Poèmes


Les pluies de Castamire

D'après The Rains of Castamere.

De quel droit, dit le fier seigneur

Me veux-tu gouverner ?

Tu n'es qu'un chat d'une autre couleur

Pourquoi me prosterner ?

Que son habit soit rouge ou doré

Un lion reste un chasseur ;

Et mon croc n'est moins acéré

Que le vôtre, seigneur.

Oui, telle était ta plaidoirie

Maître de Castamire

À présent nul n'entend la pluie

Pleurer sur ton empire

Nul à présent n'entend la pluie

Pleurer sur ton empire


De PhDis clamavi

À la manière d'un poème de Baudelaire.

J'implore ta pitié, Toi, mon alma mater

De ce laboratoire où j'accomplis ma thèse.

C'est un univers lourd de labeur et d'ascèse,

Il y faut travailler -- du moins en avoir l'air.

Des postdocs dépités et de tristes thésards

S'y frottent au LaTeX sous le joug de leurs maîtres ;

C'est un lieu plus badant que la bibli de lettres

-- Ni fêtes, ni kalôs, ni jeux, ni canulars !

Ma nuit se perd, en fait d'Amour ou de Science

Sur des papiers bâclés pour quelque conférence

Et pourtant bien moins funs qu'un rush en salle info ;

J'ai peur qu'assimilé par l'esprit du labo

Je me métamorphose en un chercheur fébrile

Qui rejette l'oiseux, l'absurde et l'inutile !


Au mangeur

À la manière d'un poème de Baudelaire.

Les saucisses, le beurre embaumant la cuisine,

Ensuquent nos esprits et repaissent nos corps,

Et nous alimentons nos appétits de porcs,

Par ces ingrédients guérissant la famine.

Nos bedons sont dodus, nos bourrelets sont lâches ;

Nous nous laissons gaver en gisant comateux,

Et nous rentrons béants, allant d'un pas boiteux,

Croyant faire un régime en gobant des pistaches.

Au banquet vespéral, aucun Nutritionniste

Ne nous voit largement nous servir en pâté,

Ni n'évalue un vin pas vraiment réputé

Que vilipenderait le plus méchant caviste.

C'est le Lard qui remplit nos vaisseaux qui s'obstruent !

Des gorets tout suintants nous dévorons le gras ;

Nous risquons l'Infarctus avec chaque repas,

Sans horreur, en mangeant tous ces mets qui nous tuent !

Dès le vin débouché, célébrant la vendange,

Nous laissons-nous tenter par la tarte tatin ;

Nous sucrons à l'excès quelques plats du festin

Et les graissons bien fort comme tout ce qu'on mange.

Bourrés, gargouillants, pleins, pour nos panses enceintes,

Nous nous servons encore, autant que nous pouvons,

Et, quand nous digérons, le Porc dans nos colons

Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes.

Si le veau, le poisson, le canard ou la truie

N'ont pas encor comblé de leurs plaisants parfums

Les sinueux détours de nos longs intestins,

C'est que la panse, hélas ! est déjà trop remplie.

Mais, finis ces régals, les artères complices

Geignent ; l'indigestion, les retours, les relents,

Des ventres gémissants, géants, gonflant, grognants

Font sortir les produits par tous les orifices...

Est-ce le Lait qui fait que notre bidon gronde ?

Les jeunes pousses ? Pis ? Que reste-t-il de pis ?

Les rejets avariés qui se terraient, pourris,

Avec un aliment rêvant qu'on les confonde ?

Non ! le Fruit du verger ! ou de la maraîchère

Le Légume ! artichaut, potiron, avocat !

Préfère-leur, mangeur, la gaufre au chocolat,

— Les frites — les douceurs — et la coupable chère !


Le temps est au changement

D'après The Times They Are a-Changin'.

Hommes du monde entier, compagnons de voyage,

Voyez qu'autour de vous la tempête fait rage,

Et que le fleuve en crue inonde le rivage.

Si pour vous l'avenir compte vraiment,

Sauf à vouloir couler, il faut fuir à la nage !

Car le temps est au changement.

Critiques, écrivains, apprêtez vos discours.

C'est votre grand moment, profitez des beaux jours,

Mais ne vous trompez pas : la roue tourne toujours.

Nul ne sait quel sera son jugement,

Et les pires perdants font les meilleurs retours !

Car le temps est au changement.

Députés, sénateurs, s'il vous plaît prenez garde :

Ne bloquez pas l'accès, le peuple vous regarde.

Celui qui pâtira sera celui qui tarde.

Le combat au dehors est virulent,

Et ce sont vos carreaux et vos murs qu'on bombarde !

Car le temps est au changement.

Écoutez-moi, parents, partout où ma voix porte :

N'allez pas critiquer ce qui vous insupporte,

Ni blâmer vos enfants, puisque peu leur importe.

Votre route a vieilli dorénavant,

Veuillez quitter la nôtre ou nous prêter main-forte !

Car le temps est au changement.

Car le trait est tiré, l'arrêt est prononcé :

À la fin le dernier sera récompensé,

Comme un jour le présent ne sera que passé.

L'ordre ancien s'estompant rapidement,

C'est l'actuel premier qui sera devancé !

Car le temps est au changement.


Déclaration

Par MM. Amarilli, Desfontaines et Patey
Assistés de MM. Jeanmougin et Rauzy

Déclaration des droits de l'homme et citoyen.

Date : neuf ans après dix-sept cent quatre-vingts.

Nous, les Représentants du peuple de la France,

Unis en Assemblée, pensons que l’ignorance,

L’oubli ou le mépris des droits des citoyens

Sont les seules raisons des malheurs de certains

Et de la corruption des forces gouvernantes.

Nous voulons exposer des vérités flagrantes

Sur ces droits naturels, qu'on ne peut nous ôter

De par leur inhérence et leur rôle sacré ;

Sur ces propriétés qu'on sait universelles

Et que porte à jamais l'humanité en elle.

Nous le faisons afin que la Déclaration,

Présente constamment à la corporation,

Perdure pour toujours, jamais ne disparaisse,

Que ces droits, ces devoirs soient rappelés sans cesse ;

Afin que chacun voue un respect effectif

Aux actes du pouvoir, qu'il soit législatif

Ou bien exécutif ; qu'ils soient en permanence

Comparables aux buts justifiant l'existence

De l'institution du pouvoir souverain ;

Afin que les désirs de nos concitoyens,

Fondés dorénavant sur des principes stables

Acceptés par chacun et donc incontestables,

Puissent faire durer notre Constitution

Et faire le bonheur de la population.

Pour toutes ces raisons, l'Assemblée Nationale

Déclare et reconnaît, sous l'égide ancestrale

Et sous la protection des auspices divins,

Les droits suivants pour l'homme et pour le citoyen.

Article premier. L'homme est depuis sa naissance

Jusqu'à l'ultime instant qui clôt son existence

Doté de liberté, doué de droits égaux

À tous ceux qui échoient à ses alter ego.

Toute distinction ne peut être opportune

À moins de soutenir l'utilité commune.

Article deux. Le but de toute association

Que l'on dit politique est la conservation

De ces droits naturels, clairs et imprescriptibles

Que sont la résistance aux faits répréhensibles,

La sûreté, le droit à la propriété

Et le droit d'exercer toute sa liberté.

Article trois. La source accordant l'exercice

De toute autorité souveraine propice

Est la Nation. Tout corps et tout individu

Ne doit s'en réclamer que si tel est son dû.

Article quatre. Libre, on a le droit de faire

Ce que l'on veut pourvu que ce ne soit contraire

Aux droits dont jouit autrui comme nous en jouissons.

La loi seule établit telles limitations.

Article cinq. Jamais on ne peut interdire

Ce que loi ne défend, et on ne peut proscrire

Ce que loi ne proscrit. Tout ce qui ne nuit pas

Ne pourra jamais être interdit par la loi.

Article six. La Loi que le peuple peut faire

Traduit la volonté de la nation entière.

Chacun peut concourir à sa formation

En personne ou bien par représentation.

Entre les Citoyens il n'est qu'une Justice,

Qu'elle leur vienne en aide ou qu'elle les punisse.

Chacun est admissible à toute dignité,

Place ou emploi public, par ses capacités.

Les seules distinctions qui ne sont interdites

Sont celles des vertus, du talent, du mérite.

Article sept. Un homme accusé, arrêté,

Détenu, le doit être ainsi que décrété

Dans la loi, et suivant les formes établies.

Il faut punir quiconque exécute, expédie

Un ordre illégitime ; et si l'on est saisi

En vertu de la loi, combattre est interdit.

Article huit. La Loi n'établit que des peines

D'une nécessité qui est stricte et certaine.

Et l'on ne peut punir un quelconque délit

Sans un juste, applicable et préalable édit.

Article neuf. Tout homme avant qu'on ne le dise

Coupable, est innocent. Répression n'est permise

Qu'afin de l'empêcher de s'enfuir prestement.

Article dix. Chacun peut avoir librement

L'opinion de son choix, à moins qu'il ne l'exprime

Sur un mode que l'ordre et que la Loi répriment.

Article onze. Ainsi la communication

Des pensées de chacun et de ses opinions

Est une liberté parmi les plus précieuses.

Chacun peut donc, sans craindre une sanction fâcheuse,

Parler, dire, ou écrire, imprimer librement

Hormis ce que la Loi proscrit expressément.

Article douze. Afin que tous ces droits s'appliquent,

Il faut instituer une force publique.

Elle doit aider tous, et ne saurait rester

Au service de ceux qui se l'ont vu confier.

Article treize. Afin que toutes les dépenses

D'administration assurent l'existence

De la force publique, il est dans les devoirs

De chacun de donner une équitable part.

Article quatorzième. Eu égard à ces charges,

Toutes modalités, recouvrements et marges,

Peuvent être étudiées par chaque Citoyen,

Par ses Représentants ou de sa propre main.

Article quinze. On doit, si on est fonctionnaire,

Rendre à la Société tout compte nécessaire.

Article seize. À moins de garantir ces droits,

À moins de séparer les pouvoirs, un État

Voit sa Constitution nulle et non avenue.

Article dix-septième. Indemnité est due

Si, en dépit du droit inviolable et sacré

Qu'a chaque Citoyen sur sa propriété,

Une nécessité flagrante et singulière

Impose que l'État, de droit, la récupère.


Vendredi

À la manière d'une chanson américaine.

Premier couplet

Sept heures, je m'éveille aux premiers rais du jour.

Je dois me faire fraîche et dois vite descendre,

Céréales, lait, bol, ne se font pas attendre,

Tout devant moi défile alors que le temps court,

Jamais ne s'interrompt. Tout le monde se presse.

Il faut qu'à son arrêt, ou à son terminus,

Je m'en aille trouver le fatal autobus...

Mais qu'aperçois-je au loin ? Mes amis qui paraissent !

Refrain

Devrais-je être à l'avant, donnant des coups de pied,

Ou bien dois-je m'asseoir au fond du véhicule ?

Je ne puis faire un choix, les pensées se bousculent :

De ces deux-là, quel siège est celui qui me sied ?

Vendredi, vendredi nous invite à la danse,

Et la fin de semaine en nos cœurs resplendit ;

Dansant, c'est sa venue, vendredi, vendredi,

Que nous anticipons avec impatience !

Festoyons, festoyons, que la fête soit reine,

Virevoltons gaiement, sans cesser de chanter ;

Le divertissement, quatre fois répété,

Nous fait tant désirer cette fin de semaine !

Deuxième couplet

Huit heures moins le quart, et sur une autoroute,

Nous croisons vite ; aurai-je le temps de voler ?

Le divertissement, dont tous vous raffolez,

Pensez-y ! (Vous savez ce que c'est, sans nul doute !)

Je possède ceci, tu possèdes ceci,

À ma droite il y a mon amie ; je possède

Ceci, et puis ceci, prends-le, je te le cède,

Maintenant, grâce à moi, tu le connais aussi !

Au refrain.

Pont

Hier était jeudi ; vendredi nous entraîne ;

Et demain, samedi, dimanche, mais après ? ...

Ah ! le bal de ce soir fera place au regret,

À la peur de la fin de la fin de semaine !

Troisième couplet

Tremblante R. et B., ô Rebecca la Noire,

Frissonnant à l'avant, à l'arrière, je cours,

Je croise et je conduis, prends ma file à rebours,

D'un autre conducteur longe la trajectoire.

Un car de ramassage a passé devant moi,

L'écoulement du temps me tourmente et je beugle :

C'est l'heure, vendredi ! Êtes-vous tous aveugles ?

Le divertissement nous met tous en émoi !

Au refrain (bis).


À un tetris multijoueur

À la manière d'un poème de Baudelaire.

Tetris, ô jeu illustre, affolant, impassible,

Dont l'écran nous menace et nous dit "hâte-toi !"

Les lignes ennemies viendront bientôt au bas

De ton écran, rendant la victoire impossible !

La pile de tes blocs croîtra jusqu'au sommet,

Ainsi qu'un gratte-ciel s'élevant dans l'espace !

Chaque instant fait chuter la pièce que tu places ;

Hâte-toi de choisir l'endroit où tu la mets !

À chaque instant le temps s'écoule et le combo

Chuchote "hâte-toi", rapide avec son compte

À rebours ; sa valeur jamais plus ne remonte

Et dégringole en trombe, atteint presque zéro...

"Hurry up! Hâte-toi, flemmard ! Rapidiĝu!"

Chante la ritournelle, universelle alarme.

Chaque pièce, ô joueur maladroit, est une arme

Qui doit faire en tombant des lignes, non des trous !

Hâte-toi ; l'adversaire est un joueur perfide,

Et gagne sans tricher, à tout coup : hâte-toi,

Son tas de blocs descend pendant que le tien croît,

Ton écran se remplit et son écran est vide !

Tantôt sonnera l'heure où la Musique aiguë,

Où le Misdrop fatal, ton tueur éternel,

Où la Barre qui manque (ô supplice cruel !),

Te diront : « Game Over, la partie est perdue ! »


Révolution

Les civilisations ne sont pas éternelles

Et cela fait longtemps que la nôtre se meurt.

Nous avons résolu, sans regrets et sans pleurs,

De lui porter enfin la blessure mortelle,

Et nous raserons tout, les palais, les chapelles...

Les livres brûleront, les billets sans valeur

Flamberont ; un torrent de rage et de fureur

Fera de cette ruine une terre nouvelle.

Nous nous éveillerons dans la grande nature,

Devinant dans les cieux l'aube d'une ère pure.

Nous saurons oublier nos rêves agités,

Les visions du passé, les ténèbres, les morts.

Notre esprit sera vif et nos bras seront forts,

Et nous respirerons l'air de la liberté.


Muse noctambule

À l'heure où l'honnête homme épuisé se repose

En la tiède chaleur de son vertueux lit

À l'heure où les faubourgs, que le voyou salit,

Baignent dans la lueur d'une lampe morose,

Je reste à mon bureau, j'écris et je compose :

S'emparant des idées dont mon cœur s'est empli,

Mon cerveau agité et mon corps affaibli

Couchent sur le papier des vers et de la prose.

Oui ! muette le jour, ma Muse noctambule,

Au plus noir de la nuit m'excite et me stimule.

Je lui pardonnerais, si le soleil vengeur

Dévoilait, pour mes yeux épuisés par la veille,

En fait d'errements creux et de mots sans valeur,

Une œuvre magistrale, à nulle autre pareille !


Enseignement

Pendant que lentement un professeur éteint

Étale son savoir d'une voix terne et lasse

Sous l'œil désabusé de sa passive classe,

Mon esprit entrevoit des rêves indistincts.

J'imagine à grand-peine un horizon lointain

Où les élèves gais jamais plus ne grimacent,

Où les savoirs acquis jamais plus ne s'effacent,

Où notre professeur est vif et plein d'entrain,

Où l'élève observant le maître qui enseigne

N'a plus le regard creux d'un bovin que l'on saigne

Mais la prunelle avide, alerte, émerveillée

De l'homme qui découvre un miracle nouveau,

Du marcheur épuisé qui trouve enfin de l'eau

Et du jeune guetteur entamant sa veillée.


Nostalgie

Son regard ténébreux contemple le passé,

Explore les recoins de sa vaste mémoire :

Années tristes ou gaies, années claires ou noires,

Brefs moments de conscience épars et espacés.

Il n'est pas vieux ; pourtant, il n'a pu effacer

Le moindre souvenir, il n'a pas voulu croire

Aux vertus de l'oubli. Il goûte sa victoire,

Déguste ces instants qu'il a su amasser.

Ce qu'il n'a pas compris, c'est que cette torpeur

Est un mal insidieux qui subjugue son cœur :

À force d'admirer le reflet des vieux jours,

À force de flâner dans le flot des pensées,

Son âme que la vie a trop vite lassée

Ne reconnaîtra plus le présent qui accourt.


Sommeil

Mon corps est épuisé et mon cerveau en transe.

Il faut, pour soulager ce mal qui m'affaiblit,

Que, des années durant allongé dans mon lit,

Je dorme, éliminant la mauvaise substance.

Dans un trou sans lumière où règne le silence,

Glissé profondément sous le drap et ses plis,

Je veux, tel un vivant trop tôt enseveli,

Tel un papillon pris dans un cocon trop dense,

Dormir tant qu'il faudra. Si les maux qui m'agitent

Me forçaient malgré moi à me lever trop vite,

Ô geôliers ! Retenez la bête qui se tord !

Prisonnier, mon esprit explorera le monde

Que lui inspirera son ivresse profonde

Jusqu'à ce qu'au sommeil succède enfin la mort.


Spéculation

Leur royaume a grandi jusqu'à la démesure,

Le luxe, les excès, et cet odieux confort

Sont le couronnement de leurs vagues efforts :

Ils ont su, autrefois, déchiffrer les augures.

Qui aurait cru alors aux richesses futures ?

Nul ne savait prévoir les caprices du sort,

Et avoir deviné que la foule avait tort

A été le moteur d'une croissance sûre.

Ils ne se leurrent pas et n'ont pas oublié

Que leur étoile, un jour, cessera de briller ;

Qu'ils vivront l'apogée puis connaîtront la chute.

Ils suivent malgré tout le conseil d'Épicure,

Et jouissent du festin tant que la fête dure.

Quand il faudra tout rendre, ils cèderont sans lutte.


Un annuaire

Quand ton âme affaiblie par le poids des années,

Par le pesant fardeau de ton passé perdu,

Ne saura résister à l'assaut assidu

Du distant souvenir des époques fanées,

Quand la fesse du bouc se sera mutinée,

Quand tu découvriras, ô crime inattendu !

Que ton précieux passé a été revendu,

Que ta chère mémoire a été enchaînée,

Je resterai, lecteur, ton compagnon fidèle.

Tu seras à mes yeux maître et non clientèle,

Et tu retrouveras sur mes feuillets jaunis

Les visages heureux de tes vieux condisciples

Qui t'accompagneront dans de plaisants périples

Au royaume oublié des souvenirs bénis !


Un autre annuaire

Conscrit, hâte-toi ! Le temps vole !

Je vois venir au loin le jour

Où il te faudra à ton tour

Abandonner ta chère école,

Renoncer aux plaisirs frivoles,

Au doux ronronnement des cours,

À l'ardeur des jeunes amours

Après les bains ernesticoles.

Tu mèneras ta propre vie,

Mais s'il te vient un jour l'envie

D'oublier un temps l'avenir,

C'est au fil de ces quelques pages

Que tu trouveras les visages

Qui peuplaient tes vieux souvenirs.


Vol

Alors que mon regard fatigué se promène

Sur les cieux qui lui font une splendide scène

Au travers d'un hublot opaque et trop petit,

De confus sentiments agacent mon esprit :

Des regrets étouffés, une vague amertume,

Floue comme le brouillard, triste comme la brume.

Je me dis qu'il faudrait embrasser l'avenir,

S'inquiéter, espérer, peut-être se réjouir,

Oublier les contours des époques passées

Et remettre à plus tard la tristesse insensée,

Qui, se faisant l'écho d'horizons trop lointains,

Rend mon voyage vide, et mes errements vains.

Pourquoi faut-il qu'à l'heure où les choses sont dites,

Où il est bien trop tard pour le doute ou la fuite,

Mon cœur, qui jusque là n'y avait su songer,

Prête soudain le flanc à de mornes pensers ?

Qu'entrevois-je derrière une nostalgie feinte ?

Est-ce la solitude ? ou peut-être la crainte ?


J'aurais dû

J'aurais dû m'élever plus haut que tous les anges,

Parcourir des chemins par nul autre explorés,

Être le bâtisseur des miracles dorés,

Dont l'Univers entier chanterait les louanges,

Et voyez qui je suis ! Moi, créature étrange,

À l'autre indifférent, de soi-même abhorré,

Dont les jours sont partis en un flou coloré ;

Être au cœur délavé que le repentir mange.

Si seulement j'avais combattu la paresse

Et des distractions les trompeuses caresses,

Sans me laisser piéger dans leurs filets soyeux !

Trop tard ! car le cumul des secondes qui passent

Sont des années perdues, qui jamais ne s'effacent,

Et dont les coups m'ont fait impuissant, faible et vieux !


Pourquoi

Pourquoi n'irais-je pas, moi, l'homme inconséquent

Goûter au doux torrent de la sainte puissance ?

Pourquoi n'irais-je pas trouver dans l'élégance

La source inavouée d'un pouvoir bien plus grand ?

Pourquoi n'ouïrais-je pas, dans la brume sonnant,

L'appel inattendu et glorieux de la chance ?

Pourquoi, du bas-côté vers lequel on me lance

Ne dévierais-je pas vers un sort plus charmant ?

Pourquoi donc cèderais-je à ces lois ridicules

Qui me forcent à jouer un rôle minuscule

Que de vagues amis m'ont cru pouvoir donner ?

Lors, voyant la fierté m'abreuver de sa sève

Et me tendre du bras l'étendard et le glaive,

Plutôt que m'en saisir, pourquoi abandonner ?


Choix

Ô toi que trop longtemps j'ai cru pouvoir saisir,

Toi l'amour de ma vie, toi la belle inconnue

Toi que toujours j'aimai, qui jamais n'es venue,

Ô ma chère, éternel objet de mon désir,

Je ne t'attendrai plus, car il fallait choisir

Entre une vie passée à guetter ta venue

Et une vie sans toi, oui, mais sans retenue ;

Choisir entre l'attente, enfin, et le plaisir.

J'ai choisi ; la douleur de n'aimer jamais plus

N'égale pas la joie qui me touche bien plus,

Joie d'enfin pouvoir vivre à ma propre mesure,

Et la virginité où je me vois plongé

Ne viendra plus nourrir l'espoir qui m'a rongé

Mais sera une plaie cicatrisée et pure !


Halting Poem

See also a longer version

Assume F(P, Q)'s true

Iff P(Q) halts; then let

T(Q) { while (F(Q, Q)); }

F(T, T)'s wrong, I bet.


Outils

plint pour la vérification statique

drime pour le choix des rimes