant mieux ! À la fin de l'envoi, je touche ! +À la fin de l'envoi, je touche ! ... Que c'est beau ! +À la fin de l'envoi Quelle heure, Ragueneau ? +Six heures cinq ! ... je touche ! Oh ! faire une ballade ! +Qu'avez-vous à la main ? Rien. Une estafilade. +Courûtes-vous quelque péril ? Aucun péril. +Je crois que vous mentez ! Mon nez remuerait-il ? +Il faudrait que ce fût pour un mensonge énorme ! +J'attends ici quelqu'un. Si ce n'est pas sous l'orme, +Vous nous laisserez seuls. C'est que je ne peux pas ; +Mes rimeurs vont venir Pour leur premier repas. +Tu les éloigneras quand je te ferai signe +L'heure ? Six heures dix. Une plume ? De cygne. +Salut ! Qu'est-ce ? Un ami de ma femme. Un guerrier +Terrible, -- à ce qu'il dit ! Chut ! Écrire, -- plier, -- +Lui donner, -- me sauver Lâche ! ... Mais que je meure, +Si j'ose lui parler, lui dire un seul mot L'heure ? +Six et quart ! -- un seul mot de tous ceux que j'ai là ! +Tandis qu'en écrivant Eh bien ! écrivons-la, +Cette lettre d'amour qu'en moi-même j'ai faite +Et refaite cent fois, de sorte qu'elle est prête, +Et que mettant mon âme à côté du papier, +Je n'ai tout simplement qu'à la recopier. +Les voici vos crottés ! Confrère ! Cher confrère ! +Aigle des pâtissiers ! Ça sent bon dans votre aire, +O Phœbus-Rôtisseur ! Apollon maître-queux ! +Comme on est tout de suite à son aise avec eux ! +Nous fûmes retardés par la foule attroupée +À la porte de Nesle ! Ouverts à coups d'épée, +Huit malandrins sanglants illustraient les pavés ! +Huit ? ... Tiens, je croyais sept. Est-ce que vous savez +Le héros du combat ? Moi ? ... Non ! Et vous ? Peut-être ! +Je vous aime Un seul homme, assurait-on, sut mettre +Toute une bande en fuite ! Oh ! c'était curieux ! +Des piques, des bâtons jonchaient le sol ! vos yeux +On trouvait des chapeaux jusqu'au quai des Orfèvres ! +Sapristi ! ce dut être un féroce vos lèvres +Un terrible géant, l'auteur de ces exploits ! +Et je m'évanouis de peur quand je vous vois. +Qu'as-tu rimé de neuf, Ragueneau ? qui vous aime +Pas besoin de signer. Je la donne moi-même. +J'ai mis une recette en vers. Oyons ces vers ! +Cette brioche a mis son bonnet de travers. +Ce pain d'épice suit le rimeur famélique, +De ses yeux en amande aux sourcils d'angélique ! +Nous écoutons. Ce chou bave sa crème. Il rit. +Pour la première fois la Lyre me nourrit ! +Une recette en vers Tu déjeunes ? Tu dînes ! +Comment on fait les tartelettes amandines. +Exquis ! Délicieux ! Homph ! Bercés par ta voix, +Ne vois-tu pas comme ils s'empiffrent ? Je le vois +Sans regarder, de peur que cela ne les trouble ; +Et dire ainsi mes vers me donne un plaisir double, +Puisque je satisfais un doux faible que j'ai +Tout en laissant manger ceux qui n'ont pas mangé ! +Toi, tu me plais ! Hé là, Lise ? Ce capitaine +Vous assiège ? Oh ! mes yeux, d'une œillade hautaine, +Savent vaincre quiconque attaque mes vertus. +Euh ! pour des yeux vainqueurs, je les trouve battus. +Mais Ragueneau me plaît. C'est pourquoi, dame Lise, +Je défends que quelqu'un le ridicoculise. +Mais À bon entendeur Vraiment, vous m'étonnez ! +Répondez... sur son nez Sur son nez... sur son nez +Psit ! Nous serons bien mieux par là Psit ! psit ! Pour lire +Des vers Mais les gâteaux ! Emportons-les ! Je tire +Ma lettre si je sens seulement qu'il y a +Le moindre espoir ! Entrez ! Vous, deux mots, duègna ! +Quatre. Êtes-vous gourmande ? À m'en rendre malade. +Bon. Voici deux sonnets de monsieur Benserade +Heu ! que je vous remplis de darioles. Hou ! +Aimez-vous le gâteau qu'on nomme petit chou ? +Monsieur, j'en fais état, lorsqu'il est à la crème. +J'en plonge six pour vous dans le sein d'un poème +De Saint-Amant ! Et dans ces vers de Chapelain +Je dépose un fragment, moins lourd, de poupelin. +-- Ah ! Vous aimez les gâteaux frais ? J'en suis férue ! +Veuillez aller manger tous ceux-ci dans la rue. +Mais Et ne revenez qu'après avoir fini ! +Que l'instant entre tous les instants soit béni, +Où, cessant d'oublier qu'humblement je respire +Vous venez jusqu'ici pour me dire... me dire ? +Mais tout d'abord merci, car ce drôle, ce fat +Qu'au brave jeu d'épée, hier, vous avez fait mat, +C'est lui qu'un grand seigneur... épris de moi De Guiche ? +Cherchait à m'imposer... comme mari Postiche ? +Je me suis donc battu, madame, et c'est tant mieux, +Non pour mon vilain nez, mais bien pour vos beaux yeux. +Puis... je voulais... Mais pour l'aveu que je viens faire, +Il faut que je revoie en vous le... presque frère, +Avec qui je jouais, dans le parc -- près du lac ! +Oui... vous veniez tous les étés à Bergerac ! +Les roseaux fournissaient le bois pour vos épées ? +C'était le temps des jeux Des mûrons aigrelets +Le temps où vous faisiez tout ce que je voulais ! +Roxane, en jupons courts, s'appelait Madeleine +J'étais jolie, alors ? Vous n'étiez pas vilaine. +Parfois, la main en sang de quelque grimpement, +Vous accouriez ! -- Alors, jouant à la maman, +Je disais d'une voix qui tâchait d'être dure : +'Qu'est-ce que c'est encor que cette égratignure ?' +Oh ! C'est trop fort ! Et celle-ci ! Non ! Montrez-la ! +Hein ? à votre âge, encor ! -- Où t'es-tu fait cela ? +En jouant, du côté de la porte de Nesle. +Donnez ! Si gentiment ! Si gaiement maternelle ! +Et, dites-moi, -- pendant que j'ôte un peu le sang, -- +Ils étaient contre vous ? Oh ! pas tout à fait cent. +Racontez ! Non. Laissez. Mais vous, dites la chose +Que vous n'osiez tantôt me dire À présent, j'ose, +Car le passé m'encouragea de son parfum ! +Oui, j'ose maintenant. Voilà. J'aime quelqu'un. +Ah ! Qui ne le sait pas d'ailleurs. Ah ! Pas encore. +Ah ! Mais qui va bientôt le savoir, s'il l'ignore. +Ah ! Un pauvre garçon qui jusqu'ici m'aima +Timidement, de loin, sans oser le dire Ah ! +Laissez-moi votre main, voyons, elle a la fièvre. -- +Mais moi, j'ai vu trembler les aveux sur sa lèvre. +Ah ! Et figurez-vous, tenez, que, justement +Oui, mon cousin, il sert dans votre régiment ! +Ah ! Puisqu'il est cadet dans votre compagnie ! +Ah ! Il a sur son front de l'esprit, du génie, +Il est fier, noble, jeune, intrépide, beau Beau ! +Quoi ? Qu'avez-vous ? Moi, rien... C'est... c'est C'est ce bobo. +Enfin, je l'aime. Il faut d'ailleurs que je vous die +Que je ne l'ai jamais vu qu'à la Comédie +Vous ne vous êtes donc pas parlé ? Nos yeux seuls. +Mais comment savez-vous, alors ? Sous les tilleuls +De la place Royale, on cause... Des bavardes +M'ont renseignée Il est cadet ? Cadet aux gardes. +Son nom ? Baron Christian de Neuvillette. Hein ? +Il n'est pas aux cadets. Si, depuis ce matin : +Capitaine Carbon de Castel-Jaloux. Vite, +Vite, on lance son cœur ! ... Mais, ma pauvre petite +J'ai fini les gâteaux, monsieur de Bergerac ! +Eh bien ! lisez les vers imprimés sur le sac ! +Ma pauvre enfant, vous qui n'aimez que beau langage, +Bel esprit, -- si c'était un profane, un sauvage. +Non, il a les cheveux d'un héros de d'Urfé ! +S'il était aussi maldisant que bien coiffé ! +Non, tous les mots qu'il dit sont fins, je le devine ! +Oui, tous les mots sont fins quand la moustache est fine. +-- Mais si c'était un sot ! Eh bien ! j'en mourrais, là ! +Vous m'avez fait venir pour me dire cela ? +Je n'en sens pas très bien l'utilité, madame. +Ah, c'est que quelqu'un hier m'a mis la mort dans l'âme, +Et me disant que tous, vous êtes tous Gascons +Dans votre compagnie Et que nous provoquons +Tous les blancs-becs qui, par faveur, se font admettre +Parmi les purs Gascons que nous sommes, sans l'être ? +C'est ce qu'on vous a dit ? Et vous pensez si j'ai +Tremblé pour lui ! Non sans raison ! Mais j'ai songé +Lorsque invincible et grand, hier, vous nous apparûtes, +Châtiant ce coquin, tenant tête à ces brutes, -- +J'ai songé : s'il voulait, lui que tous ils craindront +C'est bien, je défendrai votre petit baron. +Oh ! n'est-ce pas que vous allez me le défendre ? +J'ai toujours eu pour vous une amitié si tendre. +Oui, oui. Vous serez son ami ? Je le serai. +Et jamais il n'aura de duel ? C'est juré. +Oh ! je vous aime bien. Il faut que je m'en aille. +Mais vous ne m'avez pas raconté la bataille +De cette nuit. Vraiment ce dut être inouï ! +-- Dites-lui qu'il m'écrive. Oh ! je vous aime ! Oui, oui. +Cent hommes contre vous ? Allons, adieu. -- Nous sommes +De grands amis ! Oui, oui. Qu'il m'écrive ! -- Cent hommes ! -- +Vous me direz plus tard. Maintenant, je ne puis. +Cent hommes ! Quel courage ! Oh ! j'ai fait mieux depuis. +Peut-on rentrer ? Oui Le voilà ! Mon capitaine ! +Notre héros ! Nous savons tout ! Une trentaine +De mes cadets sont là ! Mais Viens ! on veut te voir ! +Non ! Il boivent en face, à la Croix du Trahoir. +Je Le héros refuse. Il est d'humeur bourrue ! +Ah ! Sandious ! Les voici qui traversent la rue ! +Mille dious ! -- Capdedious ! -- Mordious ! -- Pocapdedious ! +Messieurs, vous êtes donc tous de Gascogne ! Tous ! +Bravo ! Baron ! Vivat ! Baron ! Que je t'embrasse ! +Baron ! Embrassons-le ! Baron ! ... baron ! ... de grâce +Vous êtes tous barons, messieurs ? Tous ! Le sont-ils ? +On ferait une tour rien qu'avec nos tortils ! +On te cherche ! Une foule en délire conduite +Par ceux qui cette nuit marchèrent à ta suite +Tu ne leur as pas dit où je me trouve ? Si ! +Monsieur, tout le Marais se fait porter ici ! +Et Roxane ? Tais-toi ! Cyrano ! Ma boutique +Est envahie ! On casse tout ! C'est magnifique ! +Mon ami... mon ami Je n'avais pas hier +Tant d'amis ! Le succès ! Si tu savais, mon cher +Si tu ? ... Tu ? ... Qu'est-ce donc qu'ensemble nous gardâmes ? +Je veux vous présenter, Monsieur, à quelques dames +Qui là, dans mon carrosse Et vous d'abord, à moi, +Qui vous présentera ? Mais qu'as-tu donc ? Tais-toi ! +Puis-je avoir des détails sur ? Non. C'est Théophraste, +Renaudot ! l'inventeur de la gazette. Baste ! +Cette feuille où l'on fait tant de choses tenir ! +On dit que cette idée a beaucoup d'avenir ! +Monsieur Encor ! Je veux faire un pentacrostiche +Sur votre nom Monsieur Assez ! Monsieur de Guiche ! +Vient de la part du maréchal de Gassion ! +Qui tient à vous mander son admiration +Pour le nouvel exploit dont le bruit vient de courre. +Bravo ! Le maréchal s'y connaît en bravoure. +Il n'aurait jamais cru le fait si ces messieurs +N'avaient pu lui jurer l'avoir vu. De nos yeux ! +Mais Tais-toi ! Tu parais souffrir ! Devant ce monde ? +Moi souffrir ? ... Tu vas voir ! Votre carrière abonde +De beaux exploits, déjà. -- Vous servez chez ces fous +De Gascons, n'est-ce pas ? Aux cadets, oui. Chez nous ! +Ah ! ah ! ... Tous ces messieurs à la mine hautaine, +Ce sont donc les fameux ? Cyrano ! Capitaine ? +Puisque ma compagnie est, je crois, au complet, +Veuillez la présenter au comte, s'il vous plaît. +Un poète est un luxe, aujourd'hui, qu'on se donne. +-- Voulez-vous être à moi ? Non, Monsieur, à personne. +Votre verve amusa mon oncle Richelieu, +Hier. Je veux vous servir auprès de lui. Grand Dieu ! +Vous avez bien rimé cinq actes, j'imagine ? +Tu vas faire jouer, mon cher, ton Agrippine ! +Portez-les-lui. Vraiment ? Il est des plus experts. +Il vous corrigera seulement quelques vers +Impossible, Monsieur ; mon sang se coagule +En pensant qu'on y peut changer une virgule. +Mais quand un vers lui plaît, en revanche, mon cher, +Il le paye très cher. Il le paye moins cher +Que moi, lorsque j'ai fait un vers, et que je l'aime, +Je me le paye, en me le chantant à moi-même ! +Vous êtes fier. Vraiment, vous l'avez remarqué ? +Regarde, Cyrano ! ce matin, sur le quai +Le bizarre gibier à plumes que nous prîmes ! +Les feutres des fuyards ! Des dépouilles opimes ! +Ah ! Ah ! Ah ! Celui qui posta ces gueux, ma foi, +Doit rager aujourd'hui. Sait-on qui c'est ? C'est moi. +Je les avais chargés de châtier, -- besogne +Qu'on ne fait pas soi-même, -- un rimailleur ivrogne. +Que faut-il qu'on en fasse ? Ils sont gras... Un salmis ? +Monsieur, si vous voulez les rendre à vos amis ? +Ma chaise et mes porteurs, tout de suite : je monte. +Vous, Monsieur ! Les porteurs de monseigneur le comte +De Guiche ! Avez-vous lu Don Quichot ? Je l'ai lu. +Et me découvre au nom de cet hurluberlu. +Veuillez donc méditer alors Voici la chaise. +Sur le chapitre des moulins ! Chapitre treize. +Car, lorsqu'on les attaque, il arrive souvent +J'attaque donc des gens qui tournent à tout vent ? +Qu'un moulinet de leurs grands bras chargés de toiles +Vous lance dans la boue ! Ou bien dans les étoiles ! +Messieurs... Messieurs... Messieurs Ah ! dans quels jolis draps. +Oh ! toi ! tu vas grogner ! Enfin, tu conviendras +Qu'assassiner toujours la chance passagère, +Devient exagéré. Hé bien oui, j'exagère ! +Ah ! Mais pour le principe, et pour l'exemple aussi, +Je trouve qu'il est bon d'exagérer ainsi. +Si tu laissais un peu ton âme mousquetaire, +La fortune et la gloire Et que faudrait-il faire ? +Chercher un protecteur puissant, prendre un patron, +Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc +Et s'en fait un tuteur en lui léchant l'écorce, +Grimper par ruse au lieu de s'élever par force ? +Non, merci. Dédier, comme tous il le font, +Des vers aux financiers ? se changer en bouffon +Dans l'espoir vil de voir, aux lèvres d'un ministre, +Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ? +Non, merci. Déjeuner, chaque jour, d'un crapaud ? +Avoir un ventre usé par la marche ? une peau +Qui plus vite, à l'endroit des genoux, devient sale ? +Exécuter des tours de souplesse dorsale ? +Non, merci. D'une main flatter la chèvre au cou +Cependant que, de l'autre, on arrose le chou, +Et, donneur de séné par désir de rhubarbe, +Avoir son encensoir, toujours, dans quelque barbe ? +Non, merci ! Se pousser de giron en giron, +Devenir un petit grand homme dans un rond, +Et naviguer, avec des madrigaux pour rames, +Et dans ses voiles des soupirs de vieilles dames ? +Non, merci ! Chez le bon éditeur de Sercy +Faire éditer ses vers en payant ? Non, merci ! +S'aller faire nommer pape par les conciles +Que dans des cabarets tiennent des imbéciles ? +Non, merci ! Travailler à se construire un nom +Sur un sonnet, au lieu d'en faire d'autres ? Non, +Merci ! Ne découvrir du talent qu'aux mazettes ? +Être terrorisé par de vagues gazettes, +Et se dire sans cesse : "Oh, pourvu que je sois +Dans les petits papiers du Mercure François ?" +Non, merci ! Calculer, avoir peur, être blême, +Aimer mieux faire une visite qu'un poème, +Rédiger des placets, se faire présenter ? +Non, merci ! non, merci ! non, merci ! Mais... chanter, +Rêver, rire, passer, être seul, être libre, +Avoir l'œil qui regarde bien, la voix qui vibre, +Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers, +Pour un oui, pour un non, se battre, -- ou faire un vers ! +Travailler sans souci de gloire ou de fortune, +À tel voyage, auquel on pense, dans la lune ! +N'écrire jamais rien qui de soi ne sortît, +Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit, +Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles, +Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles ! +Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard, +Ne pas être obligé d'en rien rendre à César, +Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite, +Bref, dédaignant d'être le lierre parasite, +Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul, +Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! +Tout seul, soit ! Mais non pas contre tous ! Comment diable +As-tu donc contracté la manie effroyable +De te faire toujours, partout, des ennemis ? +À force de vous voir vous faire des amis, +Et rire à ces amis dont vous avez des foules, +D'une bouche empruntée au derrière des poules ! +J'aime raréfier sur mes pas les saluts, +Et m'écrie avec joie : un ennemi de plus ! +Quelle aberration ! Eh bien, oui, c'est mon vice. +Mon cher, si tu savais comme l'on marche mieux +Sous la pistolétade excitante des yeux ! +Comme, sur les pourpoints, font d'amusantes taches +Le fiel des envieux et la bave des lâches ! +-- Vous, la molle amitié dont vous vous entourez, +Ressemble à ces grands cols d'Italie, ajourés +Et flottants, dans lesquels votre cou s'effémine : +On y est plus à l'aise... et de moins haute mine, +Car le front n'ayant pas de maintien ni de loi, +S'abandonne à pencher dans tous les sens. Mais moi, +La Haine, chaque jour, me tuyaute et m'apprête +La fraise dont l'empois force à lever la tête ; +Chaque ennemi de plus est un nouveau godron +Qui m'ajoute une gêne, et m'ajoute un rayon : +Car, pareille en tous points à la fraise espagnole, +La Haine est un carcan, mais c'est une auréole ! +Fais tout haut l'orgueilleux et l'amer, mais, tout bas +Dis-moi tout simplement qu'elle ne t'aime pas ! +Tais-toi ! Hé ! Cyrano ! Le récit ? Tout à l'heure ! +Le récit du combat ! Ce sera la meilleure +Leçon pour ce timide apprentif ! Apprentif ? +Oui, septentrional maladif ! Maladif ? +Monsieur de Neuvillette, apprenez quelque chose : +C'est qu'il est un objet, chez nous, dont on ne cause +Pas plus que de cordon dans l'hôtel d'un pendu ! +Qu'est-ce ? Regardez-moi ! M'avez-vous entendu ? +Ah ! c'est le Chut ! ... jamais ce mot ne se profère ! +Ou c'est à lui, là-bas, que l'on aurait affaire ! +Deux nasillards par lui furent exterminés +Parce qu'il lui déplut qu'ils parlassent du nez ! +On ne peut faire, sans défuncter avant l'âge, +La moindre allusion au fatal cartilage ! +Un mot suffit ! Que dis-je, un mot ? Un geste, un seul ! +Et tirer son mouchoir, c'est tirer son linceul ! +Capitaine ! Monsieur ? Que fait-on quand on trouve +Des Méridionaux trop vantards ? On leur prouve +Qu'on peut être du Nord, et courageux. Merci. +Maintenant, ton récit ! Son récit ! Mon récit ? +Eh bien ! donc je marchais tout seul, à leur rencontre. +La lune, dans le ciel, luisait comme une montre, +Quand soudain, je ne sais quel soigneux horloger +S'étant mis à passer un coton nuager +Sur le boîtier d'argent de cette montre ronde, +Il se fit une nuit la plus noire du monde, +Et les quais n'étant pas du tout illuminés, +Mordious ! on n'y voyait pas plus loin Que son nez. +Qu'est-ce que c'est que cet homme-là ? C'est un homme +Arrivé ce matin. Ce matin ? Il se nomme +Le baron de Neuvil Ah ! C'est bien Je Très bien +Je disais donc Mordious ! que l'on n'y voyait rien. +Et je marchais, songeant que pour un gueux fort mince +J'allais mécontenter quelque grand, quelque prince, +Qui m'aurait sûrement Dans le nez ! Une dent, -- +Qui m'aurait une dent... et qu'en somme, imprudent, +J'allais fourrer Le nez Le doigt... entre l'écorce +Et l'arbre, car ce grand pouvait être de force +À me faire donner Sur le nez Sur les doigts. +-- Mais j'ajoutai : Marche, Gascon, fais ce que dois ! +Va, Cyrano ! Et ce disant, je me hasarde, +Quand, dans l'ombre, quelqu'un me porte Une nasarde. +Je la pare, et soudain me trouve Nez à nez +Ventre-Saint-Gris ! avec cent braillards avinés +Qui puaient À plein nez L'oignon et la litharge ! +Je bondis, front baissé Nez au vent ! et je charge ! +J'en estomaque deux ! J'en empale un tout vif ! +Quelqu'un m'ajuste : Paf ! et je riposte Pif ! +Tonnerre ! Sortez tous ! C'est le réveil du tigre ! +Tous ! Et laissez-moi seul avec cet homme ! Bigre ! +On va le retrouver en hachis ! En hachis ? +Dans un de vos pâtés ! Je sens que je blanchis, +Et que je m'amollis comme une serviette ! +Sortons ! Il n'en va pas laisser une miette ! +Ce qui va se passer ici, j'en meurs d'effroi ! +Quelque chose d'épouvantable ! Embrasse-moi ! +Monsieur Brave. Ah ça ! mais ! Très brave. Je préfère. +Me direz-vous ? Embrasse-moi. Je suis son frère. +De qui ? Mais d'elle ! Hein ? Mais de Roxane ! Ciel ! +Vous, son frère ? Ou tout comme : un cousin fraternel. +Elle vous a ? Tout dit ! M'aime-t-elle ? Peut-être ! +Comme je suis heureux, Monsieur, de vous connaître ! +Voilà ce qui s'appelle un sentiment soudain. +Pardonnez-moi C'est vrai qu'il est beau, le gredin ! +Si vous saviez, Monsieur, comme je vous admire ! +Mais tous ces nez que vous m'avez Je les retire ! +Roxane attend ce soir une lettre Hélas ! Quoi ? +C'est me perdre que de cesser de rester coi ! +Comment ? Las ! je suis sot à m'en tuer de honte ! +Mais non, tu ne l'es pas, puisque tu t'en rends compte. +D'ailleurs, tu ne m'as pas attaqué comme un sot. +Bah ! on trouve des mots quand on monte à l'assaut ! +Oui, j'ai certain esprit facile et militaire, +Mais je ne sais, devant les femmes, que me taire. +Oh ! leurs yeux, quand je passe, ont pour moi des bontés +Leurs cœurs n'en ont-ils plus quand vous vous arrêtez ? +Non ! car je suis de ceux, -- je le sais... et je tremble ! -- +Qui ne savent parler d'amour. Tiens ! ... Il me semble +Que si l'on eût pris soin de me mieux modeler, +J'aurais été de ceux qui savent en parler. +Oh ! pouvoir exprimer les choses avec grâce ! +Être un joli petit mousquetaire qui passe ! +Roxane est précieuse et sûrement je vais +Désillusionner Roxane ! Si j'avais +Pour exprimer mon âme un pareil interprète ! +Il me faudrait de l'éloquence ! Je t'en prête ! +Toi, du charme physique et vainqueur, prête-m'en : +Et faisons à nous deux un héros de roman ! +Quoi ? Te sens-tu de force à répéter les choses +Que chaque jour je t'apprendrai ? Tu me proposes ? +Roxane n'aura pas de désillusions ! +Dis, veux-tu qu'à nous deux nous la séduisions ? +Veux-tu sentir passer, de mon pourpoint de buffle +Dans ton pourpoint brodé, l'âme que je t'insuffle ! +Mais, Cyrano ! Christian, veux-tu ? Tu me fais peur ! +Puisque tu crains, tout seul, de refroidir son cœur, +Veux-tu que nous fassions -- et bientôt tu l'embrases ! -- +Collaborer un peu tes lèvres et mes phrases ? +Tes yeux brillent ! Veux-tu ? Quoi ! cela te ferait +Tant de plaisir ? Cela Cela m'amuserait ! +C'est une expérience à tenter un poète. +Veux-tu me compléter et que je te complète ? +Tu marcheras, j'irai dans l'ombre à ton côté : +Je serai ton esprit, tu seras ma beauté. +Mais la lettre qu'il faut, au plus tôt, lui remettre ! +Je ne pourrai jamais Tiens, la voilà, ta lettre ! +Comment ? Hormis l'adresse, il n'y manque plus rien. +Je Tu peux l'envoyer. Sois tranquille. Elle est bien. +Vous aviez ? Nous avons toujours, nous, dans nos poches, +Des épîtres à des Chloris... de nos caboches, +Car nous sommes ceux-là qui pour amante n'ont +Que du rêve soufflé dans la bulle d'un nom ! +Prends, et tu changeras en vérités ces feintes ; +Je lançais au hasard ces aveux et ces plaintes : +Tu verras se poser tous ces oiseaux errants. +Tu verras que je fus dans cette lettre -- prends ! -- +D'autant plus éloquent que j'étais moins sincère ! +-- Prends donc, et finissons ! N'est-il pas nécessaire +De changer quelques mots ? Écrite en divaguant, +Ira-t-elle à Roxane ? Elle ira comme un gant ! +Mais La crédulité de l'amour-propre est telle, +Que Roxane croira que c'est écrit pour elle ! +Ah ! mon ami ! Plus rien... Un silence de mort +Je n'ose regarder Hein ? Ah ! ... Oh ! C'est trop fort ! +Ouais ? Notre démon est doux comme un apôtre ! +Quand sur une narine on le frappe, -- il tend l'autre ! +On peut donc lui parler de son nez, maintenant ? +-- Eh ! Lise ! Tu vas voir ! Oh ! ... oh ! ... c'est surprenant ! +Quelle odeur ! Mais monsieur doit l'avoir reniflée ? +Qu'est-ce que cela sent ici ? La giroflée ! +Et puis, elle est partie avec un mousquetaire ! +Monsieur de Bergerac entre, et, me dépendant, +Me vient à sa cousine offrir comme intendant. +Lise aimait les guerriers, et j'aimais les poètes ! +Mars mangeait les gâteaux qui laissait Apollon : +-- Alors, vous comprenez, cela ne fut pas long ! +Roxane, êtes-vous prête ? ... On nous attend ! Je passe +Une mante ! C'est là qu'on nous attend, en face. +Chez Clomire. Elle tient bureau, dans son réduit. +On y lit un discours sur le Tendre, aujourd'hui. +Sur le Tendre ? Mais oui ! Roxane, il faut descendre, +Ou nous allons manquer le discours sur le Tendre ! +Je viens ! La ! la ! la ! la ! On nous joue un morceau ? +Je vous dis que la croche est triple, triple sot ! +Vous savez donc, Monsieur, si les croches sont triples ? +Je suis musicien, comme tous les disciples +De Gassendi ! La ! la ! Je peux continuer ! +La ! la ! la ! la ! C'est vous ? Moi qui viens saluer +Vos lys, et présenter mes respects à vos roses ! +Je descends ! Qu'est-ce donc que ces deux virtuoses ? +C'est un pari que j'ai gagné sur d'Assoucy. +Nous discutions un point de grammaire. -- Non ! -- Si ! -- +Quand soudain me montrant ces deux grands escogriffes +Habiles à gratter les cordes de leurs griffes, +Et dont il fait toujours son escorte, il me dit : +"Je te parie un jour de musique !" Il perdit. +Jusqu'à ce que Phœbus recommence son orbe, +J'ai donc sur mes talons ces joueurs de théorbe, +De tout ce que je fais harmonieux témoins ! +Ce fut d'abord charmant, et ce l'est déjà moins. +Hep ! ... Allez de ma part jouer une pavane +À Montfleury ! Je viens demander à Roxane +Ainsi que chaque soir Jouez longtemps, -- et faux ! +Si l'ami de son âme est toujours sans défauts ? +Ah ! qu'il est beau, qu'il a d'esprit, et que je l'aime ! +Christian a tant d'esprit ? Mon cher, plus que vous-même ! +J'y consens. Il ne peut exister à mon goût +Plus fin diseur de ces jolis riens qui sont tout. +Parfois il est distrait, ses Muses sont absentes ; +Puis, tout à coup, il dit des choses ravissantes ! +Non ? C'est trop fort ! Voilà comme les hommes sont : +Il n'aura pas d'esprit puisqu'il est beau garçon ! +Il sait parler du cœur d'une façon experte ? +Mais il n'en parle pas, Monsieur, il en disserte ! +Il écrit ? Mieux encor ! Écoutez donc un peu : +Plus tu me prends de cœur, plus j'en ai ! Hé ! bien ? Peuh ! +Et ceci : Pour souffrir, puisqu'il m'en faut un autre, +Si vous gardez mon cœur, envoyez-moi le vôtre ! +Tantôt il en a trop et tantôt pas assez. +Qu'est-ce au juste qu'il veut, de cœur ? Vous m'agacez ! +C'est la jalousi' Hein ! d'auteur qui vous dévore ! +-- Et ceci, n'est-il pas du dernier tendre encore ? +Croyez que devers vous mon cœur ne fait qu'un cri, +Et que si les baisers s'envoyaient par écrit, +Madame, vous liriez ma lettre avec les lèvres ! +Ha ! ha ! ces lignes-là sont... hé ! hé ! mais bien mièvres ! +Et ceci Vous savez donc ses lettres par cœur ? +Toutes ! Il n'y a pas à dire : c'est flatteur ! +C'est un maître ! Oh ! ... un maître ! Un maître ! Soit ! ... un maître ! +Monsieur de Guiche ! Entrez ! ... car il vaut mieux, peut-être, +Qu'il ne vous trouve pas ici ; cela pourrait +Le mettre sur la piste Oui, de mon cher secret ! +Il m'aime, il est puissant, il ne faut pas qu'il sache ! +Il peut dans mes amours donner un coup de hache ! +Bien ! bien ! bien ! Je sortais. Je viens prendre congé. +Vous partez ? Pour la guerre. Ah ! Ce soir même. Ah ! J'ai +Des ordres. On assiège Arras. Ah... on assiège ? +Oui... Mon départ a l'air de vous laisser de neige. +Oh ! Moi, je suis navré. Vous reverrai-je ? ... Quand ? +-- Vous savez que je suis nommé mestre de camp ? +Bravo. Du régiment des gardes. Ah ? des gardes ? +Où sert votre cousin, l'homme aux phrases vantardes. +Je saurai me venger de lui, là-bas. Comment ! +Les gardes vont là-bas ? Tiens ! c'est mon régiment ! +Christian ! Qu'avez-vous ? Ce... départ... me désespère ! +Quand on tient à quelqu'un, le savoir à la guerre ! +Pour la première fois me dire un mot si doux, +Le jour de mon départ ! Alors, -- vous allez vous +Venger de mon cousin ? On est pour lui ? Non, -- contre ! +Vous le voyez ? Très peu. Partout on le rencontre +Avec un des cadets ce Neu... villen... viller +Un grand ? Blond. Roux. Beau ! Peuh ! Mais bête. Il en a l'air ! +Votre vengeance envers Cyrano ? -- c'est peut-être +Je sais bien, moi, ce qui lui serait sanglant ! C'est ? +Mais, si le régiment, en partant, le laissait +Avec ses chers cadets, pendant toute la guerre, +À Paris, bras croisés ! ... C'est la seule manière, +Un homme comme lui, de le faire enrager : +Vous voulez le punir ? privez-le de danger. +Une femme ! une femme ! il n'y a qu'une femme +Pour inventer ce tour ! Il se rongera l'âme, +Et ses amis les poings, de n'être pas au feu : +Et vous serez vengé ! Vous m'aimez donc un peu ? +Je veux voir dans ce fait d'épouser ma rancune +Une preuve d'amour, Roxane ! C'en est une. +J'ai les ordres sur moi qui vont être transmis +À chaque compagnie, a l'instant mêm', hormis +Celui-ci ! C'est celui des cadets. Je le garde. +Ah ! ah ! ah ! Cyrano ! ... Son humeur bataillarde ! +-- Vous jouez donc des tours aux gens, vous ? Quelquefois. +Vous m'affolez ! Ce soir -- écoutez -- oui, je dois +Être parti. Mais fuir quand je vous sens émue ! +Écoutez. Il y a, près d'ici, dans la rue +D'Orléans, un couvent fondé par le syndic +N'y peut entrer. Mais les bons Pères, je m'en charge ! +Il peuvent me cacher dans leur manche : elle est large. +-- Ce sont les capucins qui servent Richelieu +Chez lui ; redoutant l'oncle, ils craignent le neveu. +-- On me croira parti. Je viendrai sous le masque. +Laissez-moi retarder d'un jour, chère fantasque ! +Mais si cela s'apprend, votre gloire Bah ! Mais +Le siège, Arras Tant pis ! Permettez ! Non ! Permets ! +Je dois vous le défendre ! Ah ! Partez ! Christian reste. +Je vous veux héroïque, -- Antoine ! Mot céleste ! +Vous aimez donc celui ? Pour lequel j'ai frémi. +Ah ! je pars ! Êtes-vous contente ? Oui, mon ami ! +Oui, mon ami ! Taisons ce que je viens de faire : +Cyrano m'en voudrait de lui voler sa guerre ! +Cousin ! Nous allons chez Clomire. Alcandre y doit +Parler, et Lysimon ! Oui ! mais mon petit doigt +Dit qu'on va les manquer ! Ne manquez pas ces singes. +Oh, voyez ! le heurtoir est entouré de linges ! +On vous a bâillonné pour que votre métal +Ne troublât pas les beaux discours, -- petit brutal ! +Entrons ! Si Christian vient, comme je le présume, +Qu'il m'attende ! Ah ! Sur quoi, selon votre coutume, +Comptez-vous aujourd'hui l'interroger ! Sur Sur ? +Mais vous serez muet, là-dessus ! Comme un mur. +Sur rien ! ... Je vais lui dire : Allez ! Partez sans bride ! +Improvisez. Parlez d'amour. Soyez splendide ! +Bon. Chut ! Chut ! Pas un mot ! En vous remerciant. +Il se préparerait ! Diable, non ! Chut ! Christian ! +Je sais tout ce qu'il faut. Prépare ta mémoire. +Voici l'occasion de se couvrir de gloire. +Ne perdons pas de temps. Ne prends pas l'air grognon. +Vite, rentrons chez toi, je vais t'apprendre Non ! +Hein ? Non ! J'attends Roxane ici. De quel vertige +Es-tu frappé ? Viens vite apprendre Non, te dis-je ! +Je suis las d'emprunter mes lettres, mes discours, +Et de jouer ce rôle, et de trembler toujours ! +C'était bon au début ! Mais je sens qu'elle m'aime ! +Merci. Je n'ai plus peur. Je vais parler moi-même. +Ouais ! Et qui te dit que je ne saurais pas ? +Je ne suis pas si bête à la fin ! Tu verras ! +Mais, mon cher, tes leçons m'ont été profitables. +Je saurai parler seul ! Et, de par tous les diables, +Je saurai bien toujours la prendre dans mes bras ! +-- C'est elle ! Cyrano, non, ne me quitte pas ! +Parlez tout seul, Monsieur. Barthénoïde ! -- Alcandre ! +Urimédonte ! ... Adieu ! C'est vous ! Le soir descend. +Attendez. Ils sont loin. L'air est doux. Nul passant. +Asseyons-nous. Parlez. J'écoute. Je vous aime. +Oui, parlez-moi d'amour. Je t'aime. C'est le thème. +Brodez, brodez. Je vous Brodez ! Je t'aime tant. +Sans doute ! Et puis ? Et puis... je serais si content +Si vous m'aimiez ! -- Dis-moi, Roxane, que tu m'aimes ! +Vous m'offrez du brouet quand j'espérais des crèmes ! +Dites un peu comment vous m'aimez ? Mais... beaucoup. +Oh ! ... Délabyrinthez vos sentiments ! Ton cou ! +Je voudrais l'embrasser ! Christian ! Je t'aime ! Encore ! +Non ! je ne t'aime pas ! C'est heureux ! Je t'adore ! +Oh ! Oui... je deviens sot ! Et cela me déplaît ! +Comme il me déplairait que vous devinssiez laid. +Mais Allez rassembler votre éloquence en fuite ! +Je Vous m'aimez, je sais. Adieu. Pas tout de suite ! +Je vous dirai Que vous m'adorez... oui, je sais. +Non ! Non ! Allez-vous-en ! Mais je C'est un succès. +Au secours ! Non monsieur. Je meurs si je ne rentre +En grâce, à l'instant même Et comment puis-je, diantre ! +Vous faire à l'instant même, apprendre ? Oh ! là, tiens, vois ! +Sa fenêtre ! Je vais mourir ! Baissez la voix ! +Mourir ! La nuit est noire Eh ! bien ? C'est réparable. +Vous ne méritez pas... Mets-toi là, misérable ! +Là, devant le balcon ! Je me mettrai dessous +Et je te soufflerai tes mots. Mais Taisez-vous ! +Hep ! Chut ! Nous venons de donner la sérénade +À Montfleury ! Allez-vous mettre en embuscade +L'un à ce coin de rue, et l'autre à celui-ci ; +Et si quelque passant gênant vient par ici, +Jouez un air ! Quel air, monsieur le gassendiste ? +Joyeux pour une femme, et pour un homme, triste ! +Appelle-la ! Roxane ! Attends ! Quelques cailloux. +Qui donc m'appelle ? Moi. Qui, moi ? Christian. C'est vous ? +Je voudrais vous parler. Bien. Bien. Presque à voix basse. +Non ! Vous parlez trop mal. Allez-vous-en ! De grâce ! +Non ! Vous ne m'aimez plus ! M'accuser, -- justes dieux ! -- +De n'aimer plus... quand... j'aime plus ! Tiens ! mais c'est mieux ! +L'amour grandit bercé dans mon âme inquiète +Que ce... cruel marmot prit pour... barcelonnette ! +C'est mieux ! -- Mais, puisqu'il est cruel, vous fûtes sot +De ne pas, cet amour, l'étouffer au berceau ! +Aussi l'ai-je tenté, mais... tentative nulle : +Ce nouveau-né, Madame, est un petit Hercule. +C'est mieux ! De sorte qu'il... strangula comme rien +Les deux serpents... Orgueil et... Doute. Ah ! c'est très bien. +-- Mais pourquoi parlez-vous de façon peu hâtive ? +Auriez-vous donc la goutte à l'imaginative ? +Chut ! Cela devient trop difficile ! Aujourd'hui +Vos mots sont hésitants. Pourquoi ? C'est qu'il fait nuit, +Dans cette ombre, à tâtons, ils cherchent votre oreille. +Les miens n'éprouvent pas difficulté pareille. +Ils trouvent tout de suite ? Oh ! cela va de soi, +Puisque c'est dans mon cœur, eux, que je les reçois ; +Or, moi, j'ai le cœur grand, vous, l'oreille petite. +D'ailleurs vos mots à vous, descendent : ils vont vite. +Les miens montent, Madame : il leur faut plus de temps ! +Mais ils montent bien mieux depuis quelques instants. +De cette gymnastique, ils ont pris l'habitude ! +Je vous parle, en effet, d'une vraie altitude ! +Certe, et vous me tueriez si de cette hauteur +Vous me laissiez tomber un mot dur sur le cœur ! +Je descends. Non ! Grimpez sur le banc, alors, vite ! +Non ! Comment... non ? Laissez un peu que l'on profite +De cette occasion qui s'offre... de pouvoir +Se parler doucement, sans se voir. Sans se voir ? +Mais oui, c'est adorable. On se devine à peine. +Vous voyez la noirceur d'un long manteau qui traîne, +J'aperçois la blancheur d'une robe d'été : +Moi je ne suis qu'une ombre, et vous qu'une clarté ! +Vous ignorez pour moi ce que sont ces minutes ! +Si quelquefois je fus éloquent Vous le fûtes ! +Mon langage jamais jusqu'ici n'est sorti +De mon vrai cœur Pourquoi ? Parce que... jusqu'ici +Je parlais à travers Quoi ? le vertige où tremble +Quiconque est sous vos yeux ! ... Mais, ce soir, il me semble +Que je vais vous parler pour la première fois ! +C'est vrai que vous avez une tout autre voix. +Oui, tout autre, car dans la nuit qui me protège +J'ose être enfin moi-même, et j'ose Où en étais-je ? +Je ne sais... tout ceci, -- pardonnez mon émoi, -- +C'est si délicieux, c'est si nouveau pour moi ! +Si nouveau ? Si nouveau... mais oui... d'être sincère : +La peur d'être raillé, toujours au cœur me serre +Raillé de quoi ? Mais de... d'un élan ! ... Oui, mon cœur +Toujours, de mon esprit s'habille, par pudeur : +Je pars pour décrocher l'étoile, et je m'arrête +Par peur du ridicule, à cueillir la fleurette ! +La fleurette a du bon. Ce soir, dédaignons-la ! +Vous ne m'aviez jamais parlé comme cela ! +Ah ! si loin des carquois, des torches et des flèches, +On se sauvait un peu vers des choses... plus fraîches ! +Au lieu de boire goutte à goutte, en un mignon +Dé à coudre d'or fin, l'eau fade du Lignon, +Si l'on tentait de voir comment l'âme s'abreuve +En buvant largement à même le grand fleuve ! +Mais l'esprit ? J'en ai fait pour vous faire rester +D'abord, mais maintenant ce serait insulter +Cette nuit, ces parfums, cette heure, la Nature, +Que de parler comme un billet doux de Voiture ! +-- Laissons, d'un seul regard de ses astres, le ciel +Je crains tant que parmi notre alchimie exquise +Le vrai du sentiment ne se volatilise, +Que l'âme ne se vide à ces passe-temps vains, +Et que le fin du fin ne soit la fin des fins ! +Mais l'esprit ? Je le hais dans l'amour ! C'est un crime +Lorsqu'on aime de trop prolonger cette escrime ! +Le moment vient d'ailleurs inévitablement, +-- Et je plains ceux pour qui ne vient pas ce moment ! -- +Où nous sentons qu'en nous une amour noble existe +Que chaque joli mot que nous disons rend triste ! +Eh bien ! si ce moment est venu pour nous deux, +Quels mots me direz-vous ? Tous ceux, tous ceux, tous ceux +Qui me viendront, je vais vous les jeter, en touffe, +Sans les mettre en bouquet : je vous aime, j'étouffe, +Je t'aime, je suis fou, je n'en peux plus, c'est trop ; +Ton nom est dans mon cœur comme dans un grelot, +Et comme tout le temps, Roxane, je frissonne, +Tout le temps, le grelot s'agite, et le nom sonne ! +De toi, je me souviens de tout, j'ai tout aimé : +Je sais que l'an dernier, un jour, le douze mai, +Pour sortir le matin tu changeas de coiffure ! +J'ai tellement pris pour clarté ta chevelure +Que, comme lorsqu'on a trop fixé le soleil, +On voit sur toute chose ensuite un rond vermeil, +Sur tout, quand j'ai quitté les feux dont tu m'inondes, +Mon regard ébloui pose des taches blondes ! +Oui, c'est bien de l'amour Certes, ce sentiment +Qui m'envahit, terrible et jaloux, c'est vraiment +De l'amour, il en a toute la fureur triste ! +De l'amour, -- et pourtant il n'est pas égoïste ! +Ah ! que pour ton bonheur je donnerais le mien, +Quand même tu devrais n'en savoir jamais rien, +S'il se pouvait, parfois, que de loin, j'entendisse +Rire un peu le bonheur né de mon sacrifice ! +-- Chaque regard de toi suscite une vertu +Nouvelle, une vaillance en moi ! Commences-tu +À comprendre, à présent ? voyons, te rends-tu compte ? +Sens-tu mon âme, un peu, dans cette ombre, qui monte ? +Oh ! mais vraiment, ce soir, c'est trop beau, c'est trop doux ! +Je vous dis tout cela, vous m'écoutez, moi, vous ! +C'est trop ! Dans mon espoir même le moins modeste, +Je n'ai jamais espéré tant ! Il ne me reste +Qu'à mourir maintenant ! C'est à cause des mots +Que je dis qu'elle tremble entre les bleus rameaux ! +Car vous tremblez, comme une feuille entre les feuilles ! +Car tu trembles ! car j'ai senti, que tu le veuilles +Ou non, le tremblement adoré de ta main +Descendre tout le long des branches du jasmin ! +Oui, je tremble, et je pleure, et je t'aime, et suis tienne ! +Et tu m'as enivrée ! Alors, que la mort vienne ! +Cette ivresse, c'est moi, moi, qui l'ai su causer ! +Je ne demande plus qu'une chose Un baiser ! +Hein ? Oh ! Vous demandez ? Oui... je Tu vas trop vite. +Puisqu'elle est si troublée, il faut que j'en profite ! +Oui, je... j'ai demandé, c'est vrai... mais justes cieux ! +Je comprends que je fus bien trop audacieux. +Vous n'insistez pas plus que cela ? Si ! j'insiste +Sans insister ! ... Oui, oui ! votre pudeur s'attriste ! +Eh bien ! mais, ce baiser... ne me l'accordez pas ! +Pourquoi ? Tais-toi, Christian ! Que dites-vous tout bas ? +Mais d'être allé trop loin, moi-même je me gronde ; +Je me disais : tais toi, Christian ! Une seconde ! +On vient ! Air triste ? Air gai ? ... Quel est donc leur dessein ? +Est-ce un homme ? Une femme ? -- Ah ! c'est un capucin ! +Quel est ce jeu renouvelé de Diogène ? +Je cherche la maison de madame Il nous gêne ! +Magdeleine Robin Que veut-il ? Par ici ! +Tout droit, -- toujours tout droit Je vais pour vous ! -- Merci +Dire mon chapelet jusqu'au grain majuscule. +Bonne chance ! Mes vœux suivent votre cuculle ! +Obtiens-moi ce baiser ! Non ! Tôt ou tard ! C'est vrai ! +Il viendra, ce moment de vertige enivré +Où vos bouches iront l'une vers l'autre, à cause +De ta moustache blonde et de sa lèvre rose ! +J'aime mieux que ce soit à cause de C'est vous ? +Nous parlions de... de... d'un Baiser ! Le mot est doux. +Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l'ose ; +S'il la brûle déjà, que sera-ce la chose ? +Ne vous en faites pas un épouvantement : +N'avez-vous pas tantôt, presque insensiblement, +Quitté le badinage et glissé sans alarmes +Du sourire au soupir, et du soupir aux larmes ! +Glissez encore un peu d'insensible façon : +Des larmes au baiser il n'y a qu'un frisson ! +Taisez-vous ! Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce ? +Un serment fait d'un peu plus près, une promesse +Plus précise, un aveu qui veut se confirmer, +Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer ; +C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, +Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, +Une communion ayant un goût de fleur, +Une façon d'un peu se respirer le cœur, +Et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme ! +Taisez-vous ! Un baiser, c'est si noble, Madame, +Que la reine de France, au plus heureux des lords, +En a laissé prendre un, la reine même ! Alors ! +J'eus comme Buckingham des souffrances muettes, +J'adore comme lui la reine que vous êtes, +Comme lui je suis triste et fidèle Et tu es +Beau comme lui ! C'est vrai, je suis beau, j'oubliais ! +Eh bien ! montez cueillir cette fleur sans pareille +Monte ! Ce goût de cœur Monte ! Ce bruit d'abeille +Monte ! Mais il me semble, à présent, que c'est mal ! +Cet instant d'infini ! Monte donc, animal ! +-- Baiser, festin d'amour dont je suis le Lazare ! +Il me vient dans cette ombre une miette de toi, -- +Mais oui, je sens un peu mon cœur qui te reçoit, +Puisque sur cette lèvre où Roxane se leurre +Elle baise les mots que j'ai dits tout à l'heure ! +Un air triste, un air gai : le capucin ! Holà ! +Qu'est ce ? Moi. Je passais... Christian est encor là ? +Tiens Cyrano ! Bonjour, cousin ! Bonjour, cousine ! +Je descends ! Oh ! encor ! C'est ici, -- je m'obstine -- +Magdeleine Robin ! Vous aviez dit : Ro-lin. +Non : Bin. B, i, n, bin ! Qu'est-ce ? Une lettre. Hein ? +Oh ! il ne peut s'agir que d'une sainte chose ! +C'est un digne seigneur qui C'est De Guiche ! Il ose ? +Oh ! mais il ne va pas m'importuner toujours ! +Je t'aime, et si Mademoiselle, Les tambours +Battent ; mon régiment boucle sa soubreveste ; +Il part ; moi, l'on me croit déjà parti : je reste. +Je vous désobéis. Je suis dans ce couvent. +Je vais venir, et vous le mande auparavant +Par un religieux simple comme une chèvre +Qui ne peut rien comprendre à ceci. Votre lèvre +M'a trop souri tantôt : j'ai voulu la revoir. +Éloignez un chacun, et daignez recevoir +L'audacieux déjà pardonné, je l'espère, +Qui signe votre très... et cætera Mon Père, +Voici ce que me dit cette lettre. Écoutez : +Mademoiselle, Il faut souscrire aux volontés +Du cardinal, si dur que cela vous puisse être. +C'est la raison pourquoi j'ai fait choix, pour remettre +Ces lignes en vos mains charmantes, d'un très saint, +D'un très intelligent et discret capucin ; +Nous voulons qu'il vous donne, et dans votre demeure, +La bénédiction nuptiale sur l'heure. +Christian doit en secret devenir votre époux ; +Je vous l'envoie. Il vous déplaît. Résignez-vous. +Songez bien que le ciel bénira votre zèle, +Et tenez pour tout assuré, Mademoiselle, +Le respect de celui qui fut et qui sera +Toujours votre très humble et très... et cætera. +Digne seigneur ! ... Je l'avais dit. J'étais sans crainte ! +Il ne pouvait s'agir que d'une chose sainte ! +N'est-ce pas que je lis très bien les lettres ? Hum ! +Ah ! ... c'est affreux ! C'est vous ? C'est moi ! Mais Post-scriptum : +Donnez pour le couvent cent vingt pistoles. Digne, +Digne seigneur ! Résignez-vous ? Je me résigne ! +Vous, retenez ici De Guiche ! Il va venir ! +Qu'il n'entre pas tant que Compris ! Pour les bénir +Il vous faut ? Un quart d'heure. Allez ! moi, je demeure ! +Viens ! Comment faire perdre à De Guiche un quart d'heure. +Là ! ... Grimpons ! ... J'ai mon plan ! Ho ! c'est un homm' ! Ho ! ho ! +Cette fois, c'en est un ! Non, ce n'est pas trop haut ! +Je vais légèrement troubler cette atmosphère ! +Qu'est-ce que ce maudit capucin peut bien faire ? +Diable ! Et ma voix ? ... S'il la reconnaissait ? Cric ! Crac ! +Cyrano, reprenez l'accent de Bergerac ! +Oui, c'est là. J'y vois mal. Ce masque m'importune ! +Hein ? quoi ? D'où tombe donc cet homme ? De la lune ! +De la ? Quelle heure est-il ? N'a-t-il plus sa raison ? +Quelle heure ? Quel pays ? Quel jour ? Quelle saison ? +Mais Je suis étourdi ! Monsieur Comme une bombe +Je tombe de la lune ! Ah ça ! Monsieur ! J'en tombe ! +Soit ! soit ! vous en tombez ! ... c'est peut-être un dément ! +Et je n'en tombe pas métaphoriquement ! +Mais Il y a cent ans, ou bien une minute, +-- J'ignore tout à fait ce que dura ma chute ! -- +J'étais dans cette boule à couleur de safran ! +Oui. Laissez-moi passer ! Où suis-je ? soyez franc ! +Ne me déguisez rien ! En quel lieu, dans quel site, +Viens-je de choir, Monsieur, comme un aérolithe ? +Morbleu ! Tout en cheyant je n'ai pu faire choix +De mon point d'arrivée, -- et j'ignore où je chois ! +Est-ce dans une lune ou bien dans une terre, +Que vient de m'entraîner le poids de mon postère ? +Mais je vous dis, Monsieur Ha ! grand Dieu ! ... je crois voir +Qu'on a dans ce pays le visage tout noir ! +Comment ? Suis-je en Alger ? Êtes-vous indigène ? +Ce masque ! Je suis donc dans Venise, ou dans Gêne ? +Une dame m'attend ! Je suis donc à Paris. +Le drôle est assez drôle ! Ah ! vous riez ? Je ris, +Mais veux passer ! C'est à Paris que je retombe ! +J'arrive -- excusez-moi ! -- par la dernière trombe. +Je suis un peu couvert d'éther. J'ai voyagé ! +J'ai les yeux tout remplis de poudre d'astres. J'ai +Aux éperons, encor, quelques poils de planète ! +Tenez, sur mon pourpoint, un cheveu de comète ! +Monsieur ! Dans mon mollet je rapporte une dent +De la Grande Ourse, -- et comme, en frôlant le Trident, +Je voulais éviter une de ses trois lances, +Je suis allé tomber assis dans les Balances, -- +Dont l'aiguille, à présent, là-haut, marque mon poids ! +Si vous serriez mon nez, Monsieur, entre vos doigts, +Il jaillirait du lait ! Hein ? du lait ? De la Voie +Lactée ! Oh ! Par l'enfer ! C'est le ciel qui m'envoie ! +Non ! croiriez-vous, je viens de le voir en tombant, +Que Sirius, la nuit, s'affuble d'un turban ? +L'autre Ourse est trop petite encor pour qu'elle morde ! +J'ai traversé la Lyre en cassant une corde ! +Mais je compte en un livre écrire tout ceci, +Et les étoiles d'or qu'en mon manteau roussi +Je viens de rapporter à mes périls et risques, +Quand on l'imprimera, serviront d'astérisques ! +À la parfin, je veux Vous, je vous vois venir ! +Monsieur ! Vous voudriez de ma bouche tenir +Comment la lune est faite, et si quelqu'un habite +Dans la rotondité de cette cucurbite ? +Mais non ! Je veux Savoir comment j'y suis monté. +Ce fut par un moyen que j'avais inventé. +C'est un fou ! Je n'ai pas refait l'aigle stupide +D'Archytas ! C'est un fou, -- mais c'est un fou savant. +Non, je n'imitai rien de ce qu'on fit avant ! +Six ? Je pouvais, mettant mon corps nu comme un cierge, +Toutes pleines des pleurs d'un ciel matutinal, +Et ma personne, alors, au soleil exposée, +L'astre l'aurait humée en humant la rosée ! +Tiens ! Oui, cela fait un ! Et je pouvais encor +Faire engouffrer du vent, pour prendre mon essor, +En raréfiant l'air dans un coffre de cèdre +Par des miroirs ardents, mis en icosaèdre ! +Deux ! Ou bien, machiniste autant qu'artificier, +Sur une sauterelle aux détentes d'acier, +Me faire, par des feux successifs de salpêtre, +Lancer dans les prés bleus où les astres vont paître ! +Trois ! Puisque la fumée a tendance à monter, +En souffler dans un globe assez pour m'emporter ! +Quatre ! Puisque Phœbé, quand son arc est le moindre, +Aime sucer, ô bœufs, votre moelle... m'en oindre ! +Cinq ! Enfin, me plaçant sur un plateau de fer, +Prendre un morceau d'aimant et le lancer en l'air ! +Ça, c'est un bon moyen : le fer se précipite, +Aussitôt que l'aimant s'envole, à sa poursuite ; +On relance l'aimant bien vite, et cadédis ! +On peut monter ainsi indéfiniment. Six ! +-- Mais voilà six moyens excellents ! ... Quel système +Choisîtes-vous des six, Monsieur ? Un septième ! +Par exemple ! Et lequel ? Je vous le donne en cent ! +C'est que ce mâtin-là devient intéressant ! +Houüh ! houüh ! Eh bien ! Vous devinez ? Non ! La marée ! +À l'heure où l'onde par la lune est attirée, +Je me mis sur la sable -- après un bain de mer -- +Et la tête partant la première, mon cher, +-- Car les cheveux, surtout, gardent l'eau dans leur frange ! -- +Je m'enlevai dans l'air, droit, tout droit, comme un ange. +Je montais, je montais doucement, sans efforts, +Quand je sentis un choc ! ... Alors Alors ? Alors +Le quart d'heure est passé, Monsieur, je vous délivre : +Le mariage est fait. Çà, voyons, je suis ivre ! +Cette voix ? Et ce nez -- Cyrano ? Cyrano. +-- Ils viennent à l'instant d'échanger leur anneau. +Qui cela ? Ciel ! Vous ? Lui ? Vous êtes des plus fines ! +Mes compliments, Monsieur l'inventeur des machines : +Votre récit eût fait s'arrêter au portail +Du paradis, un saint ! Notez-en le détail, +Car vraiment cela peut resservir dans un livre ! +Monsieur, c'est un conseil que je m'engage à suivre. +Un beau couple, mon fils, réuni là par vous ! +Oui. Veuillez dire adieu, Madame, à votre époux. +Comment ? Le régiment déjà se met en route. +Joignez-le ! Pour aller à la guerre ? Sans doute ! +Mais, Monsieur, les cadets n'y vont pas ! Ils iront. +Voici l'ordre. Courez le porter, vous, baron. +Christian ! La nuit de noce est encore lointaine ! +Dire qu'il croit me faire énormément de peine ! +Oh ! tes lèvres encor ! Allons, voyons, assez ! +C'est dur de la quitter... Tu ne sais pas Je sais. +Le régiment qui part ! Oh ! ... je vous le confie ! +Promettez-moi que rien ne va mettre sa vie +En danger ! J'essaierai... mais ne peux cependant +Promettre Promettez qu'il sera très prudent ! +Oui, je tâcherai, mais Qu'à ce siège terrible +Il n'aura jamais froid ! Je ferai mon possible. +Mais Qu'il sera fidèle ! Eh oui ! sans doute, mais +Qu'il m'écrira souvent ! Ça, -- je vous le promets ! +C'est affreux ! Oui. Plus rien. Mordious ! Jure en sourdine ! +Tu vas les réveiller. Chut ! Dormez ! Qui dort dîne ! +Quand on a l'insomnie on trouve que c'est peu ! +Quelle famine ! Ah ! maugrébis des coups de feu ! +Ils vont me réveiller mes enfants ! Dormez ! Diantre ! +Encore ? Ce n'est rien ! C'est Cyrano qui rentre ! +Ventrebieu ! qui va là ? Bergerac ! Ventrebieu ! +Qui va là ? Bergerac, imbécile ! Ah ! grand Dieu ! +Chut ! Blessé ? Tu sais bien qu'ils ont pris l'habitude +De me manquer tous les matins ! C'est un peu rude, +Pour porter une lettre, à chaque jour levant, +De risquer ! J'ai promis qu'il écrirait souvent ! +Il dort. Il est pâli. Si la pauvre petite +Savait qu'il meurt de faim... Mais toujours beau ! Va vite +Dormir ! Ne grogne pas, Le Bret ! ... Sache ceci : +Pour traverser les rangs espagnols, j'ai choisi +Un endroit où je sais, chaque nuit, qu'ils sont ivres. +Tu devrais bien un jour nous rapporter des vivres. +Il faut être léger pour passer ! -- Mais je sais +Qu'il y aura ce soir du nouveau. Les Français +Mangeront ou mourront, -- si j'ai bien vu Raconte ! +Non. Je ne suis pas sûr... vous verrez ! Quelle honte, +Lorsqu'on est assiégeant, d'être affamé ! Hélas ! +Rien de plus compliqué que ce siège d'Arras : +Nous assiégeons Arras, -- nous-mêmes, pris au piège, +Le cardinal infant d'Espagne nous assiège +Quelqu'un devrait venir l'assiéger à son tour. +Je ne ris pas. Oh ! oh ! Penser que chaque jour +Vous risquez une vie, ingrat, comme la vôtre, +Pour porter Où vas-tu ? J'en vais écrire une autre. +La diane ! ... Hélas ! Sommeil succulent, tu prends fin ! +Je sais trop quel sera leur premier cri ! J'ai faim ! +Je meurs ! Oh ! Levez-vous ! Plus un pas ! Plus un geste ! +Ma langue est jaune : l'air du temps est indigeste ! +Mon tortil de baron pour un peu de Chester ! +Moi, si l'on ne veut pas fournir à mon gaster +De quoi m'élaborer une pinte de chyle, +Je me retire sous ma tente -- comme Achille ! +Oui, du pain ! Cyrano ! Nous mourons ! Au secours ! +Toi qui sais si gaiement leur répliquer toujours, +Viens les ragaillardir ! Qu'est-ce que tu grignotes ! +De l'étoupe à canon que dans les bourguignotes +On fait frire en la graisse à graisser les moyeux, +Les environs d'Arras sont très peu giboyeux ! +Moi, je viens de chasser ! J'ai pêché, dans la Scarpe ! +Quoi ! -- Que rapportez-vous ? -- Un faisan ? -- Une carpe ? -- +Vite, vite, montrez ! Un goujon ! Un moineau ! +Assez ! -- Révoltons-nous ! Au secours, Cyrano ! +Hein ? Pourquoi t'en vas-tu, toi, de ce pas qui traîne ? +J'ai quelque chose, dans les talons, qui me gêne ! +Et quoi donc ? L'estomac ! Moi de même, pardi ! +Cela doit te gêner ? Non, cela me grandit. +J'ai les dents longues ! Tu n'en mordras que plus large. +Mon ventre sonne creux ! Nous y battrons la charge. +Dans les oreilles, moi, j'ai des bourdonnements. +Non, non ; ventre affamé, pas d'oreilles : tu mens ! +Oh ! manger quelque chose, -- à l'huile ! Ta salade. +Qu'est-ce qu'on pourrait bien dévorer ? L'Iliade. +Le ministre, à Paris, fait ses quatre repas ! +Il devrait t'envoyer du perdreau ? Pourquoi pas ? +Et du vin ! Richelieu, du Bourgogne, if you please? +Par quelque capucin ! L'éminence qui grise ? +J'ai des faims d'ogre ! Eh ! bien ! ... tu croques le marmot ! +Toujours le mot, la pointe ! Oui, la pointe, le mot ! +Et je voudrais mourir, un soir, sous un ciel rose, +En faisant un bon mot, pour une belle cause ! +-- Oh ! frappé par la seule arme noble qui soit, +Et par un ennemi qu'on sait digne de soi, +Sur un gazon de gloire et loin d'un lit de fièvres, +Tomber la pointe au cœur en même temps qu'aux lèvres ! +J'ai faim ! Ah çà ! mais vous ne pensez qu'à manger ? +Du double étui de cuir tire l'un de tes fifres, +Souffle, et joue à ce tas de goinfres et de piffres +Ces vieux airs du pays, au doux rythme obsesseur, +Dont chaque note est comme une petite sœur, +Dans lesquels restent pris des sons de voix aimées, +Ces airs dont la lenteur est celle des fumées +Que le hameau natal exhale de ses toits, +Ces airs dont la musique a l'air d'être en patois ! +Que la flûte, aujourd'hui, guerrière qui s'afflige, +Se souvienne un moment, pendant que sur sa tige +Tes doigts semblent danser un menuet d'oiseau, +Qu'avant d'être d'ébène, elle fut de roseau ; +Que sa chanson l'étonne, et qu'elle y reconnaisse +L'âme de sa rustique et paisible jeunesse ! +Écoutez, les Gascons... Ce n'est plus, sous ses doigts, +Le fifre aigu des camps, c'est la flûte des bois ! +Ce n'est plus le sifflet du combat, sous ses lèvres, +C'est le lent galoubet de nos meneurs de chèvres ! +Écoutez... C'est le val, la lande, la forêt, +Le petit pâtre brun sous son rouge béret, +C'est la verte douceur des soirs sur la Dordogne, +Écoutez, les Gascons : c'est toute la Gascogne ! +Mais tu les fais pleurer ! De nostalgie ! ... Un mal +Plus noble que la faim ! ... pas physique : moral ! +J'aime que leur souffrance ait changé de viscère, +Et que ce soit leur cœur, maintenant, qui se serre ! +Tu vas les affaiblir en les attendrissant ! +Laisse donc ! Les héros qu'ils portent dans leur sang +Sont vite réveillés ! Il suffit Hein ? ... Quoi ? ... Qu'est-ce ? +Tu vois, il a suffi d'un roulement de caisse ! +Adieu, rêves, regrets, vieille province, amour +Ce qui du fifre vient s'en va par le tambour ! +Ah ! Ah ! Voici monsieur de Guiche. Hou Murmure +Flatteur ! Il nous ennuie ! Avec, sur son armure, +Son grand col de dentelle, il vient faire le fier ! +Comme si l'on portait du linge sur du fer ! +C'est bon lorsque à son cou l'on a quelque furoncle ! +Encore un courtisan ! Le neveu de son oncle ! +C'est un Gascon pourtant ! Un faux ! ... Méfiez-vous ! +Parce que, les Gascons... ils doivent être fous : +Rien de plus dangereux qu'un Gascon raisonnable. +Il est pâle ! Il a faim... autant qu'un pauvre diable ! +Mais comme sa cuirasse a des clous de vermeil, +Sa crampe d'estomac étincelle au soleil ! +N'ayons pas l'air non plus de souffrir ! Vous, vos cartes, +Vos pipes et vos dés Et moi, je lis Descartes. +Ah ! -- Bonjour ! Il est vert. Il n'a plus que les yeux. +Voici donc les mauvaises têtes ? ... Oui, messieurs, +Il me revient de tous côtés qu'on me brocarde +Chez vous, que les cadets, noblesse montagnarde, +Hobereaux béarnais, barons périgourdins, +N'ont pour leur colonel pas assez de dédains, +M'appellent intrigant, courtisan, -- qu'il les gêne +De voir sur ma cuirasse un col en point de Gêne, -- +Et qu'ils ne cessent pas de s'indigner entre eux +Qu'on puisse être Gascon et ne pas être gueux ! +Vous ferai-je punir par votre capitaine ? +Non. D'ailleurs, je suis libre et n'inflige de peine +Ah ? J'ai payé ma compagnie, elle est à moi. +Je n'obéis qu'aux ordres de guerre. Ah ? ... Ma foi ! +Cela suffit. Je peux mépriser vos bravades. +On connaît ma façon d'aller aux mousquetades ; +Hier, à Bapaume, on vit la furie avec quoi +J'ai fait lâcher le pied au comte de Bucquoi ; +Ramenant sur ses gens les miens en avalanche, +J'ai chargé par trois fois ! Et votre écharpe blanche ? +Vous savez ce détail ? ... En effet, il advint, +Durant que je faisais ma caracole afin +De rassembler mes gens la troisième charge, +Qu'un remous de fuyards m'entraîna sur la marge +Des ennemis ; j'étais en danger qu'on me prît +Et qu'on m'arquebusât, quand j'eus le bon esprit +De dénouer et de laisser couler à terre +L'écharpe qui disait mon grade militaire ; +En sorte que je pus, sans attirer les yeux, +Quitter les Espagnols, et revenant sur eux, +Suivi de tous les miens réconfortés, les battre ! +-- Eh bien ! que dites-vous de ce trait ? Qu'Henri quatre +N'eût jamais consenti, le nombre l'accablant, +À se diminuer de son panache blanc. +L'adresse a réussi, cependant ! C'est possible. +Mais on n'abdique pas l'honneur d'être une cible. +Si j'eusse été présent quand l'écharpe coula +-- Nos courages, monsieur, diffèrent en cela -- +Je l'aurais ramassée et me la serais mise. +Oui, vantardise, encor, de gascon ! Vantardise ? +Prêtez-la-moi. Je m'offre à monter, dès ce soir, +À l'assaut, le premier, avec elle en sautoir. +Offre encor de gascon ! Vous savez que l'écharpe +Resta chez l'ennemi, sur les bords de la Scarpe, +En un lieu que depuis la mitraille cribla, -- +Où nul ne peut aller la chercher ! La voilà. +Merci. Je vais, avec ce bout d'étoffe claire, +Pouvoir faire un signal, -- que j'hésitais à faire. +Hein ! Cet homme, là-bas qui se sauve en courant ! +C'est un faux espion espagnol. Il nous rend +De grands services. Les renseignements qu'il porte +Aux ennemis sont ceux que je lui donne, en sorte +Que l'on peut influer sur leurs décisions. +C'est un gredin ! C'est très commode. Nous disions ? +-- Ah ! J'allais vous apprendre un fait. Cette nuit même, +Pour nous ravitailler tentant un coup suprême, +Le maréchal s'en fut vers Dourlens, sans tambours ; +Les vivandiers du Roi sont là ; par les labours +Il les joindra ; mais pour revenir sans encombre, +Il a pris avec lui des troupes en tel nombre +Que l'on aurait beau jeu, certe, en nous attaquant : +La moitié de l'armée est absente du camp ! +Oui, si les Espagnols savaient, ce serait grave. +Mais ils ne savent pas ce départ ? Ils le savent. +Ils vont nous attaquer. Ah ! Mon faux espion +M'est venu prévenir de leur agression. +Il ajouta : "J'en peux déterminer la place ; +Sur quel point voulez-vous que l'attaque se fasse ? +Je dirai que de tous c'est le moins défendu, +Et l'effort portera sur lui." -- J'ai répondu : +"C'est bon. Sortez du camp. Suivez des yeux la ligne : +Ce sera sur le point d'où je vous ferai signe." +Messieurs, préparez-vous ! C'est dans une heure. Ah ! ... bien ! +Il faut gagner du temps. Le maréchal revient. +Et pour gagner du temps ? Vous aurez l'obligeance +De vous faire tuer. Ah ! voilà la vengeance ? +Je ne prétendrai pas que si je vous aimais +Je vous eusse choisis vous et les vôtres, mais, +Comme à votre bravoure on n'en compare aucune, +C'est mon Roi que je sers en servant ma rancune. +Souffrez que je vous sois, monsieur, reconnaissant. +Je sais que vous aimez vous battre un contre cent. +Vous ne vous plaindrez pas de manquer de besogne. +Eh bien donc ! nous allons au blason de Gascogne, +Qui porte six chevrons, messieurs, d'azur et d'or, +Joindre un chevron de sang qui lui manquait encor ! +Christian ? Roxane ! Hélas ! Au moins, je voudrais mettre +Tout l'adieu de mon cœur dans une belle lettre ! +Je me doutais que ce serait pour aujourd'hui. +Et j'ai fait tes adieux. Montre ! Tu veux ? Mais oui ! +Tiens ! Quoi ? Ce petit rond ? Un rond ? C'est une larme ! +Oui... Poète, on se prend à son jeu, c'est le charme ! +Tu comprends... ce billet, -- c'était très émouvant : +Je me suis fait pleurer moi-même en l'écrivant. +Pleurer ? Oui... parce que... mourir n'est pas terrible. +Mais... ne plus la revoir jamais... voilà l'horrible ! +Car enfin je ne la nous ne la tu ne la +Donne-moi ce billet ! Ventrebieu, qui va là ? +Qu'est-ce ? Un carrosse ! Quoi ! Dans le camp ? -- Il y entre ! +-- Il a l'air de venir de chez l'ennemi ! -- Diantre ! +Tirez ! -- Non ! Le cocher a crié ! -- Crié quoi ? -- +Il a crié : Service du Roi ! Hein ? Du Roi ! +Chapeau bas, tous ! Du Roi ! -- Rangez-vous, vile tourbe, +Pour qu'il puisse décrire avec pompe sa courbe ! +Battez aux champs ! Baissez le marchepied ! Bonjour ! +Service du Roi ! Vous ? Mais du seul roi, l'Amour ! +Ah ! grand Dieu ! Vous ! Pourquoi ? C'était trop long, ce siège ! +Pourquoi ? Je te dirai ! Dieu ! La regarderai-je ? +Vous ne pouvez rester ici ! Mais si ! mais si ! +Voulez-vous m'avancer un tambour ? Là, merci ! +On a tiré sur mon carrosse ! Une patrouille ! +-- Il a l'air d'être fait avec une citrouille, +N'est-ce pas ? comme dans le conte, et les laquais +Avec des rats. Bonjour ! Vous n'avez pas l'air gais ! +-- Savez-vous que c'est loin, Arras ? Cousin, charmée ! +Ah çà ! comment ? Comment j'ai retrouvé l'armée ? +Oh ! mon Dieu, mon ami, mais c'est tout simple : j'ai +Marché tant que j'ai vu le pays ravagé. +Ah ! ces horreurs, il a fallu que je les visse +Pour y croire ! Messieurs, si c'est là le service +De votre Roi, le mien vaut mieux ! Voyons, c'est fou ! +Par où diable avez-vous bien pu passer ? Par où ? +Par chez les Espagnols. Ah ! qu'elles sont malignes ! +Comment avez-vous fait pour traverser leurs lignes ? +Cela dut être très difficile ! Pas trop. +J'ai simplement passé dans mon carrosse, au trot. +Si quelque hidalgo montrait sa mine altière, +Je mettais mon plus beau sourire à la portière, +Et ces messieurs étant, n'en déplaise aux Français, +Les plus galantes gens du monde, -- je passais ! +Oui, c'est un passe-port, certes, que ce sourire ! +Mais on a fréquemment dû vous sommer de dire +Où vous alliez ainsi, madame ? Fréquemment. +Alors je répondais : "Je vais voir mon amant." +-- Aussitôt l'Espagnol à l'air le plus féroce +Refermait gravement la porte du carrosse, +D'un geste de la main à faire envie au Roi +Relevait les mousquets déjà braqués sur moi, +Et superbe de grâce, à la fois, et de morgue, +L'ergot tendu sous la dentelle en tuyau d'orgue, +Le feutre au vent pour que la plume palpitât, +S'inclinait en disant : "Passez, señorita !" +Mais, Roxane J'ai dit : mon amant, oui... pardonne ! +Tu comprends, si j'avais dit : mon mari, personne +Ne m'eût laissé passer ! Mais Qu'avez-vous ? Il faut +Vous en aller d'ici ! Moi ? Bien vite ! Au plus tôt ! +Oui ! Mais comment ? C'est que Dans trois quarts d'heure ou quatre +Il vaut mieux Vous pourriez Je reste. On va se battre. +Oh ! non ! C'est mon mari ! Qu'on me tue avec toi ! +Mais quels yeux vous avez ! Je te dirai pourquoi ! +C'est un poste terribl' ! Hein ! terrible ? Et la preuve +C'est qu'il nous l'a donné ! Ah ! vous me vouliez veuve ? +Oh ! je vous jure ! Non ! Je suis folle à présent ! +Et je ne m'en vais plus ! -- D'ailleurs, c'est amusant. +Eh quoi ! la précieuse était une héroïne ? +Monsieur de Bergerac, je suis votre cousine. +Nous vous défendrons bien ! Je le crois, mes amis ! +Tout le camp sent l'iris ! Et j'ai justement mis +Un chapeau qui fera très bien dans la bataille ! +Mais peut-être est-il temps que le comte s'en aille : +On pourrait commencer. Ah ! c'en est trop ! Je vais +Inspecter mes canons, et reviens... Vous avez +Le temps encor : changez d'avis ! Jamais ! Roxane ! +Non ! Elle reste ! Un peigne ! -- Un savon ! -- Ma basane +Est trouée : une aiguille ! -- Un ruban ! -- Ton miroir ! -- +Mes manchettes ! -- Ton fer à moustache ! -- Un rasoir ! +Non ! rien ne me fera bouger de cette place ! +Peut-être siérait-il que je vous présentasse, +Puisqu'il en est ainsi, quelques de ces messieurs +Qui vont avoir l'honneur de mourir sous vos yeux. +Baron de Peyrescous de Colignac ! Madame +Baron de Casterac de Cahuzac. -- Vidame +Chevalier d'Antignac-Juzet. -- Baron Hillot +De Blagnac-Saléchan de Castel Crabioules +Mais combien avez-vous de noms, chacun ? Des foules ! +Ouvrez la main qui tient votre mouchoir. Pourquoi ? +Ma compagnie était sans drapeau ! Mais ma foi, +C'est le plus beau du camp qui flottera sur elle ! +Il est un peu petit. Mais il est en dentelle ! +Je mourrais sans regret ayant vu ce minois, +Si j'avais seulement dans le ventre une noix ! +Fi ! parler de manger lorsqu'une exquise femme ! +Mais l'air du camp est vif et, moi-même, m'affame : +Pâtés, chaud-froids, vins fins : -- mon menu, le voilà ! +-- Voulez-vous m'apporter tout cela ! Tout cela ! +Où le prendrions-nous, grand Dieu ? Dans mon carrosse. +Hein ? Mais il faut qu'on serve et découpe, et désosse ! +Regardez mon cocher d'un peu plus près, messieurs, +Et vous reconnaîtrez un homme précieux : +Chaque sauce sera, si l'on veut, réchauffée ! +C'est Ragueneau ! Oh ! Oh ! Pauvre gens ! Bonne fée ! +Messieurs ! Bravo ! Bravo ! Les Espagnols n'ont pas, +Quand passaient tant d'appas, vu passer le repas ! +Hum ! hum ! Christian ! Distraits par la galanterie +Ils n'ont pas vu la galantine ! Je t'en prie, +Un seul mot ! Et Vénus sut occuper leur œil +Pour que Diane en secret, pût passer son chevreuil ! +Je voudrais te parler ! Posez cela par terre ! +Vous, rendez-vous utile ? Un paon truffé ! Tonnerre ! +Nous n'aurons pas couru notre dernier hasard +Sans faire un gueuleton pardon ! un balthazar ! +Les coussins sont remplis d'ortolans ! Ah ! Viédaze ! +Des flacons de rubis ! -- Des flacons de topaze ! +Défaites cette nappe ! ... Eh ! hop ! Soyez léger ! +Chaque lanterne est un petit garde-manger ! +Il faut que je te parle avant que tu lui parles ! +Puisqu'on nous fait tuer, morbleu ! nous nous moquons +Du reste de l'armée ! -- Oui ! tout pour les Gascons ! +Et si De Guiche vient, personne ne l'invite ! +Là, vous avez le temps. -- Ne manger pas si vite ! -- +Buvez un peu. -- Pourquoi pleurez-vous ? C'est trop bon ! +Chut ! -- Rouge ou blanc ? -- Du pain pour monsieur de Carbon ! +-- Un couteau ! -- Votre assiette ! -- Un peu de croûte ? -- Encore ? +Je vous sers ! -- Du bourgogne ? -- Une aile ? Je l'adore ! +Vous ? Rien. Si ! ce biscuit, dans du muscat... deux doigts ! +Oh ! dites-moi pourquoi vous vîntes ? Je me dois +À ces malheureux... Chut ! Tout à l'heure ! De Guiche ! +Vite, cachez flacon, plat, terrine, bourriche ! +Hop ! -- N'ayons l'air de rien ! Toi, remonte d'un bond +Sur ton siège ! -- Tout est caché ? Cela sent bon. +To lo lo ! Qu'avez-vous, vous ? ... Vous êtes tout rouge ! +Moi ? ... Mais rien. C'est le sang. On va se battre : il bouge ! +Poum ... poum ... poum Qu'est cela ? Rien ! C'est une chanson ! +Une petite Vous êtes gai, mon garçon ! +L'approche du danger ! Capitaine ! je Peste ! +Vous avez bonne mine aussi ! Oh ! Il me reste +Un canon que j'ai fait porter là, dans ce coin, +Et vos hommes pourront s'en servir au besoin. +Charmante attention ! Douce sollicitude ! +Ah ça ! mais ils sont fous ! -- N'ayant pas l'habitude +Du canon, prenez garde au recul. Ah ! pffitt ! Mais ! +Le canon des Gascons ne recule jamais ! +Vous êtes gris ! ... De quoi ? De l'odeur de la poudre ! +Vite, à quoi daignez-vous, madame, vous résoudre ? +Je reste ! Fuyez ! Non ! Puisqu'il en est ainsi, +Qu'on me donne un mousquet ! Comment ? Je reste aussi. +Enfin, Monsieur ! voilà de la bravoure pure ! +Seriez-vous un Gascon malgré votre guipure ? +Quoi ! Je ne quitte pas une femme en danger. +Dis donc ! Je crois qu'on peut lui donner à manger ! +Des vivres ! Il en sort de sous toutes les vestes ! +Est-ce que vous croyez que je mange vos restes ? +Vous faites des progrès ! Je vais me battre à jeun ! +À jeung ! Il vient d'avoir l'accent ! Moi ? C'en est un ! +J'ai rangé mes piquiers, leur troupe est résolue ! +Acceptez-vous ma main pour passer leur revue ? +Parle vite ! Vivat ! Quel était ce secret ? +Dans le cas où Roxane Eh bien ? Te parlerait +Des lettres ? Oui, je sais ! Ne fais pas la sottise +De t'étonner De quoi ? Il faut que je te dise ! +Oh ! mon Dieu, c'est tout simple, et j'y pense aujourd'hui +En la voyant. Tu lui Parle vite ! Tu lui +As écrit plus souvent que tu ne crois. Hein ? Dame ! +Je m'en étais chargé : j'interprétais ta flamme ! +J'écrivais quelquefois sans te dire : j'écris ! +Ah ? C'est tout simple ! Mais comment t'y es-tu pris, +Depuis qu'on est bloqué pour ? Oh ! ... avant l'aurore +Je pouvais traverser Ah ! c'est tout simple encore ? +Et qu'ai-je écrit de fois par semaine ? ... Deux ? -- Trois ? -- +Quatre ? -- Plus. Tous les jours ? Oui, tous les jours. -- Deux fois. +Et cela t'enivrait, et l'ivresse était telle +Que tu bravais la mort Tais-toi ! Pas devant elle ! +Et maintenant, Christian ! Et maintenant, dis-moi +Pourquoi, par ces chemins effroyables, pourquoi +À travers tous ces rangs de soudards et de reîtres, +Tu m'a rejoint ici ? C'est à cause des lettres ! +Tu dis ? Tant pis pour vous si je cours ces dangers ! +Ce sont vos lettres qui m'ont grisée ! Ah ! songez +Combien depuis un mois vous m'en avez écrites, +Et plus belles toujours ! Quoi ! pour quelques petites +Lettres d'amour Tais-toi ! Tu ne peux pas savoir ! +Mon Dieu, je t'adorais, c'est vrai, depuis qu'un soir, +D'une voix que je t'ignorais, sous ma fenêtre, +Ton âme commença de se faire connaître +Eh bien ! tes lettres, c'est, vois-tu, depuis un mois, +Comme si tout le temps je l'entendais, ta voix +De ce soir-là, si tendre, et qui vous enveloppe ! +Tant pis pour toi, j'accours. La sage Pénélope +Ne fût pas demeurée à broder sous son toit, +Si le seigneur Ulysse eût écrit comme toi, +Mais pour le joindre, elle eût, aussi folle qu'Hélène, +Envoyé promener ses pelotons de laine ! +Mais Je lisais, je relisais, je défaillais, +J'étais à toi. Chacun de ces petits feuillets +Était comme un pétale envolé de ton âme. +On sent à chaque mot de ces lettres de flamme +L'amour puissant, sincère Ah ! sincère et puissant ? +Cela se sent, Roxane ? Oh ! si cela se sent ! +Et vous venez ? Je viens (ô mon Christian, mon maître ! +Vous me relèveriez si je voulais me mettre +À vos genoux, c'est donc mon âme que j'y mets, +Et vous ne pourrez plus la relever jamais !) +Je viens te demander pardon (et c'est bien l'heure +De demander pardon, puisqu'il se peut qu'on meure !) +De t'avoir fait d'abord, dans ma frivolité, +L'insulte de t'aimer pour ta seule beauté ! +Ah ! Roxane ! Et plus tard, mon ami, moins frivole, +-- Oiseau qui saute avant tout à fait qu'il s'envole, -- +Ta beauté m'arrêtant, ton âme m'entraînant, +Je t'aimais pour les deux ensemble ! Et maintenant ? +Eh bien ! toi-même enfin l'emporte sur toi-même, +Et ce n'est plus que pour ton âme que je t'aime ! +Ah ! Roxane ! Sois donc heureux. Car n'être aimé +Que pour ce dont on est un instant costumé, +Doit mettre un cœur avide et noble à la torture ; +Mais ta chère pensée efface ta figure, +Et la beauté par quoi tout d'abord tu me plus, +Maintenant j'y vois mieux... et je ne la vois plus ! +Oh ! Tu doutes encor d'une telle victoire ? +Roxane ! Je comprends, tu ne peux pas y croire, +À cet amour ? Je ne veux pas de cet amour ! +Moi, je veux être aimé plus simplement pour Pour +Ce qu'en vous elles ont aimé jusqu'à cette heure ? +Laissez-vous donc aimer d'une façon meilleure ! +Non ! c'était mieux avant ! Ah ! tu n'y entends rien ! +C'est maintenant que j'aime mieux, que j'aime bien ! +C'est ce qui te fait toi, tu m'entends, que j'adore ! +Et moins brillant Tais-toi ! Je t'aimerais encore ! +Si toute ta beauté tout d'un coup s'envolait +Oh ! ne dis pas cela ! Si, je le dis ! Quoi ? laid ? +Laid ! je le jure ! Dieu ! Et ta joie est profonde ? +Oui Qu'as-tu ? Rien. Deux mots à dire : une seconde +Mais ? À ces pauvres gens mon amour t'enleva : +Va leur sourire un peu puisqu'ils vont mourir... va ! +Cher Christian ! Cyrano ? Qu'est-ce ? Te voilà blême ! +Elle ne m'aime plus ! Comment ? C'est toi qu'elle aime ! +Non ! Elle n'aime plus que mon âme ! Non ! Si ! +C'est donc bien toi qu'elle aime, -- et tu l'aimes aussi ! +Moi ? Je le sais. C'est vrai. Comme un fou. Davantage. +Dis-le-lui ! Non ! Pourquoi ? Regarde mon visage ! +Elle m'aimerait laid ! Elle te l'a dit ! Là ! +Ah ! je suis bien content qu'elle t'ait dit cela ! +Mais va, va, ne crois pas cette chose insensée ! +-- Mon Dieu, je suis content qu'elle ait eu la pensée +De la dire, -- mais va, ne la prends pas au mot, +Va, ne deviens pas laid : elle m'en voudrait trop ! +C'est ce que je veux voir ! Non, non ! Qu'elle choisisse ! +Tu vas lui dire tout ! Non, non ! Pas ce supplice. +Je tuerais ton bonheur parce que je suis beau ? +C'est trop injuste ! Et moi, je mettrais au tombeau +Le tien parce que, grâce au hasard qui fait naître, +J'ai le don d'exprimer... ce que tu sens peut-être ? +Dis-lui tout ! Il s'obstine à me tenter, c'est mal ! +Je suis las de porter en moi-même un rival ! +Christian ! Notre union -- sans témoins -- clandestine, +-- Peut se rompre, -- si nous survivons ! Il s'obstine ! +Oui, je veux être aimé moi-même, ou pas du tout ! +-- Je vais voir ce qu'on fait, tiens ! Je vais jusqu'au bout +Du poste ; je reviens : parle, et qu'elle préfère +L'un de nous deux ! Ce sera toi ! Mais... je l'espère ! +Roxane ! Non ! Non ! Quoi ? Cyrano vous dira +Une chose importante Importante ? Il s'en va ! +Rien ! ... Il attache, -- oh ! Dieu ! vous devez le connaître ! -- +De l'importance à rien ! Il a douté peut-être +De ce que j'ai dit là ? ... J'ai vu qu'il a douté ! +Mais avez-vous bien dit, d'ailleurs, la vérité ? +Oui, oui, je l'aimerais même Le mot vous gêne +Devant moi ? Mais Il ne me fera pas de peine ! +-- Même laid ? Même laid ! Ah ! tiens, on a tiré ! +Affreux ? Affreux ! Défiguré ! Défiguré ! +Grotesque ? Rien ne peut me le rendre grotesque ! +Vous l'aimeriez encore ? Et davantage presque ! +Mon Dieu, c'est vrai, peut-être, et le bonheur est là ! +Je... Roxane... écoutez ! Cyrano ! Hein ? Chut ! Ah ! +Qu'avez vous ? C'est fini. Quoi ? Qu'est-ce encore ? On tire ? +C'est fini, jamais plus je ne pourrai le dire ! +Que se passe-t-il ? Rien ! Ces hommes ? Laissez-les ! +Mais qu'alliez-vous me dire avant ? Ce que j'allais +Vous dire ? ... rien, oh ! rien, je le jure, madame ! +Je jure que l'esprit de Christian, que son âme +Étaient sont les plus grands Étaient ? Ah ! C'est fini ! +Christian ! Le premier coup de feu de l'ennemi ! +C'est l'attaque ! Aux mousquets ! Christian ! Qu'on se dépêche ! +Christian ! Alignez-vous ! Christian ! Mesurez... mèche ! +Roxane ! J'ai tout dit. C'est toi qu'elle aime encor ! +Quoi, mon amour ? Baguette haute ! Il n'est pas mort ? +Ouvrez la charge avec les dents ! Je sens sa joue +Devenir froide, là, contre la mienne ! En joue ! +Une lettre sur lui ! Pour moi ! Ma lettre ! Feu ! +Mais, Roxane, on se bat ! Restez encore un peu. +Il est mort. Vous étiez le seul à le connaître. +-- N'est-ce pas que c'était un être exquis, un être +Merveilleux ? Oui, Roxane. Un poète inouï. +Adorable ? Oui, Roxane. Un esprit sublime ? Oui, +Roxane ! Un cœur profond, inconnu du profane, +Une âme magnifique et charmante ? Oui, Roxane ! +Il est mort ! Et je n'ai qu'à mourir aujourd'hui, +Puisque, sans le savoir, elle me pleure en lui ! +C'est le signal promis ! Des fanfares de cuivres ! +Les Français vont rentrer au camp avec des vivres ! +Tenez encore un peu ! Sur sa lettre, du sang, +Des pleurs ! Rendez-vous ! Non ! Le péril va croissant ! +Emportez-la ! Je vais charger ! Son sang ! ses larmes ! +Elle s'évanouit ! Tenez bon ! Bas les armes ! +Non ! Vous avez prouvé, Monsieur, votre valeur : +Fuyez en la sauvant ! Soit ! Mais on est vainqueur +Si vous gagnez du temps ! C'est bon ! Adieu, Roxane ! +Nous plions ! J'ai reçu deux coups de pertuisane ! +Hardi ! Reculès pas, drollos ! N'ayez pas peur ! +J'ai deux morts à venger : Christian et mon bonheur ! +Flotte, petit drapeau de dentelle à son chiffre ! +Toumbé dèssus ! Escrasas lous ! Un air de fifre ! +Ils montent le talus ! On va les saluer ! +Feu ! Feu ! Quels sont ces gens qui se font tous tuer ? +Sœur Claire a regardé deux fois comment allait +Sa cornette, devant la glace. C'est très laid. +Mais sœur Marthe a repris un pruneau de la tarte, +Ce matin : je l'ai vu. C'est très vilain, sœur Marthe. +Un tout petit regard ! Un tout petit pruneau ! +Je le dirai, ce soir, à monsieur Cyrano. +Non, il va se moquer ! Il dira que les nonnes +Sont très coquettes ! Très gourmandes ! Et très bonnes. +N'est-ce pas, Mère Marguerite de Jésus, +Qu'il vient, le samedi, depuis dix ans ! Et plus ! +Depuis que sa cousine à nos béguins de toile +Mêla le deuil mondain de sa coiffe de voile, +Qui chez nous vint s'abattre, il y a quatorze ans, +Comme un grand oiseau noir parmi les oiseaux blancs ! +Lui seul, depuis qu'elle a pris chambre dans ce cloître, +Sait distraire un chagrin qui ne veut pas décroître. +Il est si drôle ! -- C'est amusant quand il vient ! +-- Il nous taquine ! -- Il est gentil ! -- Nous l'aimons bien ! +-- Nous fabriquons pour lui des pâtes d'angélique ! +Mais enfin, ce n'est pas un très bon catholique ! +Nous le convertirons. Oui ! oui ! Je vous défends +De l'entreprendre encor sur ce point, mes enfants. +Ne le tourmentez pas : il viendrait moins peut-être ! +Mais... Dieu ! Rassurez-vous : Dieu doit bien le connaître. +Mais chaque samedi, quand il vient d'un air fier, +Il me dit en entrant : 'Ma sœur, j'ai fait gras, hier !' +Ah ! il vous dit cela ? ... Eh bien ! la fois dernière +Il n'avait pas mangé depuis deux jours ! Ma Mère ! +Il est pauvre. Qui vous l'a dit ? Monsieur Le Bret. +On ne le secourt pas ? Non, il se fâcherait. +-- Allons, il faut rentrer... Madame Madeleine, +Avec un visiteur, dans le parc se promène. +C'est le duc-maréchal de Grammont ? Oui, je crois. +Il n'était plus venu la voir depuis des mois ! +Il est très pris ! -- La cour ! -- Les camps ! Les soins du monde ! +Et vous demeurerez ici, vainement blonde, +Toujours en deuil ? Toujours. Aussi fidèle ? Aussi. +Vous m'avez pardonné ? Puisque je suis ici. +Vraiment c'était un être ? Il fallait le connaître ! +Ah ! Il fallait ? ... Je l'ai trop peu connu, peut-être ! +Et son dernier billet, sur votre cœur, toujours ? +Comme un doux scapulaire, il pend à ce velours. +Même mort, vous l'aimez ? Quelquefois il me semble +Qu'il n'est mort qu'à demi, que nos cœurs sont ensemble, +Et que son amour flotte, autour de moi, vivant ! +Est-ce que Cyrano vient vous voir ? Oui, souvent. +-- Ce vieil ami, pour moi, remplace les gazettes. +Il vient ; c'est régulier ; sous cet arbre où vous êtes +On place son fauteuil, s'il fait beau ; je l'attends +En brodant ; l'heure sonne ; au dernier coup, j'entends +-- Car je ne tourne plus même le front ! -- sa canne +Descendre le perron ; il s'assied ; il ricane +De ma tapisserie éternelle ; il me fait +La chronique de la semaine, et Tiens, Le Bret ! +Comment va notre ami ? Mal. Oh ! Il exagère ! +Tout ce que j'ai prédit : l'abandon, la misère ! +Ses épîtres lui font des ennemis nouveaux ! +Il attaque les faux nobles, les faux dévots, +Les faux braves, les plagiaires, -- tout le monde. +Mais son épée inspire une terreur profonde. +On ne viendra jamais à bout de lui. Qui sait ? +Ce que je crains, ce n'est pas les attaques, c'est +La solitude, la famine, c'est Décembre +Entrant à pas de loup dans son obscure chambre : +Voilà les spadassins qui plutôt le tueront ! +-- Il serre chaque jour, d'un cran, son ceinturon. +Son pauvre nez a pris des tons de vieil ivoire. +Il n'a plus qu'un petit habit de serge noire. +Ah ! celui-là n'est pas parvenu ! -- C'est égal, +Ne le plaignez pas trop. Monsieur le maréchal ! +Ne le plaignez pas trop : il a vécu sans pactes, +Libre dans sa pensée autant que dans ses actes. +Monsieur le duc ! Je sais, oui : j'ai tout ; il n'a rien +Mais je lui serrerais bien volontiers la main. +Adieu. Je vous conduis. Oui, parfois, je l'envie. +-- Voyez-vous, lorsqu'on a trop réussi sa vie, +On sent, -- n'ayant rien fait, mon Dieu, de vraiment mal ! -- +Mille petits dégoûts de soi, dont le total +Ne fait pas un remords, mais une gêne obscure ; +Et les manteaux de duc traînent dans leur fourrure, +Pendant que des grandeurs on monte les degrés, +Un bruit d'illusions sèches et de regrets, +Comme, quand vous montez lentement vers ces portes, +Votre robe de deuil traîne des feuilles mortes. +Vous voilà bien rêveur ? Eh ! oui ! Monsieur Le Bret ! +Vous permettez ? Un mot. C'est vrai : nul n'oserait +Attaquer votre ami ; mais beaucoup l'ont en haine ; +Et quelqu'un me disait, hier, au jeu, chez la Reine : +"Ce Cyrano pourrait mourir d'un accident." +Ah ? Oui. Qu'il sorte peu. Qu'il soit prudent. Prudent ! +Il va venir. Je vais l'avertir. Oui, mais ! Qu'est-ce ? +Ragueneau vient vous voir, Madame. Qu'on le laisse +Entrer. Il vient crier misère. Étant un jour +Parti pour être auteur, il devint tour à tour +Chantre Étuviste Acteur Bedeau Perruquier Maître +De théorbe Aujourd'hui que pourrait-il bien être ? +Ah ! Madame ! Monsieur ! Racontez vos malheurs +À Le Bret. Je reviens. Mais, Madame D'ailleurs, +Puisque vous êtes là, j'aime mieux qu'elle ignore ! +-- J'allais voir votre ami tantôt. J'étais encore +À vingt pas de chez lui... quand je le vois de loin, +Qui sort. Je veux le joindre. Il va tourner le coin +De la rue... et je cours... lorsque d'une fenêtre +Sous laquelle il passait -- est-ce un hasard ? ... peut-être ! -- +Un laquais laisse choir une pièce de bois. +Les lâches ! ... Cyrano ! J'arrive et je le vois +C'est affreux ! Notre ami, Monsieur, notre poète, +Je le vois, là, par terre, un grand trou dans la tête ! +Il est mort ? Non ! mais... Dieu ! je l'ai porté chez lui. +Dans sa chambre... Ah ! sa chambre ! il faut voir ce réduit ! +Il souffre ? Non, Monsieur, il est sans connaissance, +Un médecin ? Il en vint un par complaisance, +Mon pauvre Cyrano ! -- Ne disons pas cela +Tout d'un coup à Roxane ! -- Et ce docteur ? Il a +Parlé, -- je ne sais plus, -- de fièvre, de méninges ! +Ah ! si vous le voyiez -- la tête dans des linges ! +Courons vite ! -- Il n'y a personne à son chevet ! -- +C'est qu'il pourrait mourir, Monsieur, s'il se levait ! +Passons par là ! Viens, c'est plus court ! Par la chapelle ! +Monsieur Le Bret ! Le Bret s'en va quand on l'appelle ? +C'est quelque histoire encor de ce bon Ragueneau ! +Ah ! que ce dernier jour de septembre est donc beau ! +Ma tristesse sourit. Elle qu'Avril offusque, +Se laisse décider par l'automne, moins brusque. +Ah ! voici le fauteuil classique où vient s'asseoir +Mon vieil ami ! Mais c'est le meilleur du parloir ! +Merci, ma sœur. Il va venir. Là... l'heure sonne. +-- Mes écheveaux ! -- L'heure a sonné ? Ceci m'étonne ! +Serait-il en retard pour la première fois ? +La sœur tourière doit -- mon dé ? ... là, je le vois ! -- +L'exhorter à la pénitence. Elle l'exhorte ! +-- Il ne peut plus tarder. -- Tiens ! une feuille morte ! -- +D'ailleurs, rien ne pourrait. -- Mes ciseaux ? ... dans mon sac ! -- +L'empêcher de venir ! Monsieur de Bergerac. +Qu'est-ce que je disais ? Ah ! ces teintes fanées +Comment les rassortir ? Depuis quatorze années, +Pour la première fois, en retard ! Oui, c'est fou ! +J'enrage. Je fus mis en retard, vertuchou ! +Par ? Par une visite assez inopportune. +Ah ! oui ! quelque fâcheux ? Cousine, c'était une +Fâcheuse. Vous l'avez renvoyée ? Oui, j'ai dit : +Excusez-moi, mais c'est aujourd'hui samedi, +Jour où je dois me rendre en certaine demeure ; +Rien ne m'y fait manquer : repassez dans une heure ! +Eh bien ! cette personne attendra pour vous voir : +Je ne vous laisse pas partir avant ce soir. +Peut-être un peu plus tôt faudra-t-il que je parte. +Vous ne taquinez pas sœur Marthe ? Si ! Sœur Marthe ! +Approchez ! Ha ! ha ! ha ! Beaux yeux toujours baissés ! +Mais Oh ! Chut ! Ce n'est rien ! -- Hier, j'ai fait gras. Je sais. +C'est pour cela qu'il est si pâle ! Au réfectoire +Vous viendrez tout à l'heure, et je vous ferai boire +Un grand bol de bouillon... Vous viendrez ? Oui, oui, oui. +Ah ! vous êtes un peu raisonnable, aujourd'hui ! +Elle essaye de vous convertir ? Je m'en garde ! +Tiens, c'est vrai ! Vous toujours si saintement bavarde, +Vous ne me prêchez pas ? c'est étonnant, ceci ! +Sabre de bois ! Je veux vous étonner aussi ! +Tenez, je vous permets Ah ! la chose est nouvelle ? +De... de prier pour moi, ce soir, à la chapelle. +Oh ! oh ! Sœur Marthe est dans la stupéfaction ! +Je n'ai pas attendu votre permission. +Du diable si je peux jamais, tapisserie, +Voir ta fin ! J'attendais cette plaisanterie. +Regardez-les tomber. Comme elles tombent bien ! +Dans ce trajet si court de la branche à la terre, +Comme elles savent mettre une beauté dernière, +Et malgré leur terreur de pourrir sur le sol, +Veulent que cette chute ait la grâce d'un vol ! +Mélancolique, vous ? Mais pas du tout, Roxane ! +Allons, laissez tomber les feuilles de platane +Et racontez un peu ce qu'il y a de neuf. +Ma gazette ? Voici ! Ah ! Samedi, dix-neuf : +Ayant mangé huit fois du raisiné de Cette, +Le Roi fut pris de fièvre ; à deux coups de lancette +Son mal fut condamné pour lèse-majesté, +Et cet auguste pouls n'a plus fébricité ! +Au grand bal, chez la reine, on a brûlé, dimanche, +Sept cent soixante-trois flambeaux de cire blanche ; +Nos troupes ont battu, dit-on, Jean l'Autrichien ; +On a pendu quatre sorciers ; le petit chien +De madame d'Athis a dû prendre un clystère +Monsieur de Bergerac, voulez-vous bien vous taire ! +Lundi... rien. Lygdamire a changé d'amant. Oh ! +Mardi, toute la cour est à Fontainebleau. +Mercredi, la Montglat dit au comte de Fiesque : +Non ! Jeudi : Mancini, Reine de France, -- ou presque ! +Le vingt-cinq, la Montglat à de Fiesque dit : Oui ; +Et samedi, vingt-six Il est évanoui ? +Cyrano ! Qu'est-ce ? ... Quoi ? Non ! non ! je vous assure, +Ce n'est rien ! Laissez-moi ! Pourtant C'est ma blessure +D'Arras... qui... quelquefois... vous savez Pauvre ami ! +Mais ce n'est rien. Cela va finir. C'est fini. +Chacun de nous a sa blessure : j'ai la mienne. +Elle est là, sous la lettre au papier jaunissant +Où l'on peut voir encor des larmes et du sang ! +Sa lettre ! ... N'aviez-vous pas dit qu'un jour, peut-être, +Vous me la feriez lire ? Ah ! vous voulez ? ... Sa lettre ? +Oui ... Je veux ... Aujourd'hui Tenez ! Je peux ouvrir ? +Ouvrez... lisez ! Roxane, adieu, je vais mourir ! +Tout haut ? C'est pour ce soir, je crois, ma bien-aimée ! +J'ai l'âme lourde encor d'amour inexprimée, +Et je meurs ! jamais plus, jamais mes yeux grisés, +Mes regards dont c'était Comment vous la lisez, +Sa lettre ! dont c'était les frémissantes fêtes, +Ne baiseront au vol les gestes que vous faites ; +J'en revois un petit qui vous est familier +Pour toucher votre front, et je voudrais crier +Comme vous la lisez, -- cette lettre ! Et je crie : +Adieu ! Vous la lisez Ma chère, ma chérie, +Mon trésor D'une voix Mon amour ! D'une voix +Mais... que je n'entends pas pour la première fois ! +Mon cœur ne vous quitta jamais une seconde, +Et je suis et serai jusque dans l'autre monde +Celui qui vous aima sans mesure, celui +Comment pouvez-vous lire à présent ? Il fait nuit. +Et pendant quatorze ans, il a joué ce rôle +D'être le vieil ami qui vient pour être drôle ! +Roxane ! C'était vous ! Non, non, Roxane, non ! +J'aurais dû deviner quand il disait mon nom ! +Non, ce n'était pas moi ! C'était vous ! Je vous jure +J'aperçois toute la généreuse imposture : +Les lettres, c'était vous Non ! Les mots chers et fous, +C'était vous Non ! La voix dans la nuit, c'était vous ! +Je vous jure que non ! L'âme, c'était la vôtre ! +Je ne vous aimais pas. Vous m'aimiez ! C'était l'autre ! +Vous m'aimiez ! Non ! Déjà vous le dites plus bas ! +Non, non, mon cher amour, je ne vous aimais pas ! +Ah ! que de choses qui sont mortes... qui sont nées ! +-- Pourquoi vous être tu pendant quatorze années, +Puisque sur cette lettre où, lui, n'était pour rien, +Ces pleurs étaient de vous ? Ce sang était le sien. +Alors pourquoi laisser ce sublime silence +Se briser aujourd'hui ? Pourquoi ? Quelle imprudence ! +Ah ! j'en étais bien sûr ! il est là ! Tiens, parbleu ! +Il s'est tué, Madame, en se levant ! Grand Dieu ! +Mais tout à l'heure alors... cette faiblesse ? ... cette ? +C'est vrai ! je n'avais pas terminé ma gazette : +Et samedi, vingt-six, une heure avant dîné, +Monsieur de Bergerac est mort assassiné. +Que dit-il ? -- Cyrano ! -- Sa tête enveloppée ! +Ah, que vous a-t-on fait ? Pourquoi ? "D'un coup d'épée, +Frappé par un héros, tomber la pointe au cœur !" +-- Oui, je disais cela ! ... Le destin est railleur ! +Et voilà que je suis tué dans une embûche, +Par derrière, par un laquais, d'un coup de bûche ! +C'est très bien. J'aurai tout manqué, même ma mort. +Ah, Monsieur ! Ragueneau, ne pleure pas si fort ! +Qu'est-ce que tu deviens, maintenant, mon confrère ? +Je suis moucheur de... de... chandelles, chez Molière. +Molière ! Mais je veux le quitter, dès demain : +Oui, je suis indigné ! ... Hier, on jouait Scapin, +Et j'ai vu qu'il vous a pris une scène ! Entière ! +Oui, Monsieur, le fameux : "Que Diable allait-il faire ? " +Molière te l'a pris ! Chut ! chut ! Il a bien fait ! +La scène, n'est-ce pas, produit beaucoup d'effet ? +Ah ! Monsieur, on riait ! on riait ! Oui, ma vie +Ce fut d'être celui qui souffle -- et qu'on oublie ! +Vous souvient-il du soir où Christian vous parla +Sous le balcon ? Eh bien ! toute ma vie est là : +Pendant que je restais en bas, dans l'ombre noire, +D'autres montaient cueillir le baiser de la gloire ! +C'est justice, et j'approuve au seuil de mon tombeau : +Molière a du génie et Christian était beau ! +Qu'elles aillent prier puisque leur cloche sonne ! +Ma sœur ! ma sœur ! Non ! non ! n'allez chercher personne : +Quand vous reviendriez, je ne serais plus là. +Il me manquait un peu d'harmonie... en voilà. +Je vous aime, vivez ! Non ! car c'est dans le conte +Que lorsqu'on dit : Je t'aime ! au prince plein de honte, +Il sent sa laideur fondre à ces mots de soleil +Mais tu t'apercevrais que je reste pareil. +J'ai fait votre malheur ! moi ! moi ! Vous ? ... au contraire ! +J'ignorais la douceur féminine. Ma mère +Ne m'a pas trouvé beau. Je n'ai pas eu de sœur. +Plus tard, j'ai redouté l'amante à l'œil moqueur. +Je vous dois d'avoir eu, tout au moins, une amie. +Grâce à vous une robe a passé dans ma vie. +Ton autre amie est là, qui vient te voir ! Je vois. +Je n'aimais qu'un seul être et je le perds deux fois ! +Le Bret, je vais monter dans la lune opaline, +Sans qu'il faille inventer, aujourd'hui, de machine +Que dites-vous ? Mais oui, c'est là, je vous le dis, +Que l'on va m'envoyer faire mon paradis +Plus d'une âme que j'aime y doit être exilée, +Et je retrouverai Socrate et Galilée ! +Non, non ! C'est trop stupide à la fin, et c'est trop +Injuste ! Un tel poète ! Un cœur si grand, si haut ! +Mourir ainsi ! ... Mourir ! Voilà Le Bret qui grogne ! +Mon cher ami Ce sont les cadets de Gascogne +-- La masse élémentaire... Eh oui ! ... voilà le hic +Sa science... dans son délire ! Copernic +A dit Oh ! Mais aussi que diable allait-il faire, +Mais que diable allait-il faire en cette galère ? +Mais je m'en vais, pardon, je ne peux faire attendre : +Vous voyez, le rayon de lune vient me prendre ! +Je ne veux pas que vous pleuriez moins ce charmant, +Ce bon, ce beau Christian ; mais je veux seulement +Que lorsque le grand froid aura pris mes vertèbres, +Vous donniez un sens double à ces voiles funèbres, +Et que son deuil sur vous devienne un peu mon deuil. +Je vous jure ! Pas là ! non ! pas dans ce fauteuil ! +-- Ne me soutenez pas ! -- Personne ! Rien que l'arbre ! +Elle vient. Je me sens déjà botté de marbre, +-- Ganté de plomb ! Oh ! mais ! ... puisqu'elle est en chemin, +Je l'attendrai debout, et l'épée à la main ! +Cyrano ! Cyrano ! Je crois qu'elle regarde +Qu'elle ose regarder mon nez, cette Camarde +Que dites-vous ? ... C'est inutile ? ... Je le sais ! +Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès ! +Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile ! +-- Qu'est-ce que c'est que tous ceux-là ? -- Vous êtes mille ? +Ah ! je vous reconnais, tous mes vieux ennemis ! +Le Mensonge ? Tiens, tiens ! -- Ha ! ha ! les Compromis ! +Les Préjugés, les Lâchetés ! Que je pactise ? +Jamais, jamais ! -- Ah ! te voilà, toi, la Sottise ! +-- Je sais bien qu'à la fin vous me mettrez à bas ; +N'importe : je me bats ! je me bats ! je me bats ! +Oui, vous m'arrachez tout, le laurier et la rose ! +Arrachez ! Il y a malgré vous quelque chose +Que j'emporte, et ce soir, quand j'entrerai chez Dieu, +Mon salut balaiera largement le seuil bleu, +Quelque chose que sans un pli, sans une tache, +J'emporte malgré vous, et c'est C'est ? Mon panache. diff --git a/test/cyrano.tpl b/test/cyrano.tpl @@ -0,0 +1,2 @@ +! hiatus_ok:yes +12 A x diff --git a/test/cyrano_full b/test/cyrano_full @@ -0,0 +1,2476 @@ +Holà ! Vos quinze sols ! J'entre gratis ! Pourquoi ? +Je suis chevau-léger de la maison du Roi ! +Vous ? Je ne paye pas ! Mais Je suis mousquetaire. +On ne commence qu'à deux heures. Le parterre +Est vide. Exerçons-nous au fleuret. Psit... Flanquin  ! +Champagne ? Cartes. Dés. Jouons. Oui, mon coquin. +J'ai soustrait à mon maître un peu de luminaire. +C'est gentil de venir avant que l'on n'éclaire ! +Touche ! Trèfle ! Un baiser ! On voit ! Pas de danger ! +Lorsqu'on vient en avance, on est bien pour manger. +Plaçons-nous là, mon fils. Brelan d'as ! Un ivrogne +Doit boire son bourgogne À l'hôtel de Bourgogne ! +Ne se croirait-on pas en quelque mauvais lieu ? +Buveurs Bretteurs ! Joueurs ! Un baiser ! Jour de Dieu ! +-- Et penser que c'est dans une salle pareille +Qu'on joua du Rotrou, mon fils. Et du Corneille ! +Les pages, pas de farce ! Oh ! Monsieur ! Ce soupçon ! +As-tu de la ficelle ? Avec un hameçon. +On pourra de là-haut pêcher quelque perruque. +Or çà, jeunes escrocs, venez qu'on vous éduque : +Puis donc que vous volez pour la première fois +Hep ! Avez-vous des sarbacanes ? Et des pois ! +Que va-t-on nous jouer ? Clorise. De qui est-ce ? +De monsieur Balthazar Baro. C'est une pièce ! +La dentelle surtout des canons, coupez-la ! +Tenez, à la première du Cid, j'étais là ! +Les montres Vous verrez des acteurs très illustres +Les mouchoirs Montfleury Allumez donc les lustres ! +Bellerose, L'Epy, la Beaupré, Jodelet ! +Ah ! voici la distributrice ! Oranges, lait, +Eau de framboise, aigre de cèdre ! Place, brutes ! +Les marquis ! ... au parterre ? Oh ! pour quelques minutes. +Hé quoi ! Nous arrivons ainsi que les drapiers, +Sans déranger les gens ? sans marcher sur les pieds ? +Ah, fi ! fi ! fi ! Cuigy ! Brissaille ! Des fidèles ! +Mais oui, nous arrivons devant que les chandelles. +Ah, ne m'en parlez pas ! Je suis dans une humeur ! +Console-toi, marquis, car voici l'allumeur ! +Ah ! Lignière ! Pas encor gris ! Je vous présente ? +Baron de Neuvillette. Ah ! La tête est charmante. +Peuh ! Messieurs de Cuigy, de Brissaille Enchanté ! +Il est assez joli, mais n'est pas ajusté +Au dernier goût. Monsieur débarque de Touraine. +Oui, je suis à Paris depuis vingt jours à peine. +J'entre aux gardes demain, dans les Cadets. Voilà +La présidente Aubry ! Oranges, lait La... la +Du monde ! Eh, oui, beaucoup, Tout le bel air ! Mesdames +De Guéméné De Bois-Dauphin Que nous aimâmes +De Chavigny Qui de nos cœurs va se jouant ! +Tiens, monsieur de Corneille est arrivé de Rouen. +L'Académie est là ? Mais... j'en vois plus d'un membre ; +Voici Boudu, Boissat, et Cureau de la Chambre ; +Porchères, Colomby, Bourzeys, Bourdon, Arbaud +Tous ces noms dont pas un ne mourra, que c'est beau ! +Attention ! nos précieuses prennent place : +Barthénoïde, Urimédonte, Cassandace, +Félixérie Ah ! Dieu ! leurs surnoms sont exquis ! +Marquis, tu les sais tous ? Je les sais tous, marquis ! +Mon cher, je suis entré pour vous rendre service : +La dame ne vient pas. Je retourne à mon vice ! +Non ! ... Vous, qui chansonnez et la ville et la cour, +Restez : vous me direz pour qui je meurs d'amour. +Messieurs les violons ! Macarons, citronnée +J'ai peur qu'elle ne soit coquette et raffinée, +Je n'ose lui parler car je n'ai pas d'esprit. +Le langage aujourd'hui qu'on parle et qu'on écrit, +Me trouble. Je ne suis qu'un bon soldat timide. +-- Elle est toujours à droite, au fond : la loge vide. +Je pars. Oh ! non, restez ! Je ne peux. D'Assoucy +M'attend au cabaret. On meurt de soif, ici. +Orangeade ? Fi ! Lait ? Pouah ! Rivesalte ? Halte ! +Je reste encore un peu. -- Voyons ce rivesalte ? +Ah ! Ragueneau ! Le grand rôtisseur Ragueneau. +Monsieur, avez-vous vu monsieur de Cyrano ? +Le pâtissier des comédiens et des poètes ! +Trop d'honneur Taisez-vous, Mécène que vous êtes ! +Oui, ces messieurs chez moi se servent À crédit. +Poète de talent lui-même Ils me l'ont dit. +Fou de vers ! Il est vrai que pour une odelette +Vous donnez une tarte Oh ! une tartelette ! +Brave homme, il s'en excuse ! Et pour un triolet +Ne donnâtes-vous pas ? Des petits pains ! Au lait. +-- Et le théâtre, vous l'aimez ? Je l'idolâtre. +Vous payez en gâteaux vos billets de théâtre ! +Votre place, aujourd'hui, là, voyons, entre nous, +Vous a coûté combien ? Quatre flans. Quinze choux. +Monsieur de Cyrano n'est pas là ? Je m'étonne. +Pourquoi ? Montfleury joue ! En effet, cette tonne +Va nous jouer ce soir le rôle de Phédon. +Qu'importe à Cyrano ? Mais vous ignorez donc ? +Il fit à Montfleury, messieurs, qu'il prit en haine, +Défense, pour un mois, de reparaître en scène. +Eh bien ? Montfleury joue ! Il n'y peut rien. Oh ! oh ! +Moi, je suis venu voir ! Quel est ce Cyrano ? +C'est un garçon versé dans les colichemardes. +Noble ? Suffisamment. Il est cadet aux gardes. +Mais son ami Le Bret peut vous dire Le Bret ! +Vous cherchez Bergerac ? Oui, je suis inquiet ! +N'est-ce pas que cet homme est des moins ordinaires ? +Ah, c'est le plus exquis des êtres sublunaires ! +Rimeur ! Bretteur ! Physicien ! Musicien ! +Et quel aspect hétéroclite que le sien ! +Certes, je ne crois pas que jamais nous le peigne +Le solennel monsieur Philippe de Champaigne ; +Mais bizarre, excessif, extravagant, falot, +Il eût fourni, je pense, à feu Jacques Callot +Le plus fol spadassin à mettre entre ses masques : +Feutre à panache triple et pourpoint à six basques, +Cape que par derrière, avec pompe, l'estoc +Lève, comme une queue insolente de coq, +Plus fier que tous les Artabans dont la Gascogne +Fut et sera toujours l'alme Mère Gigogne, +Il promène, en sa fraise à la Pulcinella, +Un nez ! ... Ah ! messeigneurs, quel nez que ce nez-là ! +On ne peut voir passer un pareil nasigère +Sans s'écrier : "Oh ! non, vraiment, il exagère !" +Puis on sourit, on dit : "Il va l'enlever..." Mais +Monsieur de Bergerac ne l'enlève jamais. +Il le porte, -- et pourfend quiconque le remarque ! +Son glaive est la moitié des ciseaux de la Parque ! +Il ne viendra pas ! Si ! ... Je parie un poulet +À la Ragueneau ! Soit ! Ah, messieurs ! mais elle est +Épouvantablement ravissante ! Une pêche +Qui sourirait avec une fraise ! Et si fraîche +Qu'on pourrait, l'approchant, prendre un rhume de cœur ! +C'est elle ! Ah ! c'est elle ? Oui. Dites vite. J'ai peur. +Magdeleine Robin, dite Roxane. -- Fine. +Précieuse. Hélas ! Libre. Orpheline. Cousine +De Cyrano, -- dont on parlait Cet homme ? Hé ! hé ! +-- Comte de Guiche. Épris d'elle. Mais marié +À la nièce d'Armand de Richelieu. Désire +Faire épouser Roxane à certain triste sire, +Un monsieur de Valvert, vicomte ... et complaisant. +Elle n'y souscrit pas, mais de Guiche est puissant : +Il peut persécuter une simple bourgeoise. +D'ailleurs j'ai dévoilé sa manœuvre sournoise +Dans une chanson qui ... Ho ! il doit m'en vouloir ! +-- La fin était méchante... Écoutez Non. Bonsoir. +Vous allez ? Chez monsieur de Valvert ! Prenez garde : +C'est lui qui vous tuera ! Restez. On vous regarde. +C'est vrai ! C'est moi qui pars. J'ai soif ! Et l'on m'attend +-- Dans les tavernes ! Pas de Cyrano. Pourtant +Ah ! je veux espérer qu'il n'a pas vu l'affiche ! +Commencez ! Commencez ! Quelle cour, ce de Guiche ! +Fi ! ... Encore un Gascon ! Le Gascon souple et froid, +Celui qui réussit ! ... Saluons-le, crois-moi. +Les beaux rubans ! Quelle couleur, comte de Guiche ? +Baise-moi-ma-mignonne ou bien Ventre-de-biche ? +C'est couleur Espagnol malade. La couleur +Ne ment pas, car bientôt, grâce à votre valeur, +L'Espagnol ira mal, dans les Flandres ! Je monte +Sur scène. Venez-vous ? Viens, Valvert ! Le vicomte ! +Ah ! je vais lui jeter à la face mon Hein ? +Ay ! Je cherchais un gant ! Vous trouvez une main. +Lâchez-moi. Je vous livre un secret. Quel ? Lignière +Qui vous quitte Eh ! bien ? touche à son heure dernière. +Une chanson qu'il fit blessa quelqu'un de grand, +Et cent hommes -- j'en suis -- ce soir sont postés ! Cent ! +Par qui ? Discrétion Oh ! Professionnelle ! +Où seront-ils postés ? À la porte de Nesle. +Sur son chemin. Prévenez-le ! Mais où le voir ! +Allez courir tous les cabarets : le Pressoir +D'Or, la Pomme de Pin, la Ceinture qui craque, +Les Deux Torches, les Trois Entonnoirs, -- et dans chaque, +Laissez un petit mot d'écrit l'avertissant. +Oui, je cours ! Ah ! les gueux ! Contre un seul homme, cent ! +La quitter... elle ! Et lui ! ... -- Mais il faut que je sauve +Lignière ! Commencez. Ma perruque ! Il est chauve ! +Bravo, les pages ! ... Ha ! ha ! ha ! Petit gredin ! +Ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! Ce silence soudain ? +Ah ? ...... La chose me vient d'être certifiée. +Chut ! -- Il paraît ? ... -- Non ! ... -- Si ! -- Dans la loge grillée. -- +Le Cardinal ! -- Le Cardinal ? -- Le Cardinal ! +Ah ! diable, on ne va pas pouvoir se tenir mal ! +Mouchez cette chandelle ! Une chaise ! Silence ! +Montfleury entre en scène ? Oui, c'est lui qui commence. +Cyrano n'est pas là. J'ai perdu mon pari. +Tant mieux ! tant mieux ! Bravo, Montfleury ! Montfleury ! +Heureux qui loin des cours, dans un lieu solitaire, +Se prescrit à soi-même un exil volontaire, +Et qui, lorsque Zéphire a soufflé sur les bois +Coquin, ne t'ai-je pas interdit pour un mois ? +Hein ? -- Quoi ? -- Qu'est-ce ? C'est lui ! Cyrano ! Roi des pitres ! +Hors de scène a l'instant ! Oh ! Mais Tu récalcitres ? +Chut ! -- Assez ! -- Montfleury, jouez ! -- Ne craignez rien ! +Heureux qui loin des cours dans un lieu sol Eh bien ! +Faudra-t-il que je fasse, ô Monarque des drôles, +Une plantation de bois sur vos épaules ? +Heureux qui Sortez ! Oh ! Heureux qui loin des cours +Ah ! je vais me fâcher ! Venez à mon secours, +Messieurs ! Mais jouez donc ! Gros homme, si tu joues +Je vais être obligé de te fesser les joues ! +Assez ! Que les marquis se taisent sur leurs bancs, +Ou bien je fais tâter ma canne à leurs rubans ! +C'en est trop ! ... Montfleury Que Montfleury s'en aille, +Ou bien je l'essorille et le désentripaille ! +Mais Qu'il sorte ! Pourtant Ce n'est pas encor fait ? +Bon ! je vais sur la scène en guise de buffet, +Découper cette mortadelle d'Italie ! +En m'insultant, Monsieur, vous insultez Thalie ! +Si cette Muse, à qui, Monsieur, vous n'êtes rien, +Avait l'honneur de vous connaître, croyez bien +Qu'en vous voyant si gros et bête comme une urne, +Elle vous flanquerait quelque part son cothurne. +Montfleury ! Montfleury ! -- La pièce de Baro ! -- +Je vous en prie, ayez pitié de mon fourreau : +Si vous continuez, il va rendre sa lame ! +Hé ! là ! Sortez de scène ! Oh ! oh ! Quelqu'un réclame ? +Si j'entends une fois encor cette chanson, +Je vous assomme tous. Vous n'êtes pas Samson ! +Voulez-vous me prêter, Monsieur, votre mâchoire ? +C'est inouï ! C'est scandaleux ! C'est vexatoire ! +Ce qu'on s'amuse ! Kssi ! -- Montfleury ! -- Cyrano ! +Silence ! Hi han ! Bêê ! Ouah, ouah ! Cocorico ! +Je vous Miâou ! Je vous ordonne de vous taire ! +Et j'adresse un défi collectif au parterre ! +-- J'inscris les noms ! -- Approchez-vous, jeunes héros ! +Chacun son tour ! Je vais donner des numéros ! -- +Allons, quel est celui qui veut ouvrir la liste ? +Vous, Monsieur ? Non ! Vous ? Non ! Le premier duelliste, +Je l'expédie avec les honneurs qu'on lui doit ! +-- Que tous ceux qui veulent mourir lèvent le doigt. +La pudeur vous défend de voir ma lame nue ? +Pas un nom ? -- Pas un doigt ? -- C'est bien. Je continue. +Donc, je désire voir le théâtre guéri +De cette fluxion. Sinon le bistouri ! +Je Mes mains vont frapper trois claques, pleine lune ! +Vous vous éclipserez à la troisième. Ah ? Une ! +Je Restez ! Restera ... restera pas Je crois, +Messieurs Deux ! Je suis sûr qu'il vaudrait mieux que Trois ! +Hu ! ... hu ! ... Lâche ! ... Reviens ! Qu'il revienne, s'il l'ose ! +L'orateur de la troupe ! Ah ! ... Voilà Bellerose ! +Nobles seigneurs Non ! Non ! Jodelet ! Tas de veaux ! +Ah ! Ah ! Bravo ! très bien ! bravo ! Pas de bravos ! +Le gros tragédien dont vous aimez le ventre +S'est senti C'est un lâche ! Il dut sortir ! Qu'il rentre ! +Non ! Si ! Mais à la fin, monsieur, quelle raison +Avez-vous de haïr Montfleury ? Jeune oison, +J'ai deux raisons, dont chaque est suffisante seule. +Primo : c'est un acteur déplorable, qui gueule, +Et qui soulève avec des han ! de porteur d'eau, +Le vers qu'il faut laisser s'envoler ! -- Secundo : +Est mon secret Mais vous nous privez sans scrupule +De la Clorise ! Je m'entête Vieille mule ! +Les vers du vieux Baro valant moins que zéro, +J'interromps sans remords ! Ha ! -- Ho ! -- Notre Baro ! +Ma chère ! -- Peut-on dire ? ... Ah ! Dieu ! Belles personnes, +Rayonnez, fleurissez, soyez des échansonnes +De rêve, d'un sourire enchantez un trépas, +Inspirez-nous des vers... mais ne les jugez pas ! +Et l'argent qu'il va falloir rendre ! Bellerose, +Vous avez dit la seule intelligente chose ! +Au manteau de Thespis je ne fais pas de trous : +Attrapez cette bourse au vol, et taisez-vous ! +Ah ! ... Oh ! À ce prix-là, monsieur, je t'autorise +À venir chaque jour empêcher la Clorise ! +Hu ! ... Hu ! Dussions-nous même ensemble être hués ! +Il faut évacuer la salle ! Évacuez ! +C'est fou ! Le comédien Montfleury ! quel scandale ! +Mais il est protégé par le duc de Candale ! +Avez-vous un patron ? Non ! Vous n'avez pas ? Non ! +Quoi, pas un grand seigneur pour couvrir de son nom ? +Non, ai-je dit deux fois. Faut-il donc que je trisse ? +Non, pas de protecteur mais une protectrice ! +Mais vous allez quitter la ville ? C'est selon. +Mais le duc de Candale a le bras long ! Moins long +Que n'est le mien quand je lui mets cette rallonge ! +Mais vous ne songez pas à prétendre J'y songe. +Mais Tournez les talons, maintenant. Mais Tournez ! +-- Ou dites-moi pourquoi vous regardez mon nez. +Je Qu'a-t-il d'étonnant ? Votre Grâce se trompe +Est-il mol et ballant, monsieur, comme une trompe ? +Je n'ai pas Ou crochu comme un bec de hibou ? +Je Y distingue-t-on une verrue au bout ? +Mais Ou si quelque mouche, à pas lents, s'y promène ? +Qu'a-t-il d'hétéroclite ? Oh ! Est-ce un phénomène ? +Mais d'y porter les yeux j'avais su me garder ! +Et pourquoi, s'il vous plaît, ne pas le regarder ? +J'avais Il vous dégoûte alors ? Monsieur Malsaine +Vous semble sa couleur ? Monsieur ! Sa forme, obscène ? +Mais du tout ! Pourquoi donc prendre un air dénigrant ? +-- Peut-être que monsieur le trouve un peu trop grand ? +Je le trouve petit, tout petit, minuscule ! +Hein ? comment ? m'accuser d'un pareil ridicule ? +Petit, mon nez ? Holà ! Ciel ! Énorme, mon nez ! +-- Vil camus, sot camard, tête plate, apprenez +Que je m'enorgueillis d'un pareil appendice, +Attendu qu'un grand nez est proprement l'indice +D'un homme affable, bon, courtois, spirituel, +Libéral, courageux, tel que je suis, et tel +Qu'il vous est interdit à jamais de vous croire, +Déplorable maraud ! car la face sans gloire +Que va chercher ma main en haut de votre col, +Est aussi dénuée Aï ! De fierté, d'envol, +De lyrisme, de pittoresque, d'étincelle, +De somptuosité, de Nez enfin, que celle +Que va chercher ma botte au bas de votre dos ! +Au secours ! À la garde ! Avis donc aux badauds +Qui trouveraient plaisant mon milieu de visage, +Et si le plaisantin est noble, mon usage +Est de lui mettre, avant de le laisser s'enfuir, +Pas devant, et plus haut, du fer, et non du cuir ! +Mais à la fin il nous ennuie ! Il fanfaronne ! +Personne ne va donc lui répondre ? Personne ? +Attendez ! Je vais lui lancer un de ces traits ! +Vous... vous avez un nez... heu... un nez... très grand. Très ! +Ha ! C'est tout ? Mais Ah ! non ! c'est un peu court, jeune homme ! +On pouvait dire... Oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme +En variant le ton, -- par exemple, tenez : +Agressif : "Moi, monsieur, si j'avais un tel nez +Il faudrait sur-le-champ que je me l'amputasse !" +Amical : "Mais il doit tremper dans votre tasse ! +Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap !" +Descriptif : "C'est un roc ! ... c'est un pic ! ... c'est un cap ! +Que dis-je, c'est un cap ? ... C'est une péninsule !" +Curieux : "De quoi sert cette oblongue capsule ? +D'écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ?" +Gracieux : "Aimez-vous à ce point les oiseaux +Que paternellement vous vous préoccupâtes +De tendre ce perchoir à leur petites pattes ?" +Truculent : "Ça, monsieur, lorsque vous pétunez, +La vapeur du tabac vous sort-elle du nez +Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ?" +Prévenant : "Gardez-vous, votre tête entraînée +Par ce poids, de tomber en avant sur le sol !" +Tendre : "Faites-lui faire un petit parasol +De peur que sa couleur au soleil ne se fane !" +Pédant : "L'animal seul, monsieur, qu'Aristophane +Appelle Hippocampelephantocamélos +Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os !" +Cavalier : 'Quoi, l'ami, ce croc est à la mode ? +Pour pendre son chapeau, c'est vraiment très commode !' +Emphatique : "Aucun vent ne peut, nez magistral, +T'enrhumer tout entier, excepté le mistral !" +Dramatique : "C'est la Mer Rouge quand il saigne !" +Admiratif : "Pour un parfumeur, quelle enseigne !" +Lyrique : "Est-ce une conque, êtes-vous un triton ?" +Naïf : "Ce monument, quand le visite-t-on ?" +Respectueux : "Souffrez, monsieur, qu'on vous salue, +C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue !" +Campagnard : "Hé, ardé ! C'est-y un nez ? Nanain ! +C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain !" +Militaire : "Pointez contre cavalerie !" +Pratique : "Voulez-vous le mettre en loterie ? +Assurément, monsieur, ce sera le gros lot !" +Enfin, parodiant Pyrame en un sanglot : +"Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître +A détruit l'harmonie ! Il en rougit, le traître !" +-- Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit +Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit : +Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres, +Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres +Vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot ! +Eussiez-vous eu, d'ailleurs, l'invention qu'il faut +Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries, +Me servir toutes ces folles plaisanteries, +Que vous n'en eussiez pas articulé le quart +De la moitié du commencement d'une, car +Je me les sers moi-même, avec assez de verve, +Mais je ne permets pas qu'un autre me les serve. +Vicomte, laissez donc ! Ces grands airs arrogants ! +Un hobereau qui... qui... n'a même pas de gants ! +Et qui sort sans rubans, sans bouffettes, sans ganses ! +Moi, c'est moralement que j'ai mes élégances. +Je ne m'attife pas ainsi qu'un freluquet, +Mais je suis plus soigné si je suis moins coquet ; +Je ne sortirais pas avec, par négligence, +Un affront pas très bien lavé, la conscience +Jaune encor de sommeil dans le coin de son œil, +Un honneur chiffonné, des scrupules en deuil. +Mais je marche sans rien sur moi qui ne reluise, +Empanaché d'indépendance et de franchise ; +Ce n'est pas une taille avantageuse, c'est +Mon âme que je cambre ainsi qu'en un corset, +Et tout couvert d'exploits qu'en rubans je m'attache, +Retroussant mon esprit ainsi qu'une moustache, +Je fais, en traversant les groupes et les ronds, +Sonner les vérités comme des éperons. +Mais, monsieur Je n'ai pas de gants ? ... la belle affaire ! +Il m'en restait un seul d'une très vieille paire ! +-- Lequel m'était d'ailleurs encor fort importun : +Je l'ai laissé dans la figure de quelqu'un. +Maraud, faquin, butor de pied plat ridicule ! +Ah ? ... Et moi, Cyrano-Savinien-Hercule +De Bergerac. Bouffon ! Ay ! Qu'est-ce encor qu'il dit ? +Il faut la remuer car elle s'engourdit +-- Ce que c'est que de la laisser inoccupée ! -- +Ay ! Qu'avez-vous ? J'ai des fourmis dans mon épée ! +Soit ! Je vais vous donner un petit coup charmant. +Poète ! Oui, monsieur, poète ! et tellement, +Qu'en ferraillant je vais -- hop ! -- à l'improvisade, +Vous composer une ballade. Une ballade ? +Vous ne vous doutez pas de ce que c'est, je crois ? +Mais La ballade, donc, se compose de trois +Couplets de huit vers Oh ! Et d'un envoi de quatre +Vous Je vais tout ensemble en faire une et me battre, +Et vous toucher, monsieur, au dernier vers. Non ! Non ? +Ballade du duel qu'en l'hôtel bourguignon +Monsieur de Bergerac eut avec un bélître ! +Qu'est-ce que c'est que ça, s'il vous plaît ? C'est le titre. +Place ! -- Très amusant ! -- Rangez-vous ! -- Pas de bruits ! +Attendez ! ... je choisis mes rimes... Là, j'y suis. +Ah ! Superbe ! Joli ! Pharamineux ! Nouveau ! +Insensé ! Compliments ! ... félicite ... bravo +C'est un héros ! Monsieur, voulez-vous me permettre ? +C'est tout à fait très bien, et je crois m'y connaître ; +J'ai du reste exprimé ma joie en trépignant ! +Comment s'appelle donc ce monsieur ? D'Artagnan. +Çà, causons ! Laisse un peu sortir cette cohue +Je peux rester ? Mais oui ! C'est Montfleury qu'on hue ! +Sic transit ! Balayez. Fermez. N'éteignez pas. +Nous allons revenir après notre repas, +Répéter pour demain une nouvelle farce. +Vous ne dînez donc pas ? Moi ? ... Non. Parce que ? Parce +Que je n'ai pas d'argent ! Comment ! le sac d'écus ? +Pension paternelle, en un jour, tu vécus ! +Pour vivre tout un mois, alors ? Rien ne me reste. +Jeter ce sac, quelle sottise ! Mais quel geste ! +Hum ! Monsieur... Vous savoir jeûner... le cœur me fend +J'ai là tout ce qu'il faut Prenez ! Ma chère enfant, +Encor que mon orgueil de Gascon m'interdise +D'accepter de vos doigts la moindre friandise, +J'ai trop peur qu'un refus ne vous soit un chagrin, +Et j'accepterai donc Oh ! peu de chose ! -- un grain +De ce raisin Un seul ! ... ce verre d'eau limpide ! +-- Et la moitié d'un macaron ! Mais c'est stupide ! +Oh ! quelque chose encor ! Oui. La main à baiser. +Merci, monsieur. Bonsoir. Je t'écoute causer. +Dîner ! Boisson ! Dessert ! Là, je me mets à table ! +-- Ah ! ... j'avais une faim, mon cher, épouvantable ! +-- Tu disais ? Que ces fats aux grands airs belliqueux +Te fausseront l'esprit si tu n'écoutes qu'eux ! +Va consulter des gens de bon sens, et t'informe +De l'effet qu'a produit ton algarade. Énorme. +Le Cardinal Il était là, le Cardinal ? +A dû trouver cela Mais très original. +Pourtant C'est un auteur. Il ne peut lui déplaire +Que l'on vienne troubler la pièce d'un confrère. +Tu te mets sur les bras, vraiment, trop d'ennemis ! +Combien puis-je, à peu près, ce soir, m'en être mis ? +Quarant'-huit. Sans compter les femmes. Voyons, compte ! +Montfleury, le bourgeois, de Guiche, le vicomte, +Baro, l'Académie Assez ! tu me ravis ! +Mais où te mènera la façon dont tu vis ? +Quel système est le tien ? J'errais dans un méandre ; +J'avais trop de partis, trop compliqués, à prendre ; +J'ai pris Lequel ? Mais le plus simple, de beaucoup. +J'ai décidé d'être admirable, en tout, pour tout ! +Soit ! -- Mais enfin, à moi, le motif de ta haine +Pour Montfleury, le vrai, dis-le-moi ! Ce Silène, +Si ventru que son doigt n'atteint pas son nombril, +Pour les femmes encor se croit un doux péril, +Et leur fait, cependant qu'en jouant il bredouille, +Des yeux de carpe avec ses gros yeux de grenouille ! +Et je le hais depuis qu'il se permit, un soir, +De poser son regard, sur celle... Oh !j'ai cru voir +Glisser sur une fleur une longue limace ! +Hein ? Comment ? Serait-il possible ? Que j'aimasse ? +J'aime. Et peut-on savoir ? tu ne m'as jamais dit ? +Qui j'aime ? ... Réfléchis, voyons. Il m'interdit +Le rêve d'être aimé même par une laide, +Ce nez qui d'un quart d'heure en tous lieux me précède ; +Alors, moi, j'aime qui ? ... Mais cela va de soi ! +J'aime -- mais c'est forcé ! -- la plus belle qui soit ! +La plus belle ? Tout simplement, qui soit au monde ! +La plus brillante, la plus fine, la plus blonde ! +Eh ! mon Dieu, quelle est donc cette femme ? Un danger +Mortel sans le vouloir, exquis sans y songer, +Un piège de nature, une rose muscade +Dans laquelle l'amour se tient en embuscade ! +Qui connaît son sourire a connu le parfait. +Elle fait de la grâce avec rien, elle fait +Tenir tout le divin dans un geste quelconque, +Et tu ne saurais pas, Vénus, monter en conque, +Ni toi, Diane, marcher dans les grands bois fleuris, +Comme elle monte en chaise et marche dans Paris ! +Sapristi ! je comprends. C'est clair ! C'est diaphane. +Magdeleine Robin, ta cousine ? Oui, -- Roxane. +Eh bien, mais c'est au mieux ! Tu l'aimes ? Dis-le-lui ! +Tu t'es couvert de gloire à ses yeux aujourd'hui ! +Regarde-moi, mon cher, et dis quelle espérance +Pourrait bien me laisser cette protubérance ! +Oh ! je ne me fais pas d'illusion ! -- Parbleu, +Oui, quelquefois, je m'attendris, dans le soir bleu ; +J'entre en quelque jardin où l'heure se parfume ; +Avec mon pauvre grand diable de nez je hume +L'avril, -- je suis des yeux, sous un rayon d'argent, +Au bras d'un cavalier, quelque femme, en songeant +Que pour marcher, à petits pas, dans de la lune, +Aussi moi j'aimerais au bras en avoir une, +Je m'exalte, j'oublie et j'aperçois soudain +L'ombre de mon profil sur le mur du jardin ! +Mon ami ! Mon ami, j'ai de mauvaises heures ! +De me sentir si laid, parfois, tout seul Tu pleures ? +Ah ! non, cela, jamais ! Non, ce serait trop laid, +Si le long de ce nez une larme coulait ! +Je ne laisserai pas, tant que j'en serai maître, +La divine beauté des larmes se commettre +Avec tant de laideur grossière ! ... Vois-tu bien, +Les larmes, il n'est rien de plus sublime, rien, +Et je ne voudrais pas qu'excitant la risée, +Une seule, par moi, fût ridiculisée ! +Va, ne t'attriste pas ! L'amour n'est que hasard ! +Non ! J'aime Cléopâtre : ai-je l'air d'un César ? +J'adore Bérénice : ai-je l'aspect d'un Tite ? +Mais ton courage ! ton esprit ! -- Cette petite +Qui t'offrait là, tantôt, ce modeste repas, +Ses yeux, tu l'as bien vu, ne te détestaient pas ! +C'est vrai ! Hé ! bien ! alors ? ... Mais, Roxane, elle-même, +Toute blême a suivi ton duel ! Toute blême ? +Son cœur et son esprit déjà sont étonnés ! +Ose, et lui parle, afin Qu'elle me rie au nez ? +Non ! -- C'est la seule chose au monde que je craigne ! +Monsieur, on vous demande Ah ! mon Dieu ! Sa duègne ! +De son vaillant cousin on désire savoir +Où l'on peut, en secret, le voir. Me voir ? Vous voir. +-- On a des choses à vous dire. Des ? Des choses ! +Ah, mon Dieu ! L'on ira, demain, aux primes roses +D'aurore, -- ouïr la messe à Saint-Roch. Ah ! mon Dieu ! +En sortant, -- où peut-on entrer, causer un peu ? +Où ? ... Je... mais... Ah ! mon Dieu ! Dites vite. Je cherche ! +Où ? Chez... chez... Ragueneau... le pâtissier Il perche ? +Dans la rue -- Ah ! mon Dieu, mon Dieu ! -- Saint-Honoré ! +On ira. Soyez-y. Sept heures. J'y serai. +Moi ! ... D'elle ! ... Un rendez-vous ! Eh bien ! tu n'es plus triste ? +Ah ! pour quoi que ce soit, elle sait que j'existe ! +Maintenant, tu vas être calme ? Maintenant +Mais je vais être frénétique et fulminant ! +Il me faut une armée entière a déconfire ! +J'ai dix cœurs ; j'ai vingt bras ; il ne peut me suffire +De pourfendre des nains Il me faut des géants ! +Hé ! psit ! là-bas ! Silence ! on répète céans ! +Nous partons ! Cyrano ! Qu'est-ce ? Une énorme grive +Qu'on t'apporte ! Lignière ! ... Hé, qu'est-ce qui t'arrive ? +Il te cherche ! Il ne peut rentrer chez lui ! Pourquoi ? +Ce billet m'avertit... cent hommes contre moi +À cause de... chanson... grand danger me menace +Porte de Nesle... Il faut, pour rentrer, que j'y passe +Permets-moi donc d'aller coucher sous... sous ton toit ! +Cent hommes, m'as-tu dit ? Tu coucheras chez toi ! +Mais Prends cette lanterne ! Et marche ! -- Je te jure +Que c'est moi qui ferai ce soir ta couverture ! +Vous, suivez à distance, et vous serez témoins ! +Mais cent hommes ! Ce soir, il ne m'en faut pas moins ! +Mais pourquoi protéger Voilà Le Bret qui grogne ! +Cet ivrogne banal ? Parce que cet ivrogne, +Ce tonneau de muscat, ce fût de rossoli, +Fit quelque chose un jour de tout à fait joli : +Au sortir d'une messe ayant, selon le rite, +Vu celle qu'il aimait prendre de l'eau bénite, +Lui que l'eau fait sauver, courut au bénitier, +Se pencha sur sa conque et le but tout entier ! +Tiens, c'est gentil, cela ! N'est-ce pas, la soubrette ? +Mais pourquoi sont-ils cent contre un pauvre poète ? +Marchons ! Et vous, messieurs, en me voyant charger, +Ne me secondez pas, quel que soit le danger ! +Oh ! mais, moi, je vais voir ! Venez ! Viens-tu, Cassandre ? +Venez tous, le Docteur, Isabelle, Léandre, +Tous ! Car vous allez joindre, essaim charmant et fol, +La farce italienne à ce drame espagnol, +Et, sur son ronflement tintant un bruit fantasque, +L'entourer de grelots comme un tambour de basque ! +Bravo ! -- Vite, une mante ! -- Un capuchon ! Allons ! +Vous nous jouerez un air, messieurs les violons ! +Bravo ! des officiers, des femmes en costume, +Et, vingt pas en avant Moi, tout seul, sous la plume +Que la gloire elle-même à ce feutre piqua, +Fier comme un Scipion triplement Nasica ! +-- C'est compris ? Défendu de me prêter main-forte ! -- +On y est ? ... Un, deux, trois ! Portier, ouvre la porte ! +Ah ! ... Paris fuit, nocturne et quasi nébuleux ; +Le clair de lune coule aux pentes des toits bleus ; +Un cadre se prépare, exquis, pour cette scène ; +Là-bas, sous des vapeurs en écharpe, la Seine, +Comme un mystérieux et magique miroir, +Tremble... Et vous allez voir ce que vous allez voir ! +À la porte de Nesle ! À la porte de Nesle ! +Ne demandiez-vous pas pourquoi, mademoiselle, +Contre ce seul rimeur cent hommes furent mis ? +C'est parce qu'on savait qu'il est de mes amis ! +Fruits en nougat ! Flan ! Paon ! Roinsoles ! Bœuf en daube ! +Sur les cuivres, déjà, glisse l'argent de l'aube ! +Étouffe en toi le dieu qui chante, Ragueneau ! +L'heure du luth viendra, -- c'est l'heure du fourneau ! +Vous, veuillez m'allonger cette sauce, elle est courte ! +De combien ? De trois pieds. Hein ? La tarte ! La tourte ! +Ma Muse, éloigne-toi, pour que tes yeux charmants +N'aillent pas se rougir au feu de ces sarments ! +Vous avez mal placé la fente de ces miches : +Au milieu la césure, -- entre les hémistiches ! +À ce palais de croûte, il faut, vous, mettre un toit +Et toi, sur cette broche interminable, toi, +Le modeste poulet et la dinde superbe, +Alterne-les, mon fils, comme le vieux Malherbe +Alternait les grands vers avec les plus petits, +Et fais tourner au feu des strophes de rôtis ! +Maître, en pensant à vous, dans le four, j'ai fait cuire +Ceci, qui vous plaira, je l'espère. Une lyre ! +En pâte de brioche. Avec des fruits confits ! +Et les cordes, voyez, en sucre je les fis. +Va boire à ma santé ! Chut ! ma femme ! Circule, +Et cache cet argent ! C'est beau ? C'est ridicule ! +Des sacs ? ... Bon. Merci. Ciel ! Mes livres vénérés ! +Les vers de mes amis ! déchirés ! démembrés ! +Pour en faire des sacs à mettre des croquantes +Ah ! vous renouvelez Orphée et les bacchantes ! +Et n'ai-je pas le droit d'utiliser vraiment +Ce que laissent ici, pour unique paiement, +Vos méchants écriveurs de lignes inégales ! +Fourmi ! ... n'insulte pas ces divines cigales ! +Avant de fréquenter ces gens-là, mon ami, +Vous ne m'appeliez pas bacchante, -- ni fourmi ! +Avec des vers, faire cela ! Pas autre chose. +Que faites-vous, alors, madame, avec la prose ? +Vous désirez, petits ? Trois pâtés. Là, bien roux +Et bien chauds. S'il vous plaît, enveloppez-les-nous ? +Hélas ! un de mes sacs ! Que je les enveloppe ? +Tel Ulysse, le jour qu'il quitta Pénélope +Pas celui-ci ! Le blond Phœbus... Pas celui-là ! +Eh bien ! qu'attendez-vous ? Voilà, voilà, voilà ! +Le sonnet à Philis ! ... mais c'est dur tout de même ! +C'est heureux qu'il se soit décidé ! Nicodème ! +Psit ! ... Petits ! ... Rendez-moi le sonnet à Philis, +Au lieu de trois pâtés je vous en donne six. +Philis ! ... Sur ce doux nom, une tache de beurre ! +Philis ! Quelle heure est-il ? Six heures. Dans une heure ! +Bravo ! J'ai vu Quoi donc ! Votre combat ! Lequel ? +Celui de l'hôtel de Bourgogne ! Ah ! ... Le duel ! +Oui, le duel en vers ! Il en a plein la bouche ! +Allons ! tant mieux ! À la fin de l'envoi, je touche ! +À la fin de l'envoi, je touche ! ... Que c'est beau ! +À la fin de l'envoi Quelle heure, Ragueneau ? +Six heures cinq ! ... je touche ! Oh ! faire une ballade ! +Qu'avez-vous à la main ? Rien. Une estafilade. +Courûtes-vous quelque péril ? Aucun péril. +Je crois que vous mentez ! Mon nez remuerait-il ? +Il faudrait que ce fût pour un mensonge énorme ! +J'attends ici quelqu'un. Si ce n'est pas sous l'orme, +Vous nous laisserez seuls. C'est que je ne peux pas ; +Mes rimeurs vont venir Pour leur premier repas. +Tu les éloigneras quand je te ferai signe +L'heure ? Six heures dix. Une plume ? De cygne. +Salut ! Qu'est-ce ? Un ami de ma femme. Un guerrier +Terrible, -- à ce qu'il dit ! Chut ! Écrire, -- plier, -- +Lui donner, -- me sauver Lâche ! ... Mais que je meure, +Si j'ose lui parler, lui dire un seul mot L'heure ? +Six et quart ! -- un seul mot de tous ceux que j'ai là ! +Tandis qu'en écrivant Eh bien ! écrivons-la, +Cette lettre d'amour qu'en moi-même j'ai faite +Et refaite cent fois, de sorte qu'elle est prête, +Et que mettant mon âme à côté du papier, +Je n'ai tout simplement qu'à la recopier. +Les voici vos crottés ! Confrère ! Cher confrère ! +Aigle des pâtissiers ! Ça sent bon dans votre aire, +O Phœbus-Rôtisseur ! Apollon maître-queux ! +Comme on est tout de suite à son aise avec eux ! +Nous fûmes retardés par la foule attroupée +À la porte de Nesle ! Ouverts à coups d'épée, +Huit malandrins sanglants illustraient les pavés ! +Huit ? ... Tiens, je croyais sept. Est-ce que vous savez +Le héros du combat ? Moi ? ... Non ! Et vous ? Peut-être ! +Je vous aime Un seul homme, assurait-on, sut mettre +Toute une bande en fuite ! Oh ! c'était curieux ! +Des piques, des bâtons jonchaient le sol ! vos yeux +On trouvait des chapeaux jusqu'au quai des Orfèvres ! +Sapristi ! ce dut être un féroce vos lèvres +Un terrible géant, l'auteur de ces exploits ! +Et je m'évanouis de peur quand je vous vois. +Qu'as-tu rimé de neuf, Ragueneau ? qui vous aime +Pas besoin de signer. Je la donne moi-même. +J'ai mis une recette en vers. Oyons ces vers ! +Cette brioche a mis son bonnet de travers. +Ce pain d'épice suit le rimeur famélique, +De ses yeux en amande aux sourcils d'angélique ! +Nous écoutons. Ce chou bave sa crème. Il rit. +Pour la première fois la Lyre me nourrit ! +Une recette en vers Tu déjeunes ? Tu dînes ! +Comment on fait les tartelettes amandines. +Exquis ! Délicieux ! Homph ! Bercés par ta voix, +Ne vois-tu pas comme ils s'empiffrent ? Je le vois +Sans regarder, de peur que cela ne les trouble ; +Et dire ainsi mes vers me donne un plaisir double, +Puisque je satisfais un doux faible que j'ai +Tout en laissant manger ceux qui n'ont pas mangé ! +Toi, tu me plais ! Hé là, Lise ? Ce capitaine +Vous assiège ? Oh ! mes yeux, d'une œillade hautaine, +Savent vaincre quiconque attaque mes vertus. +Euh ! pour des yeux vainqueurs, je les trouve battus. +Mais Ragueneau me plaît. C'est pourquoi, dame Lise, +Je défends que quelqu'un le ridicoculise. +Mais À bon entendeur Vraiment, vous m'étonnez ! +Répondez... sur son nez Sur son nez... sur son nez +Psit ! Nous serons bien mieux par là Psit ! psit ! Pour lire +Des vers Mais les gâteaux ! Emportons-les ! Je tire +Ma lettre si je sens seulement qu'il y a +Le moindre espoir ! Entrez ! Vous, deux mots, duègna ! +Quatre. Êtes-vous gourmande ? À m'en rendre malade. +Bon. Voici deux sonnets de monsieur Benserade +Heu ! que je vous remplis de darioles. Hou ! +Aimez-vous le gâteau qu'on nomme petit chou ? +Monsieur, j'en fais état, lorsqu'il est à la crème. +J'en plonge six pour vous dans le sein d'un poème +De Saint-Amant ! Et dans ces vers de Chapelain +Je dépose un fragment, moins lourd, de poupelin. +-- Ah ! Vous aimez les gâteaux frais ? J'en suis férue ! +Veuillez aller manger tous ceux-ci dans la rue. +Mais Et ne revenez qu'après avoir fini ! +Que l'instant entre tous les instants soit béni, +Où, cessant d'oublier qu'humblement je respire +Vous venez jusqu'ici pour me dire... me dire ? +Mais tout d'abord merci, car ce drôle, ce fat +Qu'au brave jeu d'épée, hier, vous avez fait mat, +C'est lui qu'un grand seigneur... épris de moi De Guiche ? +Cherchait à m'imposer... comme mari Postiche ? +Je me suis donc battu, madame, et c'est tant mieux, +Non pour mon vilain nez, mais bien pour vos beaux yeux. +Puis... je voulais... Mais pour l'aveu que je viens faire, +Il faut que je revoie en vous le... presque frère, +Avec qui je jouais, dans le parc -- près du lac ! +Oui... vous veniez tous les étés à Bergerac ! +Les roseaux fournissaient le bois pour vos épées ? +Et les maïs, les cheveux blonds pour vos poupées ! +C'était le temps des jeux Des mûrons aigrelets +Le temps où vous faisiez tout ce que je voulais ! +Roxane, en jupons courts, s'appelait Madeleine +J'étais jolie, alors ? Vous n'étiez pas vilaine. +Parfois, la main en sang de quelque grimpement, +Vous accouriez ! -- Alors, jouant à la maman, +Je disais d'une voix qui tâchait d'être dure : +'Qu'est-ce que c'est encor que cette égratignure ?' +Oh ! C'est trop fort ! Et celle-ci ! Non ! Montrez-la ! +Hein ? à votre âge, encor ! -- Où t'es-tu fait cela ? +En jouant, du côté de la porte de Nesle. +Donnez ! Si gentiment ! Si gaiement maternelle ! +Et, dites-moi, -- pendant que j'ôte un peu le sang, -- +Ils étaient contre vous ? Oh ! pas tout à fait cent. +Racontez ! Non. Laissez. Mais vous, dites la chose +Que vous n'osiez tantôt me dire À présent, j'ose, +Car le passé m'encouragea de son parfum ! +Oui, j'ose maintenant. Voilà. J'aime quelqu'un. +Ah ! Qui ne le sait pas d'ailleurs. Ah ! Pas encore. +Ah ! Mais qui va bientôt le savoir, s'il l'ignore. +Ah ! Un pauvre garçon qui jusqu'ici m'aima +Timidement, de loin, sans oser le dire Ah ! +Laissez-moi votre main, voyons, elle a la fièvre. -- +Mais moi, j'ai vu trembler les aveux sur sa lèvre. +Ah ! Et figurez-vous, tenez, que, justement +Oui, mon cousin, il sert dans votre régiment ! +Ah ! Puisqu'il est cadet dans votre compagnie ! +Ah ! Il a sur son front de l'esprit, du génie, +Il est fier, noble, jeune, intrépide, beau Beau ! +Quoi ? Qu'avez-vous ? Moi, rien... C'est... c'est C'est ce bobo. +Enfin, je l'aime. Il faut d'ailleurs que je vous die +Que je ne l'ai jamais vu qu'à la Comédie +Vous ne vous êtes donc pas parlé ? Nos yeux seuls. +Mais comment savez-vous, alors ? Sous les tilleuls +De la place Royale, on cause... Des bavardes +M'ont renseignée Il est cadet ? Cadet aux gardes. +Son nom ? Baron Christian de Neuvillette. Hein ? +Il n'est pas aux cadets. Si, depuis ce matin : +Capitaine Carbon de Castel-Jaloux. Vite, +Vite, on lance son cœur ! ... Mais, ma pauvre petite +J'ai fini les gâteaux, monsieur de Bergerac ! +Eh bien ! lisez les vers imprimés sur le sac ! +Ma pauvre enfant, vous qui n'aimez que beau langage, +Bel esprit, -- si c'était un profane, un sauvage. +Non, il a les cheveux d'un héros de d'Urfé ! +S'il était aussi maldisant que bien coiffé ! +Non, tous les mots qu'il dit sont fins, je le devine ! +Oui, tous les mots sont fins quand la moustache est fine. +-- Mais si c'était un sot ! Eh bien ! j'en mourrais, là ! +Vous m'avez fait venir pour me dire cela ? +Je n'en sens pas très bien l'utilité, madame. +Ah, c'est que quelqu'un hier m'a mis la mort dans l'âme, +Et me disant que tous, vous êtes tous Gascons +Dans votre compagnie Et que nous provoquons +Tous les blancs-becs qui, par faveur, se font admettre +Parmi les purs Gascons que nous sommes, sans l'être ? +C'est ce qu'on vous a dit ? Et vous pensez si j'ai +Tremblé pour lui ! Non sans raison ! Mais j'ai songé +Lorsque invincible et grand, hier, vous nous apparûtes, +Châtiant ce coquin, tenant tête à ces brutes, -- +J'ai songé : s'il voulait, lui que tous ils craindront +C'est bien, je défendrai votre petit baron. +Oh ! n'est-ce pas que vous allez me le défendre ? +J'ai toujours eu pour vous une amitié si tendre. +Oui, oui. Vous serez son ami ? Je le serai. +Et jamais il n'aura de duel ? C'est juré. +Oh ! je vous aime bien. Il faut que je m'en aille. +Mais vous ne m'avez pas raconté la bataille +De cette nuit. Vraiment ce dut être inouï ! +-- Dites-lui qu'il m'écrive. Oh ! je vous aime ! Oui, oui. +Cent hommes contre vous ? Allons, adieu. -- Nous sommes +De grands amis ! Oui, oui. Qu'il m'écrive ! -- Cent hommes ! -- +Vous me direz plus tard. Maintenant, je ne puis. +Cent hommes ! Quel courage ! Oh ! j'ai fait mieux depuis. +Peut-on rentrer ? Oui Le voilà ! Mon capitaine ! +Notre héros ! Nous savons tout ! Une trentaine +De mes cadets sont là ! Mais Viens ! on veut te voir ! +Non ! Il boivent en face, à la Croix du Trahoir. +Je Le héros refuse. Il est d'humeur bourrue ! +Ah ! Sandious ! Les voici qui traversent la rue ! +Mille dious ! -- Capdedious ! -- Mordious ! -- Pocapdedious ! +Messieurs, vous êtes donc tous de Gascogne ! Tous ! +Bravo ! Baron ! Vivat ! Baron ! Que je t'embrasse ! +Baron ! Embrassons-le ! Baron ! ... baron ! ... de grâce +Vous êtes tous barons, messieurs ? Tous ! Le sont-ils ? +On ferait une tour rien qu'avec nos tortils ! +On te cherche ! Une foule en délire conduite +Par ceux qui cette nuit marchèrent à ta suite +Tu ne leur as pas dit où je me trouve ? Si ! +Monsieur, tout le Marais se fait porter ici ! +Et Roxane ? Tais-toi ! Cyrano ! Ma boutique +Est envahie ! On casse tout ! C'est magnifique ! +Mon ami... mon ami Je n'avais pas hier +Tant d'amis ! Le succès ! Si tu savais, mon cher +Si tu ? ... Tu ? ... Qu'est-ce donc qu'ensemble nous gardâmes ? +Je veux vous présenter, Monsieur, à quelques dames +Qui là, dans mon carrosse Et vous d'abord, à moi, +Qui vous présentera ? Mais qu'as-tu donc ? Tais-toi ! +Puis-je avoir des détails sur ? Non. C'est Théophraste, +Renaudot ! l'inventeur de la gazette. Baste ! +Cette feuille où l'on fait tant de choses tenir ! +On dit que cette idée a beaucoup d'avenir ! +Monsieur Encor ! Je veux faire un pentacrostiche +Sur votre nom Monsieur Assez ! Monsieur de Guiche ! +Vient de la part du maréchal de Gassion ! +Qui tient à vous mander son admiration +Pour le nouvel exploit dont le bruit vient de courre. +Bravo ! Le maréchal s'y connaît en bravoure. +Il n'aurait jamais cru le fait si ces messieurs +N'avaient pu lui jurer l'avoir vu. De nos yeux ! +Mais Tais-toi ! Tu parais souffrir ! Devant ce monde ? +Moi souffrir ? ... Tu vas voir ! Votre carrière abonde +De beaux exploits, déjà. -- Vous servez chez ces fous +De Gascons, n'est-ce pas ? Aux cadets, oui. Chez nous ! +Ah ! ah ! ... Tous ces messieurs à la mine hautaine, +Ce sont donc les fameux ? Cyrano ! Capitaine ? +Puisque ma compagnie est, je crois, au complet, +Veuillez la présenter au comte, s'il vous plaît. +Un poète est un luxe, aujourd'hui, qu'on se donne. +-- Voulez-vous être à moi ? Non, Monsieur, à personne. +Votre verve amusa mon oncle Richelieu, +Hier. Je veux vous servir auprès de lui. Grand Dieu ! +Vous avez bien rimé cinq actes, j'imagine ? +Tu vas faire jouer, mon cher, ton Agrippine ! +Portez-les-lui. Vraiment ? Il est des plus experts. +Il vous corrigera seulement quelques vers +Impossible, Monsieur ; mon sang se coagule +En pensant qu'on y peut changer une virgule. +Mais quand un vers lui plaît, en revanche, mon cher, +Il le paye très cher. Il le paye moins cher +Que moi, lorsque j'ai fait un vers, et que je l'aime, +Je me le paye, en me le chantant à moi-même ! +Vous êtes fier. Vraiment, vous l'avez remarqué ? +Regarde, Cyrano ! ce matin, sur le quai +Le bizarre gibier à plumes que nous prîmes ! +Les feutres des fuyards ! Des dépouilles opimes ! +Ah ! Ah ! Ah ! Celui qui posta ces gueux, ma foi, +Doit rager aujourd'hui. Sait-on qui c'est ? C'est moi. +Je les avais chargés de châtier, -- besogne +Qu'on ne fait pas soi-même, -- un rimailleur ivrogne. +Que faut-il qu'on en fasse ? Ils sont gras... Un salmis ? +Monsieur, si vous voulez les rendre à vos amis ? +Ma chaise et mes porteurs, tout de suite : je monte. +Vous, Monsieur ! Les porteurs de monseigneur le comte +De Guiche ! Avez-vous lu Don Quichot ? Je l'ai lu. +Et me découvre au nom de cet hurluberlu. +Veuillez donc méditer alors Voici la chaise. +Sur le chapitre des moulins ! Chapitre treize. +Car, lorsqu'on les attaque, il arrive souvent +J'attaque donc des gens qui tournent à tout vent ? +Qu'un moulinet de leurs grands bras chargés de toiles +Vous lance dans la boue ! Ou bien dans les étoiles ! +Messieurs... Messieurs... Messieurs Ah ! dans quels jolis draps. +Oh ! toi ! tu vas grogner ! Enfin, tu conviendras +Qu'assassiner toujours la chance passagère, +Devient exagéré. Hé bien oui, j'exagère ! +Ah ! Mais pour le principe, et pour l'exemple aussi, +Je trouve qu'il est bon d'exagérer ainsi. +Si tu laissais un peu ton âme mousquetaire, +La fortune et la gloire Et que faudrait-il faire ? +Chercher un protecteur puissant, prendre un patron, +Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc +Et s'en fait un tuteur en lui léchant l'écorce, +Grimper par ruse au lieu de s'élever par force ? +Non, merci. Dédier, comme tous il le font, +Des vers aux financiers ? se changer en bouffon +Dans l'espoir vil de voir, aux lèvres d'un ministre, +Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ? +Non, merci. Déjeuner, chaque jour, d'un crapaud ? +Avoir un ventre usé par la marche ? une peau +Qui plus vite, à l'endroit des genoux, devient sale ? +Exécuter des tours de souplesse dorsale ? +Non, merci. D'une main flatter la chèvre au cou +Cependant que, de l'autre, on arrose le chou, +Et, donneur de séné par désir de rhubarbe, +Avoir son encensoir, toujours, dans quelque barbe ? +Non, merci ! Se pousser de giron en giron, +Devenir un petit grand homme dans un rond, +Et naviguer, avec des madrigaux pour rames, +Et dans ses voiles des soupirs de vieilles dames ? +Non, merci ! Chez le bon éditeur de Sercy +Faire éditer ses vers en payant ? Non, merci ! +S'aller faire nommer pape par les conciles +Que dans des cabarets tiennent des imbéciles ? +Non, merci ! Travailler à se construire un nom +Sur un sonnet, au lieu d'en faire d'autres ? Non, +Merci ! Ne découvrir du talent qu'aux mazettes ? +Être terrorisé par de vagues gazettes, +Et se dire sans cesse : "Oh, pourvu que je sois +Dans les petits papiers du Mercure François ?" +Non, merci ! Calculer, avoir peur, être blême, +Aimer mieux faire une visite qu'un poème, +Rédiger des placets, se faire présenter ? +Non, merci ! non, merci ! non, merci ! Mais... chanter, +Rêver, rire, passer, être seul, être libre, +Avoir l'œil qui regarde bien, la voix qui vibre, +Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers, +Pour un oui, pour un non, se battre, -- ou faire un vers ! +Travailler sans souci de gloire ou de fortune, +À tel voyage, auquel on pense, dans la lune ! +N'écrire jamais rien qui de soi ne sortît, +Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit, +Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles, +Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles ! +Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard, +Ne pas être obligé d'en rien rendre à César, +Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite, +Bref, dédaignant d'être le lierre parasite, +Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul, +Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! +Tout seul, soit ! Mais non pas contre tous ! Comment diable +As-tu donc contracté la manie effroyable +De te faire toujours, partout, des ennemis ? +À force de vous voir vous faire des amis, +Et rire à ces amis dont vous avez des foules, +D'une bouche empruntée au derrière des poules ! +J'aime raréfier sur mes pas les saluts, +Et m'écrie avec joie : un ennemi de plus ! +Quelle aberration ! Eh bien, oui, c'est mon vice. +Déplaire est mon plaisir. J'aime qu'on me haïsse. +Mon cher, si tu savais comme l'on marche mieux +Sous la pistolétade excitante des yeux ! +Comme, sur les pourpoints, font d'amusantes taches +Le fiel des envieux et la bave des lâches ! +-- Vous, la molle amitié dont vous vous entourez, +Ressemble à ces grands cols d'Italie, ajourés +Et flottants, dans lesquels votre cou s'effémine : +On y est plus à l'aise... et de moins haute mine, +Car le front n'ayant pas de maintien ni de loi, +S'abandonne à pencher dans tous les sens. Mais moi, +La Haine, chaque jour, me tuyaute et m'apprête +La fraise dont l'empois force à lever la tête ; +Chaque ennemi de plus est un nouveau godron +Qui m'ajoute une gêne, et m'ajoute un rayon : +Car, pareille en tous points à la fraise espagnole, +La Haine est un carcan, mais c'est une auréole ! +Fais tout haut l'orgueilleux et l'amer, mais, tout bas +Dis-moi tout simplement qu'elle ne t'aime pas ! +Tais-toi ! Hé ! Cyrano ! Le récit ? Tout à l'heure ! +Le récit du combat ! Ce sera la meilleure +Leçon pour ce timide apprentif ! Apprentif ? +Oui, septentrional maladif ! Maladif ? +Monsieur de Neuvillette, apprenez quelque chose : +C'est qu'il est un objet, chez nous, dont on ne cause +Pas plus que de cordon dans l'hôtel d'un pendu ! +Qu'est-ce ? Regardez-moi ! M'avez-vous entendu ? +Ah ! c'est le Chut ! ... jamais ce mot ne se profère ! +Ou c'est à lui, là-bas, que l'on aurait affaire ! +Deux nasillards par lui furent exterminés +Parce qu'il lui déplut qu'ils parlassent du nez ! +On ne peut faire, sans défuncter avant l'âge, +La moindre allusion au fatal cartilage ! +Un mot suffit ! Que dis-je, un mot ? Un geste, un seul ! +Et tirer son mouchoir, c'est tirer son linceul ! +Capitaine ! Monsieur ? Que fait-on quand on trouve +Des Méridionaux trop vantards ? On leur prouve +Qu'on peut être du Nord, et courageux. Merci. +Maintenant, ton récit ! Son récit ! Mon récit ? +Eh bien ! donc je marchais tout seul, à leur rencontre. +La lune, dans le ciel, luisait comme une montre, +Quand soudain, je ne sais quel soigneux horloger +S'étant mis à passer un coton nuager +Sur le boîtier d'argent de cette montre ronde, +Il se fit une nuit la plus noire du monde, +Et les quais n'étant pas du tout illuminés, +Mordious ! on n'y voyait pas plus loin Que son nez. +Qu'est-ce que c'est que cet homme-là ? C'est un homme +Arrivé ce matin. Ce matin ? Il se nomme +Le baron de Neuvil Ah ! C'est bien Je Très bien +Je disais donc Mordious ! que l'on n'y voyait rien. +Et je marchais, songeant que pour un gueux fort mince +J'allais mécontenter quelque grand, quelque prince, +Qui m'aurait sûrement Dans le nez ! Une dent, -- +Qui m'aurait une dent... et qu'en somme, imprudent, +J'allais fourrer Le nez Le doigt... entre l'écorce +Et l'arbre, car ce grand pouvait être de force +À me faire donner Sur le nez Sur les doigts. +-- Mais j'ajoutai : Marche, Gascon, fais ce que dois ! +Va, Cyrano ! Et ce disant, je me hasarde, +Quand, dans l'ombre, quelqu'un me porte Une nasarde. +Je la pare, et soudain me trouve Nez à nez +Ventre-Saint-Gris ! avec cent braillards avinés +Qui puaient À plein nez L'oignon et la litharge ! +Je bondis, front baissé Nez au vent ! et je charge ! +J'en estomaque deux ! J'en empale un tout vif ! +Quelqu'un m'ajuste : Paf ! et je riposte Pif ! +Tonnerre ! Sortez tous ! C'est le réveil du tigre ! +Tous ! Et laissez-moi seul avec cet homme ! Bigre ! +On va le retrouver en hachis ! En hachis ? +Dans un de vos pâtés ! Je sens que je blanchis, +Et que je m'amollis comme une serviette ! +Sortons ! Il n'en va pas laisser une miette ! +Ce qui va se passer ici, j'en meurs d'effroi ! +Quelque chose d'épouvantable ! Embrasse-moi ! +Monsieur Brave. Ah ça ! mais ! Très brave. Je préfère. +Me direz-vous ? Embrasse-moi. Je suis son frère. +De qui ? Mais d'elle ! Hein ? Mais de Roxane ! Ciel ! +Vous, son frère ? Ou tout comme : un cousin fraternel. +Elle vous a ? Tout dit ! M'aime-t-elle ? Peut-être ! +Comme je suis heureux, Monsieur, de vous connaître ! +Voilà ce qui s'appelle un sentiment soudain. +Pardonnez-moi C'est vrai qu'il est beau, le gredin ! +Si vous saviez, Monsieur, comme je vous admire ! +Mais tous ces nez que vous m'avez Je les retire ! +Roxane attend ce soir une lettre Hélas ! Quoi ? +C'est me perdre que de cesser de rester coi ! +Comment ? Las ! je suis sot à m'en tuer de honte ! +Mais non, tu ne l'es pas, puisque tu t'en rends compte. +D'ailleurs, tu ne m'as pas attaqué comme un sot. +Bah ! on trouve des mots quand on monte à l'assaut ! +Oui, j'ai certain esprit facile et militaire, +Mais je ne sais, devant les femmes, que me taire. +Oh ! leurs yeux, quand je passe, ont pour moi des bontés +Leurs cœurs n'en ont-ils plus quand vous vous arrêtez ? +Non ! car je suis de ceux, -- je le sais... et je tremble ! -- +Qui ne savent parler d'amour. Tiens ! ... Il me semble +Que si l'on eût pris soin de me mieux modeler, +J'aurais été de ceux qui savent en parler. +Oh ! pouvoir exprimer les choses avec grâce ! +Être un joli petit mousquetaire qui passe ! +Roxane est précieuse et sûrement je vais +Désillusionner Roxane ! Si j'avais +Pour exprimer mon âme un pareil interprète ! +Il me faudrait de l'éloquence ! Je t'en prête ! +Toi, du charme physique et vainqueur, prête-m'en : +Et faisons à nous deux un héros de roman ! +Quoi ? Te sens-tu de force à répéter les choses +Que chaque jour je t'apprendrai ? Tu me proposes ? +Roxane n'aura pas de désillusions ! +Dis, veux-tu qu'à nous deux nous la séduisions ? +Veux-tu sentir passer, de mon pourpoint de buffle +Dans ton pourpoint brodé, l'âme que je t'insuffle ! +Mais, Cyrano ! Christian, veux-tu ? Tu me fais peur ! +Puisque tu crains, tout seul, de refroidir son cœur, +Veux-tu que nous fassions -- et bientôt tu l'embrases ! -- +Collaborer un peu tes lèvres et mes phrases ? +Tes yeux brillent ! Veux-tu ? Quoi ! cela te ferait +Tant de plaisir ? Cela Cela m'amuserait ! +C'est une expérience à tenter un poète. +Veux-tu me compléter et que je te complète ? +Tu marcheras, j'irai dans l'ombre à ton côté : +Je serai ton esprit, tu seras ma beauté. +Mais la lettre qu'il faut, au plus tôt, lui remettre ! +Je ne pourrai jamais Tiens, la voilà, ta lettre ! +Comment ? Hormis l'adresse, il n'y manque plus rien. +Je Tu peux l'envoyer. Sois tranquille. Elle est bien. +Vous aviez ? Nous avons toujours, nous, dans nos poches, +Des épîtres à des Chloris... de nos caboches, +Car nous sommes ceux-là qui pour amante n'ont +Que du rêve soufflé dans la bulle d'un nom ! +Prends, et tu changeras en vérités ces feintes ; +Je lançais au hasard ces aveux et ces plaintes : +Tu verras se poser tous ces oiseaux errants. +Tu verras que je fus dans cette lettre -- prends ! -- +D'autant plus éloquent que j'étais moins sincère ! +-- Prends donc, et finissons ! N'est-il pas nécessaire +De changer quelques mots ? Écrite en divaguant, +Ira-t-elle à Roxane ? Elle ira comme un gant ! +Mais La crédulité de l'amour-propre est telle, +Que Roxane croira que c'est écrit pour elle ! +Ah ! mon ami ! Plus rien... Un silence de mort +Je n'ose regarder Hein ? Ah ! ... Oh ! C'est trop fort ! +Ouais ? Notre démon est doux comme un apôtre ! +Quand sur une narine on le frappe, -- il tend l'autre ! +On peut donc lui parler de son nez, maintenant ? +-- Eh ! Lise ! Tu vas voir ! Oh ! ... oh ! ... c'est surprenant ! +Quelle odeur ! Mais monsieur doit l'avoir reniflée ? +Qu'est-ce que cela sent ici ? La giroflée ! +Et puis, elle est partie avec un mousquetaire ! +Seul, ruiné, je me pends. J'avais quitté la terre. +Monsieur de Bergerac entre, et, me dépendant, +Me vient à sa cousine offrir comme intendant. +Mais comment expliquer cette ruine où vous êtes ? +Lise aimait les guerriers, et j'aimais les poètes ! +Mars mangeait les gâteaux qui laissait Apollon : +-- Alors, vous comprenez, cela ne fut pas long ! +Roxane, êtes-vous prête ? ... On nous attend ! Je passe +Une mante ! C'est là qu'on nous attend, en face. +Chez Clomire. Elle tient bureau, dans son réduit. +On y lit un discours sur le Tendre, aujourd'hui. +Sur le Tendre ? Mais oui ! Roxane, il faut descendre, +Ou nous allons manquer le discours sur le Tendre ! +Je viens ! La ! la ! la ! la ! On nous joue un morceau ? +Je vous dis que la croche est triple, triple sot ! +Vous savez donc, Monsieur, si les croches sont triples ? +Je suis musicien, comme tous les disciples +De Gassendi ! La ! la ! Je peux continuer ! +La ! la ! la ! la ! C'est vous ? Moi qui viens saluer +Vos lys, et présenter mes respects à vos roses ! +Je descends ! Qu'est-ce donc que ces deux virtuoses ? +C'est un pari que j'ai gagné sur d'Assoucy. +Nous discutions un point de grammaire. -- Non ! -- Si ! -- +Quand soudain me montrant ces deux grands escogriffes +Habiles à gratter les cordes de leurs griffes, +Et dont il fait toujours son escorte, il me dit : +"Je te parie un jour de musique !" Il perdit. +Jusqu'à ce que Phœbus recommence son orbe, +J'ai donc sur mes talons ces joueurs de théorbe, +De tout ce que je fais harmonieux témoins ! +Ce fut d'abord charmant, et ce l'est déjà moins. +Hep ! ... Allez de ma part jouer une pavane +À Montfleury ! Je viens demander à Roxane +Ainsi que chaque soir Jouez longtemps, -- et faux ! +Si l'ami de son âme est toujours sans défauts ? +Ah ! qu'il est beau, qu'il a d'esprit, et que je l'aime ! +Christian a tant d'esprit ? Mon cher, plus que vous-même ! +J'y consens. Il ne peut exister à mon goût +Plus fin diseur de ces jolis riens qui sont tout. +Parfois il est distrait, ses Muses sont absentes ; +Puis, tout à coup, il dit des choses ravissantes ! +Non ? C'est trop fort ! Voilà comme les hommes sont : +Il n'aura pas d'esprit puisqu'il est beau garçon ! +Il sait parler du cœur d'une façon experte ? +Mais il n'en parle pas, Monsieur, il en disserte ! +Il écrit ? Mieux encor ! Écoutez donc un peu : +Plus tu me prends de cœur, plus j'en ai ! Hé ! bien ? Peuh ! +Et ceci : Pour souffrir, puisqu'il m'en faut un autre, +Si vous gardez mon cœur, envoyez-moi le vôtre ! +Tantôt il en a trop et tantôt pas assez. +Qu'est-ce au juste qu'il veut, de cœur ? Vous m'agacez ! +C'est la jalousi' Hein ! d'auteur qui vous dévore ! +-- Et ceci, n'est-il pas du dernier tendre encore ? +Croyez que devers vous mon cœur ne fait qu'un cri, +Et que si les baisers s'envoyaient par écrit, +Madame, vous liriez ma lettre avec les lèvres ! +Ha ! ha ! ces lignes-là sont... hé ! hé ! mais bien mièvres ! +Et ceci Vous savez donc ses lettres par cœur ? +Toutes ! Il n'y a pas à dire : c'est flatteur ! +C'est un maître ! Oh ! ... un maître ! Un maître ! Soit ! ... un maître ! +Monsieur de Guiche ! Entrez ! ... car il vaut mieux, peut-être, +Qu'il ne vous trouve pas ici ; cela pourrait +Le mettre sur la piste Oui, de mon cher secret ! +Il m'aime, il est puissant, il ne faut pas qu'il sache ! +Il peut dans mes amours donner un coup de hache ! +Bien ! bien ! bien ! Je sortais. Je viens prendre congé. +Vous partez ? Pour la guerre. Ah ! Ce soir même. Ah ! J'ai +Des ordres. On assiège Arras. Ah... on assiège ? +Oui... Mon départ a l'air de vous laisser de neige. +Oh ! Moi, je suis navré. Vous reverrai-je ? ... Quand ? +-- Vous savez que je suis nommé mestre de camp ? +Bravo. Du régiment des gardes. Ah ? des gardes ? +Où sert votre cousin, l'homme aux phrases vantardes. +Je saurai me venger de lui, là-bas. Comment ! +Les gardes vont là-bas ? Tiens ! c'est mon régiment ! +Christian ! Qu'avez-vous ? Ce... départ... me désespère ! +Quand on tient à quelqu'un, le savoir à la guerre ! +Pour la première fois me dire un mot si doux, +Le jour de mon départ ! Alors, -- vous allez vous +Venger de mon cousin ? On est pour lui ? Non, -- contre ! +Vous le voyez ? Très peu. Partout on le rencontre +Avec un des cadets ce Neu... villen... viller +Un grand ? Blond. Roux. Beau ! Peuh ! Mais bête. Il en a l'air ! +Votre vengeance envers Cyrano ? -- c'est peut-être +De l'exposer au feu, qu'il adore ? ... Elle est piètre ! +Je sais bien, moi, ce qui lui serait sanglant ! C'est ? +Mais, si le régiment, en partant, le laissait +Avec ses chers cadets, pendant toute la guerre, +À Paris, bras croisés ! ... C'est la seule manière, +Un homme comme lui, de le faire enrager : +Vous voulez le punir ? privez-le de danger. +Une femme ! une femme ! il n'y a qu'une femme +Pour inventer ce tour ! Il se rongera l'âme, +Et ses amis les poings, de n'être pas au feu : +Et vous serez vengé ! Vous m'aimez donc un peu ? +Je veux voir dans ce fait d'épouser ma rancune +Une preuve d'amour, Roxane ! C'en est une. +J'ai les ordres sur moi qui vont être transmis +À chaque compagnie, a l'instant mêm', hormis +Celui-ci ! C'est celui des cadets. Je le garde. +Ah ! ah ! ah ! Cyrano ! ... Son humeur bataillarde ! +-- Vous jouez donc des tours aux gens, vous ? Quelquefois. +Vous m'affolez ! Ce soir -- écoutez -- oui, je dois +Être parti. Mais fuir quand je vous sens émue ! +Écoutez. Il y a, près d'ici, dans la rue +D'Orléans, un couvent fondé par le syndic +Des capucins, le Père Athanase. Un laïc +N'y peut entrer. Mais les bons Pères, je m'en charge ! +Il peuvent me cacher dans leur manche : elle est large. +-- Ce sont les capucins qui servent Richelieu +Chez lui ; redoutant l'oncle, ils craignent le neveu. +-- On me croira parti. Je viendrai sous le masque. +Laissez-moi retarder d'un jour, chère fantasque ! +Mais si cela s'apprend, votre gloire Bah ! Mais +Le siège, Arras Tant pis ! Permettez ! Non ! Permets ! +Je dois vous le défendre ! Ah ! Partez ! Christian reste. +Je vous veux héroïque, -- Antoine ! Mot céleste ! +Vous aimez donc celui ? Pour lequel j'ai frémi. +Ah ! je pars ! Êtes-vous contente ? Oui, mon ami ! +Oui, mon ami ! Taisons ce que je viens de faire : +Cyrano m'en voudrait de lui voler sa guerre ! +Cousin ! Nous allons chez Clomire. Alcandre y doit +Parler, et Lysimon ! Oui ! mais mon petit doigt +Dit qu'on va les manquer ! Ne manquez pas ces singes. +Oh, voyez ! le heurtoir est entouré de linges ! +On vous a bâillonné pour que votre métal +Ne troublât pas les beaux discours, -- petit brutal ! +Entrons ! Si Christian vient, comme je le présume, +Qu'il m'attende ! Ah ! Sur quoi, selon votre coutume, +Comptez-vous aujourd'hui l'interroger ! Sur Sur ? +Mais vous serez muet, là-dessus ! Comme un mur. +Sur rien ! ... Je vais lui dire : Allez ! Partez sans bride ! +Improvisez. Parlez d'amour. Soyez splendide ! +Bon. Chut ! Chut ! Pas un mot ! En vous remerciant. +Il se préparerait ! Diable, non ! Chut ! Christian ! +Je sais tout ce qu'il faut. Prépare ta mémoire. +Voici l'occasion de se couvrir de gloire. +Ne perdons pas de temps. Ne prends pas l'air grognon. +Vite, rentrons chez toi, je vais t'apprendre Non ! +Hein ? Non ! J'attends Roxane ici. De quel vertige +Es-tu frappé ? Viens vite apprendre Non, te dis-je ! +Je suis las d'emprunter mes lettres, mes discours, +Et de jouer ce rôle, et de trembler toujours ! +C'était bon au début ! Mais je sens qu'elle m'aime ! +Merci. Je n'ai plus peur. Je vais parler moi-même. +Ouais ! Et qui te dit que je ne saurais pas ? +Je ne suis pas si bête à la fin ! Tu verras ! +Mais, mon cher, tes leçons m'ont été profitables. +Je saurai parler seul ! Et, de par tous les diables, +Je saurai bien toujours la prendre dans mes bras ! +-- C'est elle ! Cyrano, non, ne me quitte pas ! +Parlez tout seul, Monsieur. Barthénoïde ! -- Alcandre ! +-- Grémione ! On a manqué le discours sur le Tendre ! +Urimédonte ! ... Adieu ! C'est vous ! Le soir descend. +Attendez. Ils sont loin. L'air est doux. Nul passant. +Asseyons-nous. Parlez. J'écoute. Je vous aime. +Oui, parlez-moi d'amour. Je t'aime. C'est le thème. +Brodez, brodez. Je vous Brodez ! Je t'aime tant. +Sans doute ! Et puis ? Et puis... je serais si content +Si vous m'aimiez ! -- Dis-moi, Roxane, que tu m'aimes ! +Vous m'offrez du brouet quand j'espérais des crèmes ! +Dites un peu comment vous m'aimez ? Mais... beaucoup. +Oh ! ... Délabyrinthez vos sentiments ! Ton cou ! +Je voudrais l'embrasser ! Christian ! Je t'aime ! Encore ! +Non ! je ne t'aime pas ! C'est heureux ! Je t'adore ! +Oh ! Oui... je deviens sot ! Et cela me déplaît ! +Comme il me déplairait que vous devinssiez laid. +Mais Allez rassembler votre éloquence en fuite ! +Je Vous m'aimez, je sais. Adieu. Pas tout de suite ! +Je vous dirai Que vous m'adorez... oui, je sais. +Non ! Non ! Allez-vous-en ! Mais je C'est un succès. +Au secours ! Non monsieur. Je meurs si je ne rentre +En grâce, à l'instant même Et comment puis-je, diantre ! +Vous faire à l'instant même, apprendre ? Oh ! là, tiens, vois ! +Sa fenêtre ! Je vais mourir ! Baissez la voix ! +Mourir ! La nuit est noire Eh ! bien ? C'est réparable. +Vous ne méritez pas... Mets-toi là, misérable ! +Là, devant le balcon ! Je me mettrai dessous +Et je te soufflerai tes mots. Mais Taisez-vous ! +Hep ! Chut ! Nous venons de donner la sérénade +À Montfleury ! Allez-vous mettre en embuscade +L'un à ce coin de rue, et l'autre à celui-ci ; +Et si quelque passant gênant vient par ici, +Jouez un air ! Quel air, monsieur le gassendiste ? +Joyeux pour une femme, et pour un homme, triste ! +Appelle-la ! Roxane ! Attends ! Quelques cailloux. +Qui donc m'appelle ? Moi. Qui, moi ? Christian. C'est vous ? +Je voudrais vous parler. Bien. Bien. Presque à voix basse. +Non ! Vous parlez trop mal. Allez-vous-en ! De grâce ! +Non ! Vous ne m'aimez plus ! M'accuser, -- justes dieux ! -- +De n'aimer plus... quand... j'aime plus ! Tiens ! mais c'est mieux ! +L'amour grandit bercé dans mon âme inquiète +Que ce... cruel marmot prit pour... barcelonnette ! +C'est mieux ! -- Mais, puisqu'il est cruel, vous fûtes sot +De ne pas, cet amour, l'étouffer au berceau ! +Aussi l'ai-je tenté, mais... tentative nulle : +Ce nouveau-né, Madame, est un petit Hercule. +C'est mieux ! De sorte qu'il... strangula comme rien +Les deux serpents... Orgueil et... Doute. Ah ! c'est très bien. +-- Mais pourquoi parlez-vous de façon peu hâtive ? +Auriez-vous donc la goutte à l'imaginative ? +Chut ! Cela devient trop difficile ! Aujourd'hui +Vos mots sont hésitants. Pourquoi ? C'est qu'il fait nuit, +Dans cette ombre, à tâtons, ils cherchent votre oreille. +Les miens n'éprouvent pas difficulté pareille. +Ils trouvent tout de suite ? Oh ! cela va de soi, +Puisque c'est dans mon cœur, eux, que je les reçois ; +Or, moi, j'ai le cœur grand, vous, l'oreille petite. +D'ailleurs vos mots à vous, descendent : ils vont vite. +Les miens montent, Madame : il leur faut plus de temps ! +Mais ils montent bien mieux depuis quelques instants. +De cette gymnastique, ils ont pris l'habitude ! +Je vous parle, en effet, d'une vraie altitude ! +Certe, et vous me tueriez si de cette hauteur +Vous me laissiez tomber un mot dur sur le cœur ! +Je descends. Non ! Grimpez sur le banc, alors, vite ! +Non ! Comment... non ? Laissez un peu que l'on profite +De cette occasion qui s'offre... de pouvoir +Se parler doucement, sans se voir. Sans se voir ? +Mais oui, c'est adorable. On se devine à peine. +Vous voyez la noirceur d'un long manteau qui traîne, +J'aperçois la blancheur d'une robe d'été : +Moi je ne suis qu'une ombre, et vous qu'une clarté ! +Vous ignorez pour moi ce que sont ces minutes ! +Si quelquefois je fus éloquent Vous le fûtes ! +Mon langage jamais jusqu'ici n'est sorti +De mon vrai cœur Pourquoi ? Parce que... jusqu'ici +Je parlais à travers Quoi ? le vertige où tremble +Quiconque est sous vos yeux ! ... Mais, ce soir, il me semble +Que je vais vous parler pour la première fois ! +C'est vrai que vous avez une tout autre voix. +Oui, tout autre, car dans la nuit qui me protège +J'ose être enfin moi-même, et j'ose Où en étais-je ? +Je ne sais... tout ceci, -- pardonnez mon émoi, -- +C'est si délicieux, c'est si nouveau pour moi ! +Si nouveau ? Si nouveau... mais oui... d'être sincère : +La peur d'être raillé, toujours au cœur me serre +Raillé de quoi ? Mais de... d'un élan ! ... Oui, mon cœur +Toujours, de mon esprit s'habille, par pudeur : +Je pars pour décrocher l'étoile, et je m'arrête +Par peur du ridicule, à cueillir la fleurette ! +La fleurette a du bon. Ce soir, dédaignons-la ! +Vous ne m'aviez jamais parlé comme cela ! +Ah ! si loin des carquois, des torches et des flèches, +On se sauvait un peu vers des choses... plus fraîches ! +Au lieu de boire goutte à goutte, en un mignon +Dé à coudre d'or fin, l'eau fade du Lignon, +Si l'on tentait de voir comment l'âme s'abreuve +En buvant largement à même le grand fleuve ! +Mais l'esprit ? J'en ai fait pour vous faire rester +D'abord, mais maintenant ce serait insulter +Cette nuit, ces parfums, cette heure, la Nature, +Que de parler comme un billet doux de Voiture ! +-- Laissons, d'un seul regard de ses astres, le ciel +Nous désarmer de tout notre artificiel : +Je crains tant que parmi notre alchimie exquise +Le vrai du sentiment ne se volatilise, +Que l'âme ne se vide à ces passe-temps vains, +Et que le fin du fin ne soit la fin des fins ! +Mais l'esprit ? Je le hais dans l'amour ! C'est un crime +Lorsqu'on aime de trop prolonger cette escrime ! +Le moment vient d'ailleurs inévitablement, +-- Et je plains ceux pour qui ne vient pas ce moment ! -- +Où nous sentons qu'en nous une amour noble existe +Que chaque joli mot que nous disons rend triste ! +Eh bien ! si ce moment est venu pour nous deux, +Quels mots me direz-vous ? Tous ceux, tous ceux, tous ceux +Qui me viendront, je vais vous les jeter, en touffe, +Sans les mettre en bouquet : je vous aime, j'étouffe, +Je t'aime, je suis fou, je n'en peux plus, c'est trop ; +Ton nom est dans mon cœur comme dans un grelot, +Et comme tout le temps, Roxane, je frissonne, +Tout le temps, le grelot s'agite, et le nom sonne ! +De toi, je me souviens de tout, j'ai tout aimé : +Je sais que l'an dernier, un jour, le douze mai, +Pour sortir le matin tu changeas de coiffure ! +J'ai tellement pris pour clarté ta chevelure +Que, comme lorsqu'on a trop fixé le soleil, +On voit sur toute chose ensuite un rond vermeil, +Sur tout, quand j'ai quitté les feux dont tu m'inondes, +Mon regard ébloui pose des taches blondes ! +Oui, c'est bien de l'amour Certes, ce sentiment +Qui m'envahit, terrible et jaloux, c'est vraiment +De l'amour, il en a toute la fureur triste ! +De l'amour, -- et pourtant il n'est pas égoïste ! +Ah ! que pour ton bonheur je donnerais le mien, +Quand même tu devrais n'en savoir jamais rien, +S'il se pouvait, parfois, que de loin, j'entendisse +Rire un peu le bonheur né de mon sacrifice ! +-- Chaque regard de toi suscite une vertu +Nouvelle, une vaillance en moi ! Commences-tu +À comprendre, à présent ? voyons, te rends-tu compte ? +Sens-tu mon âme, un peu, dans cette ombre, qui monte ? +Oh ! mais vraiment, ce soir, c'est trop beau, c'est trop doux ! +Je vous dis tout cela, vous m'écoutez, moi, vous ! +C'est trop ! Dans mon espoir même le moins modeste, +Je n'ai jamais espéré tant ! Il ne me reste +Qu'à mourir maintenant ! C'est à cause des mots +Que je dis qu'elle tremble entre les bleus rameaux ! +Car vous tremblez, comme une feuille entre les feuilles ! +Car tu trembles ! car j'ai senti, que tu le veuilles +Ou non, le tremblement adoré de ta main +Descendre tout le long des branches du jasmin ! +Oui, je tremble, et je pleure, et je t'aime, et suis tienne ! +Et tu m'as enivrée ! Alors, que la mort vienne ! +Cette ivresse, c'est moi, moi, qui l'ai su causer ! +Je ne demande plus qu'une chose Un baiser ! +Hein ? Oh ! Vous demandez ? Oui... je Tu vas trop vite. +Puisqu'elle est si troublée, il faut que j'en profite ! +Oui, je... j'ai demandé, c'est vrai... mais justes cieux ! +Je comprends que je fus bien trop audacieux. +Vous n'insistez pas plus que cela ? Si ! j'insiste +Sans insister ! ... Oui, oui ! votre pudeur s'attriste ! +Eh bien ! mais, ce baiser... ne me l'accordez pas ! +Pourquoi ? Tais-toi, Christian ! Que dites-vous tout bas ? +Mais d'être allé trop loin, moi-même je me gronde ; +Je me disais : tais toi, Christian ! Une seconde ! +On vient ! Air triste ? Air gai ? ... Quel est donc leur dessein ? +Est-ce un homme ? Une femme ? -- Ah ! c'est un capucin ! +Quel est ce jeu renouvelé de Diogène ? +Je cherche la maison de madame Il nous gêne ! +Magdeleine Robin Que veut-il ? Par ici ! +Tout droit, -- toujours tout droit Je vais pour vous ! -- Merci +Dire mon chapelet jusqu'au grain majuscule. +Bonne chance ! Mes vœux suivent votre cuculle ! +Obtiens-moi ce baiser ! Non ! Tôt ou tard ! C'est vrai ! +Il viendra, ce moment de vertige enivré +Où vos bouches iront l'une vers l'autre, à cause +De ta moustache blonde et de sa lèvre rose ! +J'aime mieux que ce soit à cause de C'est vous ? +Nous parlions de... de... d'un Baiser ! Le mot est doux. +Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l'ose ; +S'il la brûle déjà, que sera-ce la chose ? +Ne vous en faites pas un épouvantement : +N'avez-vous pas tantôt, presque insensiblement, +Quitté le badinage et glissé sans alarmes +Du sourire au soupir, et du soupir aux larmes ! +Glissez encore un peu d'insensible façon : +Des larmes au baiser il n'y a qu'un frisson ! +Taisez-vous ! Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce ? +Un serment fait d'un peu plus près, une promesse +Plus précise, un aveu qui veut se confirmer, +Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer ; +C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, +Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, +Une communion ayant un goût de fleur, +Une façon d'un peu se respirer le cœur, +Et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme ! +Taisez-vous ! Un baiser, c'est si noble, Madame, +Que la reine de France, au plus heureux des lords, +En a laissé prendre un, la reine même ! Alors ! +J'eus comme Buckingham des souffrances muettes, +J'adore comme lui la reine que vous êtes, +Comme lui je suis triste et fidèle Et tu es +Beau comme lui ! C'est vrai, je suis beau, j'oubliais ! +Eh bien ! montez cueillir cette fleur sans pareille +Monte ! Ce goût de cœur Monte ! Ce bruit d'abeille +Monte ! Mais il me semble, à présent, que c'est mal ! +Cet instant d'infini ! Monte donc, animal ! +Ah, Roxane ! Aïe ! au cœur, quel pincement bizarre ! +-- Baiser, festin d'amour dont je suis le Lazare ! +Il me vient dans cette ombre une miette de toi, -- +Mais oui, je sens un peu mon cœur qui te reçoit, +Puisque sur cette lèvre où Roxane se leurre +Elle baise les mots que j'ai dits tout à l'heure ! +Un air triste, un air gai : le capucin ! Holà ! +Qu'est ce ? Moi. Je passais... Christian est encor là ? +Tiens Cyrano ! Bonjour, cousin ! Bonjour, cousine ! +Je descends ! Oh ! encor ! C'est ici, -- je m'obstine -- +Magdeleine Robin ! Vous aviez dit : Ro-lin. +Non : Bin. B, i, n, bin ! Qu'est-ce ? Une lettre. Hein ? +Oh ! il ne peut s'agir que d'une sainte chose ! +C'est un digne seigneur qui C'est De Guiche ! Il ose ? +Oh ! mais il ne va pas m'importuner toujours ! +Je t'aime, et si Mademoiselle, Les tambours +Battent ; mon régiment boucle sa soubreveste ; +Il part ; moi, l'on me croit déjà parti : je reste. +Je vous désobéis. Je suis dans ce couvent. +Je vais venir, et vous le mande auparavant +Par un religieux simple comme une chèvre +Qui ne peut rien comprendre à ceci. Votre lèvre +M'a trop souri tantôt : j'ai voulu la revoir. +Éloignez un chacun, et daignez recevoir +L'audacieux déjà pardonné, je l'espère, +Qui signe votre très... et cætera Mon Père, +Voici ce que me dit cette lettre. Écoutez : +Mademoiselle, Il faut souscrire aux volontés +Du cardinal, si dur que cela vous puisse être. +C'est la raison pourquoi j'ai fait choix, pour remettre +Ces lignes en vos mains charmantes, d'un très saint, +D'un très intelligent et discret capucin ; +Nous voulons qu'il vous donne, et dans votre demeure, +La bénédiction nuptiale sur l'heure. +Christian doit en secret devenir votre époux ; +Je vous l'envoie. Il vous déplaît. Résignez-vous. +Songez bien que le ciel bénira votre zèle, +Et tenez pour tout assuré, Mademoiselle, +Le respect de celui qui fut et qui sera +Toujours votre très humble et très... et cætera. +Digne seigneur ! ... Je l'avais dit. J'étais sans crainte ! +Il ne pouvait s'agir que d'une chose sainte ! +N'est-ce pas que je lis très bien les lettres ? Hum ! +Ah ! ... c'est affreux ! C'est vous ? C'est moi ! Mais Post-scriptum : +Donnez pour le couvent cent vingt pistoles. Digne, +Digne seigneur ! Résignez-vous ? Je me résigne ! +Vous, retenez ici De Guiche ! Il va venir ! +Qu'il n'entre pas tant que Compris ! Pour les bénir +Il vous faut ? Un quart d'heure. Allez ! moi, je demeure ! +Viens ! Comment faire perdre à De Guiche un quart d'heure. +Là ! ... Grimpons ! ... J'ai mon plan ! Ho ! c'est un homm' ! Ho ! ho ! +Cette fois, c'en est un ! Non, ce n'est pas trop haut ! +Je vais légèrement troubler cette atmosphère ! +Qu'est-ce que ce maudit capucin peut bien faire ? +Diable ! Et ma voix ? ... S'il la reconnaissait ? Cric ! Crac ! +Cyrano, reprenez l'accent de Bergerac ! +Oui, c'est là. J'y vois mal. Ce masque m'importune ! +Hein ? quoi ? D'où tombe donc cet homme ? De la lune ! +De la ? Quelle heure est-il ? N'a-t-il plus sa raison ? +Quelle heure ? Quel pays ? Quel jour ? Quelle saison ? +Mais Je suis étourdi ! Monsieur Comme une bombe +Je tombe de la lune ! Ah ça ! Monsieur ! J'en tombe ! +Soit ! soit ! vous en tombez ! ... c'est peut-être un dément ! +Et je n'en tombe pas métaphoriquement ! +Mais Il y a cent ans, ou bien une minute, +-- J'ignore tout à fait ce que dura ma chute ! -- +J'étais dans cette boule à couleur de safran ! +Oui. Laissez-moi passer ! Où suis-je ? soyez franc ! +Ne me déguisez rien ! En quel lieu, dans quel site, +Viens-je de choir, Monsieur, comme un aérolithe ? +Morbleu ! Tout en cheyant je n'ai pu faire choix +De mon point d'arrivée, -- et j'ignore où je chois ! +Est-ce dans une lune ou bien dans une terre, +Que vient de m'entraîner le poids de mon postère ? +Mais je vous dis, Monsieur Ha ! grand Dieu ! ... je crois voir +Qu'on a dans ce pays le visage tout noir ! +Comment ? Suis-je en Alger ? Êtes-vous indigène ? +Ce masque ! Je suis donc dans Venise, ou dans Gêne ? +Une dame m'attend ! Je suis donc à Paris. +Le drôle est assez drôle ! Ah ! vous riez ? Je ris, +Mais veux passer ! C'est à Paris que je retombe ! +J'arrive -- excusez-moi ! -- par la dernière trombe. +Je suis un peu couvert d'éther. J'ai voyagé ! +J'ai les yeux tout remplis de poudre d'astres. J'ai +Aux éperons, encor, quelques poils de planète ! +Tenez, sur mon pourpoint, un cheveu de comète ! +Monsieur ! Dans mon mollet je rapporte une dent +De la Grande Ourse, -- et comme, en frôlant le Trident, +Je voulais éviter une de ses trois lances, +Je suis allé tomber assis dans les Balances, -- +Dont l'aiguille, à présent, là-haut, marque mon poids ! +Si vous serriez mon nez, Monsieur, entre vos doigts, +Il jaillirait du lait ! Hein ? du lait ? De la Voie +Lactée ! Oh ! Par l'enfer ! C'est le ciel qui m'envoie ! +Non ! croiriez-vous, je viens de le voir en tombant, +Que Sirius, la nuit, s'affuble d'un turban ? +L'autre Ourse est trop petite encor pour qu'elle morde ! +J'ai traversé la Lyre en cassant une corde ! +Mais je compte en un livre écrire tout ceci, +Et les étoiles d'or qu'en mon manteau roussi +Je viens de rapporter à mes périls et risques, +Quand on l'imprimera, serviront d'astérisques ! +À la parfin, je veux Vous, je vous vois venir ! +Monsieur ! Vous voudriez de ma bouche tenir +Comment la lune est faite, et si quelqu'un habite +Dans la rotondité de cette cucurbite ? +Mais non ! Je veux Savoir comment j'y suis monté. +Ce fut par un moyen que j'avais inventé. +C'est un fou ! Je n'ai pas refait l'aigle stupide +De Regiomontanus, ni le pigeon timide +D'Archytas ! C'est un fou, -- mais c'est un fou savant. +Non, je n'imitai rien de ce qu'on fit avant ! +J'inventai six moyens de violer l'azur vierge ! +Six ? Je pouvais, mettant mon corps nu comme un cierge, +La caparaçonner de fioles de cristal +Toutes pleines des pleurs d'un ciel matutinal, +Et ma personne, alors, au soleil exposée, +L'astre l'aurait humée en humant la rosée ! +Tiens ! Oui, cela fait un ! Et je pouvais encor +Faire engouffrer du vent, pour prendre mon essor, +En raréfiant l'air dans un coffre de cèdre +Par des miroirs ardents, mis en icosaèdre ! +Deux ! Ou bien, machiniste autant qu'artificier, +Sur une sauterelle aux détentes d'acier, +Me faire, par des feux successifs de salpêtre, +Lancer dans les prés bleus où les astres vont paître ! +Trois ! Puisque la fumée a tendance à monter, +En souffler dans un globe assez pour m'emporter ! +Quatre ! Puisque Phœbé, quand son arc est le moindre, +Aime sucer, ô bœufs, votre moelle... m'en oindre ! +Cinq ! Enfin, me plaçant sur un plateau de fer, +Prendre un morceau d'aimant et le lancer en l'air ! +Ça, c'est un bon moyen : le fer se précipite, +Aussitôt que l'aimant s'envole, à sa poursuite ; +On relance l'aimant bien vite, et cadédis ! +On peut monter ainsi indéfiniment. Six ! +-- Mais voilà six moyens excellents ! ... Quel système +Choisîtes-vous des six, Monsieur ? Un septième ! +Par exemple ! Et lequel ? Je vous le donne en cent ! +C'est que ce mâtin-là devient intéressant ! +Houüh ! houüh ! Eh bien ! Vous devinez ? Non ! La marée ! +À l'heure où l'onde par la lune est attirée, +Je me mis sur la sable -- après un bain de mer -- +Et la tête partant la première, mon cher, +-- Car les cheveux, surtout, gardent l'eau dans leur frange ! -- +Je m'enlevai dans l'air, droit, tout droit, comme un ange. +Je montais, je montais doucement, sans efforts, +Quand je sentis un choc ! ... Alors Alors ? Alors +Le quart d'heure est passé, Monsieur, je vous délivre : +Le mariage est fait. Çà, voyons, je suis ivre ! +Cette voix ? Et ce nez -- Cyrano ? Cyrano. +-- Ils viennent à l'instant d'échanger leur anneau. +Qui cela ? Ciel ! Vous ? Lui ? Vous êtes des plus fines ! +Mes compliments, Monsieur l'inventeur des machines : +Votre récit eût fait s'arrêter au portail +Du paradis, un saint ! Notez-en le détail, +Car vraiment cela peut resservir dans un livre ! +Monsieur, c'est un conseil que je m'engage à suivre. +Un beau couple, mon fils, réuni là par vous ! +Oui. Veuillez dire adieu, Madame, à votre époux. +Comment ? Le régiment déjà se met en route. +Joignez-le ! Pour aller à la guerre ? Sans doute ! +Mais, Monsieur, les cadets n'y vont pas ! Ils iront. +Voici l'ordre. Courez le porter, vous, baron. +Christian ! La nuit de noce est encore lointaine ! +Dire qu'il croit me faire énormément de peine ! +Oh ! tes lèvres encor ! Allons, voyons, assez ! +C'est dur de la quitter... Tu ne sais pas Je sais. +Le régiment qui part ! Oh ! ... je vous le confie ! +Promettez-moi que rien ne va mettre sa vie +En danger ! J'essaierai... mais ne peux cependant +Promettre Promettez qu'il sera très prudent ! +Oui, je tâcherai, mais Qu'à ce siège terrible +Il n'aura jamais froid ! Je ferai mon possible. +Mais Qu'il sera fidèle ! Eh oui ! sans doute, mais +Qu'il m'écrira souvent ! Ça, -- je vous le promets ! +C'est affreux ! Oui. Plus rien. Mordious ! Jure en sourdine ! +Tu vas les réveiller. Chut ! Dormez ! Qui dort dîne ! +Quand on a l'insomnie on trouve que c'est peu ! +Quelle famine ! Ah ! maugrébis des coups de feu ! +Ils vont me réveiller mes enfants ! Dormez ! Diantre ! +Encore ? Ce n'est rien ! C'est Cyrano qui rentre ! +Ventrebieu ! qui va là ? Bergerac ! Ventrebieu ! +Qui va là ? Bergerac, imbécile ! Ah ! grand Dieu ! +Chut ! Blessé ? Tu sais bien qu'ils ont pris l'habitude +De me manquer tous les matins ! C'est un peu rude, +Pour porter une lettre, à chaque jour levant, +De risquer ! J'ai promis qu'il écrirait souvent ! +Il dort. Il est pâli. Si la pauvre petite +Savait qu'il meurt de faim... Mais toujours beau ! Va vite +Dormir ! Ne grogne pas, Le Bret ! ... Sache ceci : +Pour traverser les rangs espagnols, j'ai choisi +Un endroit où je sais, chaque nuit, qu'ils sont ivres. +Tu devrais bien un jour nous rapporter des vivres. +Il faut être léger pour passer ! -- Mais je sais +Qu'il y aura ce soir du nouveau. Les Français +Mangeront ou mourront, -- si j'ai bien vu Raconte ! +Non. Je ne suis pas sûr... vous verrez ! Quelle honte, +Lorsqu'on est assiégeant, d'être affamé ! Hélas ! +Rien de plus compliqué que ce siège d'Arras : +Nous assiégeons Arras, -- nous-mêmes, pris au piège, +Le cardinal infant d'Espagne nous assiège +Quelqu'un devrait venir l'assiéger à son tour. +Je ne ris pas. Oh ! oh ! Penser que chaque jour +Vous risquez une vie, ingrat, comme la vôtre, +Pour porter Où vas-tu ? J'en vais écrire une autre. +La diane ! ... Hélas ! Sommeil succulent, tu prends fin ! +Je sais trop quel sera leur premier cri ! J'ai faim ! +Je meurs ! Oh ! Levez-vous ! Plus un pas ! Plus un geste ! +Ma langue est jaune : l'air du temps est indigeste ! +Mon tortil de baron pour un peu de Chester ! +Moi, si l'on ne veut pas fournir à mon gaster +De quoi m'élaborer une pinte de chyle, +Je me retire sous ma tente -- comme Achille ! +Oui, du pain ! Cyrano ! Nous mourons ! Au secours ! +Toi qui sais si gaiement leur répliquer toujours, +Viens les ragaillardir ! Qu'est-ce que tu grignotes ! +De l'étoupe à canon que dans les bourguignotes +On fait frire en la graisse à graisser les moyeux, +Les environs d'Arras sont très peu giboyeux ! +Moi, je viens de chasser ! J'ai pêché, dans la Scarpe ! +Quoi ! -- Que rapportez-vous ? -- Un faisan ? -- Une carpe ? -- +Vite, vite, montrez ! Un goujon ! Un moineau ! +Assez ! -- Révoltons-nous ! Au secours, Cyrano ! +Hein ? Pourquoi t'en vas-tu, toi, de ce pas qui traîne ? +J'ai quelque chose, dans les talons, qui me gêne ! +Et quoi donc ? L'estomac ! Moi de même, pardi ! +Cela doit te gêner ? Non, cela me grandit. +J'ai les dents longues ! Tu n'en mordras que plus large. +Mon ventre sonne creux ! Nous y battrons la charge. +Dans les oreilles, moi, j'ai des bourdonnements. +Non, non ; ventre affamé, pas d'oreilles : tu mens ! +Oh ! manger quelque chose, -- à l'huile ! Ta salade. +Qu'est-ce qu'on pourrait bien dévorer ? L'Iliade. +Le ministre, à Paris, fait ses quatre repas ! +Il devrait t'envoyer du perdreau ? Pourquoi pas ? +Et du vin ! Richelieu, du Bourgogne, if you please? +Par quelque capucin ! L'éminence qui grise ? +J'ai des faims d'ogre ! Eh ! bien ! ... tu croques le marmot ! +Toujours le mot, la pointe ! Oui, la pointe, le mot ! +Et je voudrais mourir, un soir, sous un ciel rose, +En faisant un bon mot, pour une belle cause ! +-- Oh ! frappé par la seule arme noble qui soit, +Et par un ennemi qu'on sait digne de soi, +Sur un gazon de gloire et loin d'un lit de fièvres, +Tomber la pointe au cœur en même temps qu'aux lèvres ! +J'ai faim ! Ah çà ! mais vous ne pensez qu'à manger ? +-- Approche, Bertrandou le fifre, ancien berger ; +Du double étui de cuir tire l'un de tes fifres, +Souffle, et joue à ce tas de goinfres et de piffres +Ces vieux airs du pays, au doux rythme obsesseur, +Dont chaque note est comme une petite sœur, +Dans lesquels restent pris des sons de voix aimées, +Ces airs dont la lenteur est celle des fumées +Que le hameau natal exhale de ses toits, +Ces airs dont la musique a l'air d'être en patois ! +Que la flûte, aujourd'hui, guerrière qui s'afflige, +Se souvienne un moment, pendant que sur sa tige +Tes doigts semblent danser un menuet d'oiseau, +Qu'avant d'être d'ébène, elle fut de roseau ; +Que sa chanson l'étonne, et qu'elle y reconnaisse +L'âme de sa rustique et paisible jeunesse ! +Écoutez, les Gascons... Ce n'est plus, sous ses doigts, +Le fifre aigu des camps, c'est la flûte des bois ! +Ce n'est plus le sifflet du combat, sous ses lèvres, +C'est le lent galoubet de nos meneurs de chèvres ! +Écoutez... C'est le val, la lande, la forêt, +Le petit pâtre brun sous son rouge béret, +C'est la verte douceur des soirs sur la Dordogne, +Écoutez, les Gascons : c'est toute la Gascogne ! +Mais tu les fais pleurer ! De nostalgie ! ... Un mal +Plus noble que la faim ! ... pas physique : moral ! +J'aime que leur souffrance ait changé de viscère, +Et que ce soit leur cœur, maintenant, qui se serre ! +Tu vas les affaiblir en les attendrissant ! +Laisse donc ! Les héros qu'ils portent dans leur sang +Sont vite réveillés ! Il suffit Hein ? ... Quoi ? ... Qu'est-ce ? +Tu vois, il a suffi d'un roulement de caisse ! +Adieu, rêves, regrets, vieille province, amour +Ce qui du fifre vient s'en va par le tambour ! +Ah ! Ah ! Voici monsieur de Guiche. Hou Murmure +Flatteur ! Il nous ennuie ! Avec, sur son armure, +Son grand col de dentelle, il vient faire le fier ! +Comme si l'on portait du linge sur du fer ! +C'est bon lorsque à son cou l'on a quelque furoncle ! +Encore un courtisan ! Le neveu de son oncle ! +C'est un Gascon pourtant ! Un faux ! ... Méfiez-vous ! +Parce que, les Gascons... ils doivent être fous : +Rien de plus dangereux qu'un Gascon raisonnable. +Il est pâle ! Il a faim... autant qu'un pauvre diable ! +Mais comme sa cuirasse a des clous de vermeil, +Sa crampe d'estomac étincelle au soleil ! +N'ayons pas l'air non plus de souffrir ! Vous, vos cartes, +Vos pipes et vos dés Et moi, je lis Descartes. +Ah ! -- Bonjour ! Il est vert. Il n'a plus que les yeux. +Voici donc les mauvaises têtes ? ... Oui, messieurs, +Il me revient de tous côtés qu'on me brocarde +Chez vous, que les cadets, noblesse montagnarde, +Hobereaux béarnais, barons périgourdins, +N'ont pour leur colonel pas assez de dédains, +M'appellent intrigant, courtisan, -- qu'il les gêne +De voir sur ma cuirasse un col en point de Gêne, -- +Et qu'ils ne cessent pas de s'indigner entre eux +Qu'on puisse être Gascon et ne pas être gueux ! +Vous ferai-je punir par votre capitaine ? +Non. D'ailleurs, je suis libre et n'inflige de peine +Ah ? J'ai payé ma compagnie, elle est à moi. +Je n'obéis qu'aux ordres de guerre. Ah ? ... Ma foi ! +Cela suffit. Je peux mépriser vos bravades. +On connaît ma façon d'aller aux mousquetades ; +Hier, à Bapaume, on vit la furie avec quoi +J'ai fait lâcher le pied au comte de Bucquoi ; +Ramenant sur ses gens les miens en avalanche, +J'ai chargé par trois fois ! Et votre écharpe blanche ? +Vous savez ce détail ? ... En effet, il advint, +Durant que je faisais ma caracole afin +De rassembler mes gens la troisième charge, +Qu'un remous de fuyards m'entraîna sur la marge +Des ennemis ; j'étais en danger qu'on me prît +Et qu'on m'arquebusât, quand j'eus le bon esprit +De dénouer et de laisser couler à terre +L'écharpe qui disait mon grade militaire ; +En sorte que je pus, sans attirer les yeux, +Quitter les Espagnols, et revenant sur eux, +Suivi de tous les miens réconfortés, les battre ! +-- Eh bien ! que dites-vous de ce trait ? Qu'Henri quatre +N'eût jamais consenti, le nombre l'accablant, +À se diminuer de son panache blanc. +L'adresse a réussi, cependant ! C'est possible. +Mais on n'abdique pas l'honneur d'être une cible. +Si j'eusse été présent quand l'écharpe coula +-- Nos courages, monsieur, diffèrent en cela -- +Je l'aurais ramassée et me la serais mise. +Oui, vantardise, encor, de gascon ! Vantardise ? +Prêtez-la-moi. Je m'offre à monter, dès ce soir, +À l'assaut, le premier, avec elle en sautoir. +Offre encor de gascon ! Vous savez que l'écharpe +Resta chez l'ennemi, sur les bords de la Scarpe, +En un lieu que depuis la mitraille cribla, -- +Où nul ne peut aller la chercher ! La voilà. +Merci. Je vais, avec ce bout d'étoffe claire, +Pouvoir faire un signal, -- que j'hésitais à faire. +Hein ! Cet homme, là-bas qui se sauve en courant ! +C'est un faux espion espagnol. Il nous rend +De grands services. Les renseignements qu'il porte +Aux ennemis sont ceux que je lui donne, en sorte +Que l'on peut influer sur leurs décisions. +C'est un gredin ! C'est très commode. Nous disions ? +-- Ah ! J'allais vous apprendre un fait. Cette nuit même, +Pour nous ravitailler tentant un coup suprême, +Le maréchal s'en fut vers Dourlens, sans tambours ; +Les vivandiers du Roi sont là ; par les labours +Il les joindra ; mais pour revenir sans encombre, +Il a pris avec lui des troupes en tel nombre +Que l'on aurait beau jeu, certe, en nous attaquant : +La moitié de l'armée est absente du camp ! +Oui, si les Espagnols savaient, ce serait grave. +Mais ils ne savent pas ce départ ? Ils le savent. +Ils vont nous attaquer. Ah ! Mon faux espion +M'est venu prévenir de leur agression. +Il ajouta : "J'en peux déterminer la place ; +Sur quel point voulez-vous que l'attaque se fasse ? +Je dirai que de tous c'est le moins défendu, +Et l'effort portera sur lui." -- J'ai répondu : +"C'est bon. Sortez du camp. Suivez des yeux la ligne : +Ce sera sur le point d'où je vous ferai signe." +Messieurs, préparez-vous ! C'est dans une heure. Ah ! ... bien ! +Il faut gagner du temps. Le maréchal revient. +Et pour gagner du temps ? Vous aurez l'obligeance +De vous faire tuer. Ah ! voilà la vengeance ? +Je ne prétendrai pas que si je vous aimais +Je vous eusse choisis vous et les vôtres, mais, +Comme à votre bravoure on n'en compare aucune, +C'est mon Roi que je sers en servant ma rancune. +Souffrez que je vous sois, monsieur, reconnaissant. +Je sais que vous aimez vous battre un contre cent. +Vous ne vous plaindrez pas de manquer de besogne. +Eh bien donc ! nous allons au blason de Gascogne, +Qui porte six chevrons, messieurs, d'azur et d'or, +Joindre un chevron de sang qui lui manquait encor ! +Christian ? Roxane ! Hélas ! Au moins, je voudrais mettre +Tout l'adieu de mon cœur dans une belle lettre ! +Je me doutais que ce serait pour aujourd'hui. +Et j'ai fait tes adieux. Montre ! Tu veux ? Mais oui ! +Tiens ! Quoi ? Ce petit rond ? Un rond ? C'est une larme ! +Oui... Poète, on se prend à son jeu, c'est le charme ! +Tu comprends... ce billet, -- c'était très émouvant : +Je me suis fait pleurer moi-même en l'écrivant. +Pleurer ? Oui... parce que... mourir n'est pas terrible. +Mais... ne plus la revoir jamais... voilà l'horrible ! +Car enfin je ne la nous ne la tu ne la +Donne-moi ce billet ! Ventrebieu, qui va là ? +Qu'est-ce ? Un carrosse ! Quoi ! Dans le camp ? -- Il y entre ! +-- Il a l'air de venir de chez l'ennemi ! -- Diantre ! +Tirez ! -- Non ! Le cocher a crié ! -- Crié quoi ? -- +Il a crié : Service du Roi ! Hein ? Du Roi ! +Chapeau bas, tous ! Du Roi ! -- Rangez-vous, vile tourbe, +Pour qu'il puisse décrire avec pompe sa courbe ! +Battez aux champs ! Baissez le marchepied ! Bonjour ! +Service du Roi ! Vous ? Mais du seul roi, l'Amour ! +Ah ! grand Dieu ! Vous ! Pourquoi ? C'était trop long, ce siège ! +Pourquoi ? Je te dirai ! Dieu ! La regarderai-je ? +Vous ne pouvez rester ici ! Mais si ! mais si ! +Voulez-vous m'avancer un tambour ? Là, merci ! +On a tiré sur mon carrosse ! Une patrouille ! +-- Il a l'air d'être fait avec une citrouille, +N'est-ce pas ? comme dans le conte, et les laquais +Avec des rats. Bonjour ! Vous n'avez pas l'air gais ! +-- Savez-vous que c'est loin, Arras ? Cousin, charmée ! +Ah çà ! comment ? Comment j'ai retrouvé l'armée ? +Oh ! mon Dieu, mon ami, mais c'est tout simple : j'ai +Marché tant que j'ai vu le pays ravagé. +Ah ! ces horreurs, il a fallu que je les visse +Pour y croire ! Messieurs, si c'est là le service +De votre Roi, le mien vaut mieux ! Voyons, c'est fou ! +Par où diable avez-vous bien pu passer ? Par où ? +Par chez les Espagnols. Ah ! qu'elles sont malignes ! +Comment avez-vous fait pour traverser leurs lignes ? +Cela dut être très difficile ! Pas trop. +J'ai simplement passé dans mon carrosse, au trot. +Si quelque hidalgo montrait sa mine altière, +Je mettais mon plus beau sourire à la portière, +Et ces messieurs étant, n'en déplaise aux Français, +Les plus galantes gens du monde, -- je passais ! +Oui, c'est un passe-port, certes, que ce sourire ! +Mais on a fréquemment dû vous sommer de dire +Où vous alliez ainsi, madame ? Fréquemment. +Alors je répondais : "Je vais voir mon amant." +-- Aussitôt l'Espagnol à l'air le plus féroce +Refermait gravement la porte du carrosse, +D'un geste de la main à faire envie au Roi +Relevait les mousquets déjà braqués sur moi, +Et superbe de grâce, à la fois, et de morgue, +L'ergot tendu sous la dentelle en tuyau d'orgue, +Le feutre au vent pour que la plume palpitât, +S'inclinait en disant : "Passez, señorita !" +Mais, Roxane J'ai dit : mon amant, oui... pardonne ! +Tu comprends, si j'avais dit : mon mari, personne +Ne m'eût laissé passer ! Mais Qu'avez-vous ? Il faut +Vous en aller d'ici ! Moi ? Bien vite ! Au plus tôt ! +Oui ! Mais comment ? C'est que Dans trois quarts d'heure ou quatre +Il vaut mieux Vous pourriez Je reste. On va se battre. +Oh ! non ! C'est mon mari ! Qu'on me tue avec toi ! +Mais quels yeux vous avez ! Je te dirai pourquoi ! +C'est un poste terribl' ! Hein ! terrible ? Et la preuve +C'est qu'il nous l'a donné ! Ah ! vous me vouliez veuve ? +Oh ! je vous jure ! Non ! Je suis folle à présent ! +Et je ne m'en vais plus ! -- D'ailleurs, c'est amusant. +Eh quoi ! la précieuse était une héroïne ? +Monsieur de Bergerac, je suis votre cousine. +Nous vous défendrons bien ! Je le crois, mes amis ! +Tout le camp sent l'iris ! Et j'ai justement mis +Un chapeau qui fera très bien dans la bataille ! +Mais peut-être est-il temps que le comte s'en aille : +On pourrait commencer. Ah ! c'en est trop ! Je vais +Inspecter mes canons, et reviens... Vous avez +Le temps encor : changez d'avis ! Jamais ! Roxane ! +Non ! Elle reste ! Un peigne ! -- Un savon ! -- Ma basane +Est trouée : une aiguille ! -- Un ruban ! -- Ton miroir ! -- +Mes manchettes ! -- Ton fer à moustache ! -- Un rasoir ! +Non ! rien ne me fera bouger de cette place ! +Peut-être siérait-il que je vous présentasse, +Puisqu'il en est ainsi, quelques de ces messieurs +Qui vont avoir l'honneur de mourir sous vos yeux. +Baron de Peyrescous de Colignac ! Madame +Baron de Casterac de Cahuzac. -- Vidame +De Malgouyre Estressac Lésbas d'Escarabiot. -- +Chevalier d'Antignac-Juzet. -- Baron Hillot +De Blagnac-Saléchan de Castel Crabioules +Mais combien avez-vous de noms, chacun ? Des foules ! +Ouvrez la main qui tient votre mouchoir. Pourquoi ? +Ma compagnie était sans drapeau ! Mais ma foi, +C'est le plus beau du camp qui flottera sur elle ! +Il est un peu petit. Mais il est en dentelle ! +Je mourrais sans regret ayant vu ce minois, +Si j'avais seulement dans le ventre une noix ! +Fi ! parler de manger lorsqu'une exquise femme ! +Mais l'air du camp est vif et, moi-même, m'affame : +Pâtés, chaud-froids, vins fins : -- mon menu, le voilà ! +-- Voulez-vous m'apporter tout cela ! Tout cela ! +Où le prendrions-nous, grand Dieu ? Dans mon carrosse. +Hein ? Mais il faut qu'on serve et découpe, et désosse ! +Regardez mon cocher d'un peu plus près, messieurs, +Et vous reconnaîtrez un homme précieux : +Chaque sauce sera, si l'on veut, réchauffée ! +C'est Ragueneau ! Oh ! Oh ! Pauvre gens ! Bonne fée ! +Messieurs ! Bravo ! Bravo ! Les Espagnols n'ont pas, +Quand passaient tant d'appas, vu passer le repas ! +Hum ! hum ! Christian ! Distraits par la galanterie +Ils n'ont pas vu la galantine ! Je t'en prie, +Un seul mot ! Et Vénus sut occuper leur œil +Pour que Diane en secret, pût passer son chevreuil ! +Je voudrais te parler ! Posez cela par terre ! +Vous, rendez-vous utile ? Un paon truffé ! Tonnerre ! +Nous n'aurons pas couru notre dernier hasard +Sans faire un gueuleton pardon ! un balthazar ! +Les coussins sont remplis d'ortolans ! Ah ! Viédaze ! +Des flacons de rubis ! -- Des flacons de topaze ! +Défaites cette nappe ! ... Eh ! hop ! Soyez léger ! +Chaque lanterne est un petit garde-manger ! +Il faut que je te parle avant que tu lui parles ! +Le manche de mon fouet est un saucisson d'Arles ! +Puisqu'on nous fait tuer, morbleu ! nous nous moquons +Du reste de l'armée ! -- Oui ! tout pour les Gascons ! +Et si De Guiche vient, personne ne l'invite ! +Là, vous avez le temps. -- Ne manger pas si vite ! -- +Buvez un peu. -- Pourquoi pleurez-vous ? C'est trop bon ! +Chut ! -- Rouge ou blanc ? -- Du pain pour monsieur de Carbon ! +-- Un couteau ! -- Votre assiette ! -- Un peu de croûte ? -- Encore ? +Je vous sers ! -- Du bourgogne ? -- Une aile ? Je l'adore ! +Vous ? Rien. Si ! ce biscuit, dans du muscat... deux doigts ! +Oh ! dites-moi pourquoi vous vîntes ? Je me dois +À ces malheureux... Chut ! Tout à l'heure ! De Guiche ! +Vite, cachez flacon, plat, terrine, bourriche ! +Hop ! -- N'ayons l'air de rien ! Toi, remonte d'un bond +Sur ton siège ! -- Tout est caché ? Cela sent bon. +To lo lo ! Qu'avez-vous, vous ? ... Vous êtes tout rouge ! +Moi ? ... Mais rien. C'est le sang. On va se battre : il bouge ! +Poum ... poum ... poum Qu'est cela ? Rien ! C'est une chanson ! +Une petite Vous êtes gai, mon garçon ! +L'approche du danger ! Capitaine ! je Peste ! +Vous avez bonne mine aussi ! Oh ! Il me reste +Un canon que j'ai fait porter là, dans ce coin, +Et vos hommes pourront s'en servir au besoin. +Charmante attention ! Douce sollicitude ! +Ah ça ! mais ils sont fous ! -- N'ayant pas l'habitude +Du canon, prenez garde au recul. Ah ! pffitt ! Mais ! +Le canon des Gascons ne recule jamais ! +Vous êtes gris ! ... De quoi ? De l'odeur de la poudre ! +Vite, à quoi daignez-vous, madame, vous résoudre ? +Je reste ! Fuyez ! Non ! Puisqu'il en est ainsi, +Qu'on me donne un mousquet ! Comment ? Je reste aussi. +Enfin, Monsieur ! voilà de la bravoure pure ! +Seriez-vous un Gascon malgré votre guipure ? +Quoi ! Je ne quitte pas une femme en danger. +Dis donc ! Je crois qu'on peut lui donner à manger ! +Des vivres ! Il en sort de sous toutes les vestes ! +Est-ce que vous croyez que je mange vos restes ? +Vous faites des progrès ! Je vais me battre à jeun ! +À jeung ! Il vient d'avoir l'accent ! Moi ? C'en est un ! +J'ai rangé mes piquiers, leur troupe est résolue ! +Acceptez-vous ma main pour passer leur revue ? +Parle vite ! Vivat ! Quel était ce secret ? +Dans le cas où Roxane Eh bien ? Te parlerait +Des lettres ? Oui, je sais ! Ne fais pas la sottise +De t'étonner De quoi ? Il faut que je te dise ! +Oh ! mon Dieu, c'est tout simple, et j'y pense aujourd'hui +En la voyant. Tu lui Parle vite ! Tu lui +As écrit plus souvent que tu ne crois. Hein ? Dame ! +Je m'en étais chargé : j'interprétais ta flamme ! +J'écrivais quelquefois sans te dire : j'écris ! +Ah ? C'est tout simple ! Mais comment t'y es-tu pris, +Depuis qu'on est bloqué pour ? Oh ! ... avant l'aurore +Je pouvais traverser Ah ! c'est tout simple encore ? +Et qu'ai-je écrit de fois par semaine ? ... Deux ? -- Trois ? -- +Quatre ? -- Plus. Tous les jours ? Oui, tous les jours. -- Deux fois. +Et cela t'enivrait, et l'ivresse était telle +Que tu bravais la mort Tais-toi ! Pas devant elle ! +Et maintenant, Christian ! Et maintenant, dis-moi +Pourquoi, par ces chemins effroyables, pourquoi +À travers tous ces rangs de soudards et de reîtres, +Tu m'a rejoint ici ? C'est à cause des lettres ! +Tu dis ? Tant pis pour vous si je cours ces dangers ! +Ce sont vos lettres qui m'ont grisée ! Ah ! songez +Combien depuis un mois vous m'en avez écrites, +Et plus belles toujours ! Quoi ! pour quelques petites +Lettres d'amour Tais-toi ! Tu ne peux pas savoir ! +Mon Dieu, je t'adorais, c'est vrai, depuis qu'un soir, +D'une voix que je t'ignorais, sous ma fenêtre, +Ton âme commença de se faire connaître +Eh bien ! tes lettres, c'est, vois-tu, depuis un mois, +Comme si tout le temps je l'entendais, ta voix +De ce soir-là, si tendre, et qui vous enveloppe ! +Tant pis pour toi, j'accours. La sage Pénélope +Ne fût pas demeurée à broder sous son toit, +Si le seigneur Ulysse eût écrit comme toi, +Mais pour le joindre, elle eût, aussi folle qu'Hélène, +Envoyé promener ses pelotons de laine ! +Mais Je lisais, je relisais, je défaillais, +J'étais à toi. Chacun de ces petits feuillets +Était comme un pétale envolé de ton âme. +On sent à chaque mot de ces lettres de flamme +L'amour puissant, sincère Ah ! sincère et puissant ? +Cela se sent, Roxane ? Oh ! si cela se sent ! +Et vous venez ? Je viens (ô mon Christian, mon maître ! +Vous me relèveriez si je voulais me mettre +À vos genoux, c'est donc mon âme que j'y mets, +Et vous ne pourrez plus la relever jamais !) +Je viens te demander pardon (et c'est bien l'heure +De demander pardon, puisqu'il se peut qu'on meure !) +De t'avoir fait d'abord, dans ma frivolité, +L'insulte de t'aimer pour ta seule beauté ! +Ah ! Roxane ! Et plus tard, mon ami, moins frivole, +-- Oiseau qui saute avant tout à fait qu'il s'envole, -- +Ta beauté m'arrêtant, ton âme m'entraînant, +Je t'aimais pour les deux ensemble ! Et maintenant ? +Eh bien ! toi-même enfin l'emporte sur toi-même, +Et ce n'est plus que pour ton âme que je t'aime ! +Ah ! Roxane ! Sois donc heureux. Car n'être aimé +Que pour ce dont on est un instant costumé, +Doit mettre un cœur avide et noble à la torture ; +Mais ta chère pensée efface ta figure, +Et la beauté par quoi tout d'abord tu me plus, +Maintenant j'y vois mieux... et je ne la vois plus ! +Oh ! Tu doutes encor d'une telle victoire ? +Roxane ! Je comprends, tu ne peux pas y croire, +À cet amour ? Je ne veux pas de cet amour ! +Moi, je veux être aimé plus simplement pour Pour +Ce qu'en vous elles ont aimé jusqu'à cette heure ? +Laissez-vous donc aimer d'une façon meilleure ! +Non ! c'était mieux avant ! Ah ! tu n'y entends rien ! +C'est maintenant que j'aime mieux, que j'aime bien ! +C'est ce qui te fait toi, tu m'entends, que j'adore ! +Et moins brillant Tais-toi ! Je t'aimerais encore ! +Si toute ta beauté tout d'un coup s'envolait +Oh ! ne dis pas cela ! Si, je le dis ! Quoi ? laid ? +Laid ! je le jure ! Dieu ! Et ta joie est profonde ? +Oui Qu'as-tu ? Rien. Deux mots à dire : une seconde +Mais ? À ces pauvres gens mon amour t'enleva : +Va leur sourire un peu puisqu'ils vont mourir... va ! +Cher Christian ! Cyrano ? Qu'est-ce ? Te voilà blême ! +Elle ne m'aime plus ! Comment ? C'est toi qu'elle aime ! +Non ! Elle n'aime plus que mon âme ! Non ! Si ! +C'est donc bien toi qu'elle aime, -- et tu l'aimes aussi ! +Moi ? Je le sais. C'est vrai. Comme un fou. Davantage. +Dis-le-lui ! Non ! Pourquoi ? Regarde mon visage ! +Elle m'aimerait laid ! Elle te l'a dit ! Là ! +Ah ! je suis bien content qu'elle t'ait dit cela ! +Mais va, va, ne crois pas cette chose insensée ! +-- Mon Dieu, je suis content qu'elle ait eu la pensée +De la dire, -- mais va, ne la prends pas au mot, +Va, ne deviens pas laid : elle m'en voudrait trop ! +C'est ce que je veux voir ! Non, non ! Qu'elle choisisse ! +Tu vas lui dire tout ! Non, non ! Pas ce supplice. +Je tuerais ton bonheur parce que je suis beau ? +C'est trop injuste ! Et moi, je mettrais au tombeau +Le tien parce que, grâce au hasard qui fait naître, +J'ai le don d'exprimer... ce que tu sens peut-être ? +Dis-lui tout ! Il s'obstine à me tenter, c'est mal ! +Je suis las de porter en moi-même un rival ! +Christian ! Notre union -- sans témoins -- clandestine, +-- Peut se rompre, -- si nous survivons ! Il s'obstine ! +Oui, je veux être aimé moi-même, ou pas du tout ! +-- Je vais voir ce qu'on fait, tiens ! Je vais jusqu'au bout +Du poste ; je reviens : parle, et qu'elle préfère +L'un de nous deux ! Ce sera toi ! Mais... je l'espère ! +Roxane ! Non ! Non ! Quoi ? Cyrano vous dira +Une chose importante Importante ? Il s'en va ! +Rien ! ... Il attache, -- oh ! Dieu ! vous devez le connaître ! -- +De l'importance à rien ! Il a douté peut-être +De ce que j'ai dit là ? ... J'ai vu qu'il a douté ! +Mais avez-vous bien dit, d'ailleurs, la vérité ? +Oui, oui, je l'aimerais même Le mot vous gêne +Devant moi ? Mais Il ne me fera pas de peine ! +-- Même laid ? Même laid ! Ah ! tiens, on a tiré ! +Affreux ? Affreux ! Défiguré ! Défiguré ! +Grotesque ? Rien ne peut me le rendre grotesque ! +Vous l'aimeriez encore ? Et davantage presque ! +Mon Dieu, c'est vrai, peut-être, et le bonheur est là ! +Je... Roxane... écoutez ! Cyrano ! Hein ? Chut ! Ah ! +Qu'avez vous ? C'est fini. Quoi ? Qu'est-ce encore ? On tire ? +C'est fini, jamais plus je ne pourrai le dire ! +Que se passe-t-il ? Rien ! Ces hommes ? Laissez-les ! +Mais qu'alliez-vous me dire avant ? Ce que j'allais +Vous dire ? ... rien, oh ! rien, je le jure, madame ! +Je jure que l'esprit de Christian, que son âme +Étaient sont les plus grands Étaient ? Ah ! C'est fini ! +Christian ! Le premier coup de feu de l'ennemi ! +C'est l'attaque ! Aux mousquets ! Christian ! Qu'on se dépêche ! +Christian ! Alignez-vous ! Christian ! Mesurez... mèche ! +Roxane ! J'ai tout dit. C'est toi qu'elle aime encor ! +Quoi, mon amour ? Baguette haute ! Il n'est pas mort ? +Ouvrez la charge avec les dents ! Je sens sa joue +Devenir froide, là, contre la mienne ! En joue ! +Une lettre sur lui ! Pour moi ! Ma lettre ! Feu ! +Mais, Roxane, on se bat ! Restez encore un peu. +Il est mort. Vous étiez le seul à le connaître. +-- N'est-ce pas que c'était un être exquis, un être +Merveilleux ? Oui, Roxane. Un poète inouï. +Adorable ? Oui, Roxane. Un esprit sublime ? Oui, +Roxane ! Un cœur profond, inconnu du profane, +Une âme magnifique et charmante ? Oui, Roxane ! +Il est mort ! Et je n'ai qu'à mourir aujourd'hui, +Puisque, sans le savoir, elle me pleure en lui ! +C'est le signal promis ! Des fanfares de cuivres ! +Les Français vont rentrer au camp avec des vivres ! +Tenez encore un peu ! Sur sa lettre, du sang, +Des pleurs ! Rendez-vous ! Non ! Le péril va croissant ! +Emportez-la ! Je vais charger ! Son sang ! ses larmes ! +Elle s'évanouit ! Tenez bon ! Bas les armes ! +Non ! Vous avez prouvé, Monsieur, votre valeur : +Fuyez en la sauvant ! Soit ! Mais on est vainqueur +Si vous gagnez du temps ! C'est bon ! Adieu, Roxane ! +Nous plions ! J'ai reçu deux coups de pertuisane ! +Hardi ! Reculès pas, drollos ! N'ayez pas peur ! +J'ai deux morts à venger : Christian et mon bonheur ! +Flotte, petit drapeau de dentelle à son chiffre ! +Toumbé dèssus ! Escrasas lous ! Un air de fifre ! +Ils montent le talus ! On va les saluer ! +Feu ! Feu ! Quels sont ces gens qui se font tous tuer ? +Sœur Claire a regardé deux fois comment allait +Sa cornette, devant la glace. C'est très laid. +Mais sœur Marthe a repris un pruneau de la tarte, +Ce matin : je l'ai vu. C'est très vilain, sœur Marthe. +Un tout petit regard ! Un tout petit pruneau ! +Je le dirai, ce soir, à monsieur Cyrano. +Non, il va se moquer ! Il dira que les nonnes +Sont très coquettes ! Très gourmandes ! Et très bonnes. +N'est-ce pas, Mère Marguerite de Jésus, +Qu'il vient, le samedi, depuis dix ans ! Et plus ! +Depuis que sa cousine à nos béguins de toile +Mêla le deuil mondain de sa coiffe de voile, +Qui chez nous vint s'abattre, il y a quatorze ans, +Comme un grand oiseau noir parmi les oiseaux blancs ! +Lui seul, depuis qu'elle a pris chambre dans ce cloître, +Sait distraire un chagrin qui ne veut pas décroître. +Il est si drôle ! -- C'est amusant quand il vient ! +-- Il nous taquine ! -- Il est gentil ! -- Nous l'aimons bien ! +-- Nous fabriquons pour lui des pâtes d'angélique ! +Mais enfin, ce n'est pas un très bon catholique ! +Nous le convertirons. Oui ! oui ! Je vous défends +De l'entreprendre encor sur ce point, mes enfants. +Ne le tourmentez pas : il viendrait moins peut-être ! +Mais... Dieu ! Rassurez-vous : Dieu doit bien le connaître. +Mais chaque samedi, quand il vient d'un air fier, +Il me dit en entrant : 'Ma sœur, j'ai fait gras, hier !' +Ah ! il vous dit cela ? ... Eh bien ! la fois dernière +Il n'avait pas mangé depuis deux jours ! Ma Mère ! +Il est pauvre. Qui vous l'a dit ? Monsieur Le Bret. +On ne le secourt pas ? Non, il se fâcherait. +-- Allons, il faut rentrer... Madame Madeleine, +Avec un visiteur, dans le parc se promène. +C'est le duc-maréchal de Grammont ? Oui, je crois. +Il n'était plus venu la voir depuis des mois ! +Il est très pris ! -- La cour ! -- Les camps ! Les soins du monde ! +Et vous demeurerez ici, vainement blonde, +Toujours en deuil ? Toujours. Aussi fidèle ? Aussi. +Vous m'avez pardonné ? Puisque je suis ici. +Vraiment c'était un être ? Il fallait le connaître ! +Ah ! Il fallait ? ... Je l'ai trop peu connu, peut-être ! +Et son dernier billet, sur votre cœur, toujours ? +Comme un doux scapulaire, il pend à ce velours. +Même mort, vous l'aimez ? Quelquefois il me semble +Qu'il n'est mort qu'à demi, que nos cœurs sont ensemble, +Et que son amour flotte, autour de moi, vivant ! +Est-ce que Cyrano vient vous voir ? Oui, souvent. +-- Ce vieil ami, pour moi, remplace les gazettes. +Il vient ; c'est régulier ; sous cet arbre où vous êtes +On place son fauteuil, s'il fait beau ; je l'attends +En brodant ; l'heure sonne ; au dernier coup, j'entends +-- Car je ne tourne plus même le front ! -- sa canne +Descendre le perron ; il s'assied ; il ricane +De ma tapisserie éternelle ; il me fait +La chronique de la semaine, et Tiens, Le Bret ! +Comment va notre ami ? Mal. Oh ! Il exagère ! +Tout ce que j'ai prédit : l'abandon, la misère ! +Ses épîtres lui font des ennemis nouveaux ! +Il attaque les faux nobles, les faux dévots, +Les faux braves, les plagiaires, -- tout le monde. +Mais son épée inspire une terreur profonde. +On ne viendra jamais à bout de lui. Qui sait ? +Ce que je crains, ce n'est pas les attaques, c'est +La solitude, la famine, c'est Décembre +Entrant à pas de loup dans son obscure chambre : +Voilà les spadassins qui plutôt le tueront ! +-- Il serre chaque jour, d'un cran, son ceinturon. +Son pauvre nez a pris des tons de vieil ivoire. +Il n'a plus qu'un petit habit de serge noire. +Ah ! celui-là n'est pas parvenu ! -- C'est égal, +Ne le plaignez pas trop. Monsieur le maréchal ! +Ne le plaignez pas trop : il a vécu sans pactes, +Libre dans sa pensée autant que dans ses actes. +Monsieur le duc ! Je sais, oui : j'ai tout ; il n'a rien +Mais je lui serrerais bien volontiers la main. +Adieu. Je vous conduis. Oui, parfois, je l'envie. +-- Voyez-vous, lorsqu'on a trop réussi sa vie, +On sent, -- n'ayant rien fait, mon Dieu, de vraiment mal ! -- +Mille petits dégoûts de soi, dont le total +Ne fait pas un remords, mais une gêne obscure ; +Et les manteaux de duc traînent dans leur fourrure, +Pendant que des grandeurs on monte les degrés, +Un bruit d'illusions sèches et de regrets, +Comme, quand vous montez lentement vers ces portes, +Votre robe de deuil traîne des feuilles mortes. +Vous voilà bien rêveur ? Eh ! oui ! Monsieur Le Bret ! +Vous permettez ? Un mot. C'est vrai : nul n'oserait +Attaquer votre ami ; mais beaucoup l'ont en haine ; +Et quelqu'un me disait, hier, au jeu, chez la Reine : +"Ce Cyrano pourrait mourir d'un accident." +Ah ? Oui. Qu'il sorte peu. Qu'il soit prudent. Prudent ! +Il va venir. Je vais l'avertir. Oui, mais ! Qu'est-ce ? +Ragueneau vient vous voir, Madame. Qu'on le laisse +Entrer. Il vient crier misère. Étant un jour +Parti pour être auteur, il devint tour à tour +Chantre Étuviste Acteur Bedeau Perruquier Maître +De théorbe Aujourd'hui que pourrait-il bien être ? +Ah ! Madame ! Monsieur ! Racontez vos malheurs +À Le Bret. Je reviens. Mais, Madame D'ailleurs, +Puisque vous êtes là, j'aime mieux qu'elle ignore ! +-- J'allais voir votre ami tantôt. J'étais encore +À vingt pas de chez lui... quand je le vois de loin, +Qui sort. Je veux le joindre. Il va tourner le coin +De la rue... et je cours... lorsque d'une fenêtre +Sous laquelle il passait -- est-ce un hasard ? ... peut-être ! -- +Un laquais laisse choir une pièce de bois. +Les lâches ! ... Cyrano ! J'arrive et je le vois +C'est affreux ! Notre ami, Monsieur, notre poète, +Je le vois, là, par terre, un grand trou dans la tête ! +Il est mort ? Non ! mais... Dieu ! je l'ai porté chez lui. +Dans sa chambre... Ah ! sa chambre ! il faut voir ce réduit ! +Il souffre ? Non, Monsieur, il est sans connaissance, +Un médecin ? Il en vint un par complaisance, +Mon pauvre Cyrano ! -- Ne disons pas cela +Tout d'un coup à Roxane ! -- Et ce docteur ? Il a +Parlé, -- je ne sais plus, -- de fièvre, de méninges ! +Ah ! si vous le voyiez -- la tête dans des linges ! +Courons vite ! -- Il n'y a personne à son chevet ! -- +C'est qu'il pourrait mourir, Monsieur, s'il se levait ! +Passons par là ! Viens, c'est plus court ! Par la chapelle ! +Monsieur Le Bret ! Le Bret s'en va quand on l'appelle ? +C'est quelque histoire encor de ce bon Ragueneau ! +Ah ! que ce dernier jour de septembre est donc beau ! +Ma tristesse sourit. Elle qu'Avril offusque, +Se laisse décider par l'automne, moins brusque. +Ah ! voici le fauteuil classique où vient s'asseoir +Mon vieil ami ! Mais c'est le meilleur du parloir ! +Merci, ma sœur. Il va venir. Là... l'heure sonne. +-- Mes écheveaux ! -- L'heure a sonné ? Ceci m'étonne ! +Serait-il en retard pour la première fois ? +La sœur tourière doit -- mon dé ? ... là, je le vois ! -- +L'exhorter à la pénitence. Elle l'exhorte ! +-- Il ne peut plus tarder. -- Tiens ! une feuille morte ! -- +D'ailleurs, rien ne pourrait. -- Mes ciseaux ? ... dans mon sac ! -- +L'empêcher de venir ! Monsieur de Bergerac. +Qu'est-ce que je disais ? Ah ! ces teintes fanées +Comment les rassortir ? Depuis quatorze années, +Pour la première fois, en retard ! Oui, c'est fou ! +J'enrage. Je fus mis en retard, vertuchou ! +Par ? Par une visite assez inopportune. +Ah ! oui ! quelque fâcheux ? Cousine, c'était une +Fâcheuse. Vous l'avez renvoyée ? Oui, j'ai dit : +Excusez-moi, mais c'est aujourd'hui samedi, +Jour où je dois me rendre en certaine demeure ; +Rien ne m'y fait manquer : repassez dans une heure ! +Eh bien ! cette personne attendra pour vous voir : +Je ne vous laisse pas partir avant ce soir. +Peut-être un peu plus tôt faudra-t-il que je parte. +Vous ne taquinez pas sœur Marthe ? Si ! Sœur Marthe ! +Approchez ! Ha ! ha ! ha ! Beaux yeux toujours baissés ! +Mais Oh ! Chut ! Ce n'est rien ! -- Hier, j'ai fait gras. Je sais. +C'est pour cela qu'il est si pâle ! Au réfectoire +Vous viendrez tout à l'heure, et je vous ferai boire +Un grand bol de bouillon... Vous viendrez ? Oui, oui, oui. +Ah ! vous êtes un peu raisonnable, aujourd'hui ! +Elle essaye de vous convertir ? Je m'en garde ! +Tiens, c'est vrai ! Vous toujours si saintement bavarde, +Vous ne me prêchez pas ? c'est étonnant, ceci ! +Sabre de bois ! Je veux vous étonner aussi ! +Tenez, je vous permets Ah ! la chose est nouvelle ? +De... de prier pour moi, ce soir, à la chapelle. +Oh ! oh ! Sœur Marthe est dans la stupéfaction ! +Je n'ai pas attendu votre permission. +Du diable si je peux jamais, tapisserie, +Voir ta fin ! J'attendais cette plaisanterie. +Les feuilles ! Elles sont d'un blond vénitien. +Regardez-les tomber. Comme elles tombent bien ! +Dans ce trajet si court de la branche à la terre, +Comme elles savent mettre une beauté dernière, +Et malgré leur terreur de pourrir sur le sol, +Veulent que cette chute ait la grâce d'un vol ! +Mélancolique, vous ? Mais pas du tout, Roxane ! +Allons, laissez tomber les feuilles de platane +Et racontez un peu ce qu'il y a de neuf. +Ma gazette ? Voici ! Ah ! Samedi, dix-neuf : +Ayant mangé huit fois du raisiné de Cette, +Le Roi fut pris de fièvre ; à deux coups de lancette +Son mal fut condamné pour lèse-majesté, +Et cet auguste pouls n'a plus fébricité ! +Au grand bal, chez la reine, on a brûlé, dimanche, +Sept cent soixante-trois flambeaux de cire blanche ; +Nos troupes ont battu, dit-on, Jean l'Autrichien ; +On a pendu quatre sorciers ; le petit chien +De madame d'Athis a dû prendre un clystère +Monsieur de Bergerac, voulez-vous bien vous taire ! +Lundi... rien. Lygdamire a changé d'amant. Oh ! +Mardi, toute la cour est à Fontainebleau. +Mercredi, la Montglat dit au comte de Fiesque : +Non ! Jeudi : Mancini, Reine de France, -- ou presque ! +Le vingt-cinq, la Montglat à de Fiesque dit : Oui ; +Et samedi, vingt-six Il est évanoui ? +Cyrano ! Qu'est-ce ? ... Quoi ? Non ! non ! je vous assure, +Ce n'est rien ! Laissez-moi ! Pourtant C'est ma blessure +D'Arras... qui... quelquefois... vous savez Pauvre ami ! +Mais ce n'est rien. Cela va finir. C'est fini. +Chacun de nous a sa blessure : j'ai la mienne. +Toujours vive, elle est là, cette blessure ancienne, +Elle est là, sous la lettre au papier jaunissant +Où l'on peut voir encor des larmes et du sang ! +Sa lettre ! ... N'aviez-vous pas dit qu'un jour, peut-être, +Vous me la feriez lire ? Ah ! vous voulez ? ... Sa lettre ? +Oui ... Je veux ... Aujourd'hui Tenez ! Je peux ouvrir ? +Ouvrez... lisez ! Roxane, adieu, je vais mourir ! +Tout haut ? C'est pour ce soir, je crois, ma bien-aimée ! +J'ai l'âme lourde encor d'amour inexprimée, +Et je meurs ! jamais plus, jamais mes yeux grisés, +Mes regards dont c'était Comment vous la lisez, +Sa lettre ! dont c'était les frémissantes fêtes, +Ne baiseront au vol les gestes que vous faites ; +J'en revois un petit qui vous est familier +Pour toucher votre front, et je voudrais crier +Comme vous la lisez, -- cette lettre ! Et je crie : +Adieu ! Vous la lisez Ma chère, ma chérie, +Mon trésor D'une voix Mon amour ! D'une voix +Mais... que je n'entends pas pour la première fois ! +Mon cœur ne vous quitta jamais une seconde, +Et je suis et serai jusque dans l'autre monde +Celui qui vous aima sans mesure, celui +Comment pouvez-vous lire à présent ? Il fait nuit. +Et pendant quatorze ans, il a joué ce rôle +D'être le vieil ami qui vient pour être drôle ! +Roxane ! C'était vous ! Non, non, Roxane, non ! +J'aurais dû deviner quand il disait mon nom ! +Non, ce n'était pas moi ! C'était vous ! Je vous jure +J'aperçois toute la généreuse imposture : +Les lettres, c'était vous Non ! Les mots chers et fous, +C'était vous Non ! La voix dans la nuit, c'était vous ! +Je vous jure que non ! L'âme, c'était la vôtre ! +Je ne vous aimais pas. Vous m'aimiez ! C'était l'autre ! +Vous m'aimiez ! Non ! Déjà vous le dites plus bas ! +Non, non, mon cher amour, je ne vous aimais pas ! +Ah ! que de choses qui sont mortes... qui sont nées ! +-- Pourquoi vous être tu pendant quatorze années, +Puisque sur cette lettre où, lui, n'était pour rien, +Ces pleurs étaient de vous ? Ce sang était le sien. +Alors pourquoi laisser ce sublime silence +Se briser aujourd'hui ? Pourquoi ? Quelle imprudence ! +Ah ! j'en étais bien sûr ! il est là ! Tiens, parbleu ! +Il s'est tué, Madame, en se levant ! Grand Dieu ! +Mais tout à l'heure alors... cette faiblesse ? ... cette ? +C'est vrai ! je n'avais pas terminé ma gazette : +Et samedi, vingt-six, une heure avant dîné, +Monsieur de Bergerac est mort assassiné. +Que dit-il ? -- Cyrano ! -- Sa tête enveloppée ! +Ah, que vous a-t-on fait ? Pourquoi ? "D'un coup d'épée, +Frappé par un héros, tomber la pointe au cœur !" +-- Oui, je disais cela ! ... Le destin est railleur ! +Et voilà que je suis tué dans une embûche, +Par derrière, par un laquais, d'un coup de bûche ! +C'est très bien. J'aurai tout manqué, même ma mort. +Ah, Monsieur ! Ragueneau, ne pleure pas si fort ! +Qu'est-ce que tu deviens, maintenant, mon confrère ? +Je suis moucheur de... de... chandelles, chez Molière. +Molière ! Mais je veux le quitter, dès demain : +Oui, je suis indigné ! ... Hier, on jouait Scapin, +Et j'ai vu qu'il vous a pris une scène ! Entière ! +Oui, Monsieur, le fameux : "Que Diable allait-il faire ? " +Molière te l'a pris ! Chut ! chut ! Il a bien fait ! +La scène, n'est-ce pas, produit beaucoup d'effet ? +Ah ! Monsieur, on riait ! on riait ! Oui, ma vie +Ce fut d'être celui qui souffle -- et qu'on oublie ! +Vous souvient-il du soir où Christian vous parla +Sous le balcon ? Eh bien ! toute ma vie est là : +Pendant que je restais en bas, dans l'ombre noire, +D'autres montaient cueillir le baiser de la gloire ! +C'est justice, et j'approuve au seuil de mon tombeau : +Molière a du génie et Christian était beau ! +Qu'elles aillent prier puisque leur cloche sonne ! +Ma sœur ! ma sœur ! Non ! non ! n'allez chercher personne : +Quand vous reviendriez, je ne serais plus là. +Il me manquait un peu d'harmonie... en voilà. +Je vous aime, vivez ! Non ! car c'est dans le conte +Que lorsqu'on dit : Je t'aime ! au prince plein de honte, +Il sent sa laideur fondre à ces mots de soleil +Mais tu t'apercevrais que je reste pareil. +J'ai fait votre malheur ! moi ! moi ! Vous ? ... au contraire ! +J'ignorais la douceur féminine. Ma mère +Ne m'a pas trouvé beau. Je n'ai pas eu de sœur. +Plus tard, j'ai redouté l'amante à l'œil moqueur. +Je vous dois d'avoir eu, tout au moins, une amie. +Grâce à vous une robe a passé dans ma vie. +Ton autre amie est là, qui vient te voir ! Je vois. +Je n'aimais qu'un seul être et je le perds deux fois ! +Le Bret, je vais monter dans la lune opaline, +Sans qu'il faille inventer, aujourd'hui, de machine +Que dites-vous ? Mais oui, c'est là, je vous le dis, +Que l'on va m'envoyer faire mon paradis +Plus d'une âme que j'aime y doit être exilée, +Et je retrouverai Socrate et Galilée ! +Non, non ! C'est trop stupide à la fin, et c'est trop +Injuste ! Un tel poète ! Un cœur si grand, si haut ! +Mourir ainsi ! ... Mourir ! Voilà Le Bret qui grogne ! +Mon cher ami Ce sont les cadets de Gascogne +-- La masse élémentaire... Eh oui ! ... voilà le hic +Sa science... dans son délire ! Copernic +A dit Oh ! Mais aussi que diable allait-il faire, +Mais que diable allait-il faire en cette galère ? +Mais je m'en vais, pardon, je ne peux faire attendre : +Vous voyez, le rayon de lune vient me prendre ! +Je ne veux pas que vous pleuriez moins ce charmant, +Ce bon, ce beau Christian ; mais je veux seulement +Que lorsque le grand froid aura pris mes vertèbres, +Vous donniez un sens double à ces voiles funèbres, +Et que son deuil sur vous devienne un peu mon deuil. +Je vous jure ! Pas là ! non ! pas dans ce fauteuil ! +-- Ne me soutenez pas ! -- Personne ! Rien que l'arbre ! +Elle vient. Je me sens déjà botté de marbre, +-- Ganté de plomb ! Oh ! mais ! ... puisqu'elle est en chemin, +Je l'attendrai debout, et l'épée à la main ! +Cyrano ! Cyrano ! Je crois qu'elle regarde +Qu'elle ose regarder mon nez, cette Camarde +Que dites-vous ? ... C'est inutile ? ... Je le sais ! +Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès ! +Non ! non ! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile ! +-- Qu'est-ce que c'est que tous ceux-là ? -- Vous êtes mille ? +Ah ! je vous reconnais, tous mes vieux ennemis ! +Le Mensonge ? Tiens, tiens ! -- Ha ! ha ! les Compromis ! +Les Préjugés, les Lâchetés ! Que je pactise ? +Jamais, jamais ! -- Ah ! te voilà, toi, la Sottise ! +-- Je sais bien qu'à la fin vous me mettrez à bas ; +N'importe : je me bats ! je me bats ! je me bats ! +Oui, vous m'arrachez tout, le laurier et la rose ! +Arrachez ! Il y a malgré vous quelque chose +Que j'emporte, et ce soir, quand j'entrerai chez Dieu, +Mon salut balaiera largement le seuil bleu, +Quelque chose que sans un pli, sans une tache, +J'emporte malgré vous, et c'est C'est ? Mon panache. diff --git a/test/cyrano_full.tpl b/test/cyrano_full.tpl @@ -0,0 +1,2 @@ +! hiatus_ok:yes +12 A x diff --git a/test/mithridate.tpl b/test/mithridate.tpl @@ -0,0 +1,4 @@ +6/6 A !X +6/6 A !X +6/6 B !x +6/6 B !x diff --git a/train_diaeresis.sh b/train_diaeresis.sh @@ -0,0 +1,12 @@ +#!/bin/bash + +FILES="andromaque mithridate boileau ../additions cyrano $1" +DIR="$( cd "$( dirname "$0" )" && pwd )" +mkdir -p contexts +rm -f contexts/* +cp diaeresis_empty.json diaeresis0.json; +for a in $(seq 0 4); do + b=$(($a+1)); + ./onepass.sh $a $FILES < diaeresis${a}.json > diaeresis${b}.json; +done; +cp diaeresis5.json diaeresis.json